Le vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF, Cruz Azul, se frotte au champion d'Asie, Western Sydney Wanderers, avec un passeport pour une demi-finale de Coupe du Monde des Clubs de la FIFA en jeu.

Peu impressionnés, les Australiens ne mettent que cinq minutes à montrer leur détermination sous un déluge. Après une frappe dans le petit filet de Nikita Rukavytsya en apéritif, Matthew Spiranovic teste les appuis de José Corona. Marco Fabian sonne le réveil mexicain d'un tir à distance, avant de tenter la volée et de laisser Christian Gimenez s'essayer au coup franc.

Soucieux de ne pas perdre plutôt que de gagner, les deux formations cherchent à se contrôler plutôt que de se provoquer en deuxième mi-temps. L'ouverture du score arrive finalement des pieds de Iacopo La Rocca d'un tir des 23 mètres, après avoir récupéré un ballon mal dégagé  (65', 0:1). Peu après, Spiranovic rejoint cependant les vestiaires avant tout le monde pour abus de cartons jaunes. Et si le vent avait tourné en faveur de Cruz Azul ? Gimenez et Julio Cesar Dominguez testent l'hypothèse mais buttent sur un Ante Covic impérial. Le gardien des Wanderers semble dans un aussi bon jour que lors de la finale retour de la Ligue des champions de l'AFC 2014. Mais il ne peut rien sur un penalty de Gerardo Torrado (89', 1:1) dans les derniers instants du temps réglementaire.

Cruz Azul revient de loin et ne veut pas s'arrêter là. Les Mexicains sont bien aidés par Nikolai Topor-Stanley qui voit rouge à son tour en prolongation. Les Wanderers doivent désormais résister à neuf contre 11. Pour ne rien arranger, les gants de Covic semblent moins fermes. Hugo Pavone en profite pour reprendre un ballon mal capté (2:1, 108'), avant de voir Torrado afficher à nouveau son sang-froid sur penalty (3:1, 118').

La rencontre a duré quelques minutes de trop pour des Australiens. Ils laissent aux Mexicains le droit d'affronter le Real Madrid et rêver d'une place en finale.