Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2011

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2011

8 décembre - 18 décembre

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011

Danilo veut réussir sa sortie

Danilo of Santos celebrates after scoring
© Getty Images

En faisant le point pour FIFA.comsur sa carrière courte mais déjà victorieuse à la tête de Santos, Muricy Ramalho avait mis en avant un moment décisif pour la conquête de la Copa Libertadores. Le 14 avril, soit une semaine après sa désignation, Santos occupait encore le troisième rang de sa poule et se déplaçait à Asunción pour se mesurer à Cerro Porteño. Pour son deuxième match à la tête du Peixe, alors qu’il était privé de Neymar et d’Elano, Ramalho n’avait d’autre choix que la victoire pour prolonger l’aventure des siens. 

Victorieuse 2:1, l’équipe n’allait plus perdre un seul match jusqu’au titre final et l'entraîneur allait en profiter pour tirer un premier bilan de l’état de ses troupes. "J’ai compris ce jour-là que j’avais en la personne de Danilo un joueur sur lequel je pouvais toujours compter", explique Ramalho au sujet du joueur de 20 ans, auteur du premier but brésilien contre Cerro.

Si l’on y ajoute le joli coup franc réussi contre Kashiwa Reysol en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, mercredi 14 décembre, on comprendra pourquoi le jeune défenseur latéral risque de laisser d’excellents souvenirs à ses anciens supporters. "C’est invraisemblable. On dirait que tout était écrit, que tout a été fait pour que je dispute mon dernier match de ce premier passage à Santos lors d’une finale de Coupe du Monde des Clubs, contre le Barça", s’amuse Danilo lors d’un entretien avec FIFA.com. Le jeune défenseur rejoindra au mercato le FC Porto, qui a déboursé 13 millions d’euros pour s’adjoindre se services.

Offensif, mais pas tropLe but inscrit au stade de Toyota résume idéalement le chemin parcouru par Danilo Luiz da Silva depuis un an. Mal intégré à l’équipe professionnelle en 2010, le jeune homme est devenu une pièce tellement essentielle de la constellation d’étoiles de Santos qu'il en est même devenu le préposé aux coups de pied arrêtés. Pourtant, il n’avait jamais inscrit de coup franc sous le maillot alvinegro auparavant. "C’était une première, mais bon, ça se passait très bien à l’entraînement", explique le joueur. "Alors que l’équipe compte des experts comme Elano, Ganso ou Neymar, des joueurs qui frappent très bien les coups francs, j’ai eu envie de prendre mes responsabilités. Ce sont les entraînements qui m’ont mis en confiance."

Cette vocation offensive, Danilo l’a en lui. Latéral, c’est un rôle de composition qu’il occupe à Santos depuis le départ de Jonathan vers l’Inter Milan, mais auquel il préfère largement celui de milieu relayeur. Pour son dernier match avec le 4 du Peixe *dans le dos, il devra donc penser à ne pas trop s’aventurer en attaque, car toute brèche pourra être mise à profit par la cavalerie *blaugrana.

"On est capable de s’adapter à l’adversaire", indique-t-il, laissant entendre qu’il sait combien il devra se montrer prudent le jour de la finale. "D’un côté, nous n'avons pas l’intention d’abdiquer nos intentions de jeu, qui nous poussent naturellement vers la possession et vers le but adverse, mais il nous faudra tempérer un peu nos ambitions car ils ont un talent fou. Malgré tout, je sais que si nous nous sentons bien, nous avons toutes nos chances."

Malgré sa timidité, Danilo meurt d’envie de laisser parler sa détermination et sa confiance. C’est qu’en plus d’occuper aujourd’hui un rôle clé au sein de l’écurie alvinegra, il a déjà remporté au mois d’août dernier un titre de champion du monde U-20 en Colombie, ce qui lui a ouvert les portes de la Seleção de Mano Menezes et du FC Porto. Bref, une année de folie pour ce joueur à peine sorti de l’adolescence et promis à une magnifique carrière...

Pour ses dernières années de footballeur, Danilo a manifestement déjà une idée très précise, comme il l’a indiqué au tout début de l’entretien : "mon premier passage à Santos". "Je me sens vraiment très bien ici, donc j’espère avoir la possibilité de revenir à Santos", détaille-t-il. "Si j'ai la chance de porter le maillot brésilien aujourd'hui et de rejoindre l'Europe, je le dois à Santos et à Muricy, qui m’ont fait confiance". Comme chacun sait, la confiance est un sentiment réciproque. S’il vit des instants de rêve éveillé, c’est parce que depuis le début, Danilo a toujours démontré qu'on pouvait compter sur lui.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Kashiwa Reysol - Santos

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011

Kashiwa Reysol - Santos

14 déc. 2011

Colombie 2011 - Danilo - Brésil

Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2011

Colombie 2011 - Danilo - Brésil

08 août 2011

Paulo Henrique Ganso of Santos celebrates

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011

Ganso prêt à faire le grand saut

09 déc. 2011

Neymar of Brazil's Santos celebrates after scoring against Uruguay's Penarol

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2011

Neymar à pas de géant vers l'Histoire

18 nov. 2011