La finale des perdants est aussi celle des surprises avec cette opposition entre Al-Sadd Sports Club, champion d’Asie, et Kashiwa Reysol, digne représentant du pays hôte. Le vainqueur pourra boucler la boucle d’une Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2011, réussie ce dimanche 18 décembre au stade international de Yokohama.

La partie met du temps à se mettre en route. La créativité nippone a pris un coup avec l’absence de Leandro Domingues, suspendu, et il ne faut pas compter sur Al-Sadd pour jouer les chefs d’orchestre du jeu. Les Qataris jouent la carte de la protection, préférant compter sur un exploit individuel en attaque. De son flanc gauche, Nadir Belhadj tente de secouer ses coéquipiers par ses accélérations, mais c’est sur coup franc que l’Algérien parvient à chauffer les gants de Takanori Sugeno (15').

Les armes des Jaune et Noir sont moins affûtées ce soir, à moins que la fatigue accumulée par leurs trois matches en dix jours ne prenne le dessus. Les champions du Japon s’offrent tout de même un peu d’adrénaline. Junya Tanaka trouve le poteau d’une frappe sèche (24’) avant que la tête d’Hideaki Kitajima sur corner ne frôle l’ouverture du score (28’). Dans la foulée, Mamadou Niang répond par un tir à bout portant sur un Sugeno bien sur ses appuis (30’). Peu avant la pause, Kitajima rejoue sa partition sur corner et de la tête mais les mains de  Mohamed Saqr sont solides (39’).

90 minutes n'ont pas suffi
La seconde mi-temps ne repart pas sous de meilleurs auspices : le jeu est imprécis, les appels toujours aussi peu inspirés. Jorge Fossati n’hésite pas à manifester se frustration mais rien n’y fait. Après un quart d’heure de jeu, les spectateurs n’ont eu qu’une frappe inoffensive de Koki Mizuno à se mettre sous la dent. Il faut encore s’en remettre à Kitajima (62’) pour ennuyer Saqr, mais le dernier rempart qatari tient à se racheter de sa maladresse en demi-finale contre Barcelone.

Sugeno aura eu ses sueurs les plus froides sur coup franc, à la 74ème, Ibrahim Abdulmajed ne passant pas loin de trouver la mire. Dix minutes après, c’est au tour de Mizuno de tester l’attention de Saqr. Niang n’est pas loin de mettre le but du K.O. en fin de match mais sa frappe contrée finit par mourir sur le toit de la cage japonaise. La troisième place se jouera aux penalties !

Les champions d’Asie se montrent finalement les plus adroits et c’est à Nadir Belhadj que revient l’honneur de laisser son nom dans l’histoire du club, Al-Sadd s’offre le podium de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011.