Cham. du Monde des Clubs de la FIFA Coupe Toyota, Japon 2005

11 décembre - 18 décembre

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2005

Un but d'entrée et un record

Liverpool est arrivé au Japon avec la ferme intention de ramener en Angleterre le trophée du Championnat du Monde des Clubs de la FIFA Coupe TOYOTA, Japon 2005. Sa victoire en demi-finale face au Deportivo Saprissa a confirmé deux choses : qu'il n'est plus qu'à une marche de son objectif et qu'il a la qualité nécessaire pour la gravir.

L'équipe dirigée par Rafael Benítez continue d'ajouter des chapitres dans l'histoire du légendaire club anglais. Ce soir, elle a établi un nouveau record : 11 matches consécutifs sans but encaissé. Prochain objectif : arriver à douze et installer une nouvelle coupe dans l'armoire d'Anfield Road.

Le but inscrit en début de rencontre par Peter Crouch s'est avéré décisif. "La clé du match, c'est d'avoir marqué très tôt, même s'il n'est jamais trop tôt pour marquer, déclarait l'entraîneur espagnol en conférence de presse. Nous pensions qu'à partir de là, tout allait être plus simple, mais ce n'est qu'après le troisième but que nous avons pu nous relâcher."

Son homologue costaricain, Hernán Medford, faisait le même constat. "Prendre un but aussi tôt, c'est une douche froide car ça casse tout le travail effectué au préalable et ça oblige à changer de système."

"De toute façon, quand on prend 3:0, il ne faut pas chercher d'excuse, c'est que l'autre équipe a été supérieure. Je ne suis pas satisfait de la prestation de mon équipe. Mais nous avons l'esprit tranquille parce que nous avons perdu contre une grande équipe qui a su concrétiser ses grosses occasions."

Le gardien Porras était peut-être l'un des joueurs les plus abattus, lui qui a dû à trois reprises aller chercher le ballon au fond de ses filets. "Pour un gardien, c'est toujours difficile de prendre trois buts. On se sent impuissant. Mentalement, ce premier but nous a fait très mal."

Malgré cette victoire incontestable, Rafa Benítez n'a pas manqué de saluer son adversaire du jour. "Nous savions que nous aurions face à nous une équipe très disciplinée, qui saurait bien exploiter les ballons longs et les deuxièmes chances. C'est comme ça qu'ils nous ont pris une fois à revers."

"A 3:0, ils nous ont laissé davantage d'espaces. Notre objectif était alors de maintenir nos cages inviolées pour établir un nouveau record dans l'histoire de Liverpool. Pepe Reina joue très bien en ce moment, il fait de grands arrêts. Et en plus, toute l'équipe travaille bien en défense. Nous avons marqué l'histoire d'un grand club", se réjouissait Benítez, plein de fierté.

Grand match pour le géant

Le défenseur finlandais Sami Hyypia assurait que la perspective de ce record ne l'avait pas perturbé sur le terrain. "Ç'a été un match compliqué. En le jouant, on ne pensait pas à battre des records. On faisait confiance à notre gardien, qui est à son meilleur niveau", assurait-il.

L'homme du match a sans nul doute été Peter Crouch, qui a signé les premier et dernier buts. Rapide et dynamique, le grand attaquant a été un casse-tête pour la défense centre-américaine pendant tout le match. "Ce match a été très compliqué pour nous parce que ces joueurs sont très forts physiquement. Ç'a été plus difficile que ce à quoi on s'attendait, mais il faut dire qu'ils ont de très bons attaquants, comme Crouch, qui est très grand... Comment voulez-vous prendre ce joueur ?", s'interrogeait le défenseur Ronald González.

Arborant un grand sourire à la sortie du Stade International de Yokohama, le blond attaquant ne cherchait pas à dissimuler sa satisfaction. Le géant a réalisé un grand match, surtout qu'il avait eu du mal à se remettre du décalage horaire. "Je suis très ému d'avoir marqué ces deux buts. Mais maintenant, il faut regarder plus loin pour gagner cette compétition. Nous n'avons pas fait un si long voyage pour faire du tourisme."

D'ordinaire peu enclin à distiller les compliments individuels, l'ancien entraîneur de Valence n'a pu faire autrement que saluer son attaquant. "Peter est un joueur clé pour nous. Il est très adroit dans différents compartiments de son jeu : il sait marquer des buts, donner la dernière passe... C'est un super gars, un bon footballeur et un grand professionnel. Nous sommes ravis de l'avoir avec nous."

Le dernier jour"Maintenant, il nous reste à lutter pour la troisième place", positivait le milieu Walter Centeno dans l'optique de la dernière journée. "C'est l'occasion d'offrir une joie à nos supporters, même si elle sera moins intense", enchaînait l'attaquant Ronald Gómez.

Tandis que le Deportivo Saprissa tentera de prendre la troisième place face à Al Ittihad, Liverpool est déjà tourné vers la finale, qui opposera de nouveau un Européen à un Sud-américain.

Rafa Benítez estime que la réédition d'une finale Europe - Amérique du Sud n'enlève rien au bien-fondé du nouveau format de la compétition. "On a vu de très beaux matches, qui ont démontré que les écarts entre clubs s'amenuisent. Par exemple, j'ai beaucoup aimé Al Ittihad - São Paulo. On a vu de très beaux matches, très équilibrés."

"Nous allons devoir nous améliorer dans certains domaines si nous voulons gagner la finale, car São Paulo dispose d'une grande équipe, avec des joueurs de qualité", prévoyait l'Ibère en pensant au dimanche 18 décembre. Dans le Stade International de Yokohama, le champion de l'UEFA et celui de la Conmebol s'affronteront en finale pour la couronne mondiale.

Explorer le sujet