Ce 18 décembre, la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA opposant le Raja de Casablanca et l'Atlético Mineiro devrait paralyser tout le Maroc. Si les attentes étaient déjà élevées avant la compétition à l'idée de voir évoluer des stars planétaire comme Ronaldinho, la merveilleuse campagne du Raja n'a fait qu'accroître l'enthousiasme des supporters locaux. C'est donc à guichets fermés et devant un public de Marrakech très bruyant que se disputera la deuxième demi-finale de l'épreuve.

L'affiche
Raja de Casablanca - Atlético Mineiro, stade Marrakech, mercredi 18 décembre, 19h30 (heure locale)

L'enjeu
Le Raja vit un véritable conte de fées pour sa deuxième Coupe du Monde des Clubs. Treize ans après la déception née de Brésil 2000, la formation marocaine a franchi la première étape en disposant d'Auckland City et s'est débarrassée de Monterrey grâce aux exploits du gardien Khalid Askri. Malgré des prestations irrégulières, elle a profité de l'évolution positive de Mohsine Moutaouali et Mouhssine Iajour, ainsi que des encouragements des fans. Après avoir transformé le Stade d'Agadir en volcan, les supporters comptent bien jouer à fond leur rôle de douzième homme à Marrakech pour pousser leurs compatriotes vers la finale.

En face, il y aura un Atlético qui entrera enfin en lice après une semaine d'entraînements sur le sol marocain et qui a mis à profit les derniers mois du championnat du Brésil pour régler les derniers détails pour cette épreuve planétaire. Avec un Ronaldinho remis de blessure, le vainqueur de la Libertadores est favori, mais il devra faire face à la pression du public. Or, o Galo s'est justement beaucoup appuyé sur ses torcedores du stade Independência tout au long de sa campagne continentale. En dehors de Ronaldinho, il faudra surveiller des joueurs comme Jô, Diego Tardelli, Fernandinho et le gardien Victor, héros du sacre sud-américain, qui rêvent tous de rejoindre Corinthians, São Paulo et Internacional au palmarès de l'épreuve.

La stat
4 -
 Ce sera la quatrième rencontre entre Brésiliens et Africains en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. L'avantage va pour l'instant aux Sud-Américains, avec deux succès décrochés par Corinthians en 2000 face au Raja, et en 2012 contre Al Ahly. La seule défaite a été l'oeuvre du TP Mazembe, qui avait disposé en 2000 de l'Internacional en demi-finale. Les Aigles verts tenteront de rééditer l'exploit de la formation congolaise, ce qui leur permettrait d'égaler le record de Corinthians, seul champion national finaliste de la Coupe du Monde des Clubs.

Entendu...
"Certains disent que les Marocains sont les Brésiliens de l'Afrique. Donc ce sera un duel entre les Brésiliens d'Amérique du Sud et les Brésiliens de l'Afrique du Nord ! Pour nous, c'est un plaisir de pouvoir nous mesurer à une équipe comptant dans ses rangs un joueur comme Ronaldinho. C'est un magicien et tout le monde rêve de l'affronter. Nous voulons faire bonne impression" - Chemseddine Chtibi, milieu de terrain du Raja Casablanca

"La qualification du Raja ne me surprend pas. Quand on arrive en Coupe du Monde des Clubs, c'est parce qu'on le mérite. Nous sommes favoris, mais cela ne veut pas dire qu'on va gagner. Il faut bien se préparer et tout donner, en espérant que ça suffira. Il y a tant de facteurs qui peuvent faire basculer un match de foot... Ils jouent bien au ballon, se regroupent beaucoup en défense et exploitent leur vitesse en contre-attaque. Ils méritent notre respect et notre attention" - Gilberto Silva, défenseur de l'Atlético Mineiro