Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2016

8 décembre - 18 décembre

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2016

Miguel Borja joint les buts à la parole

© AFP

Au début, c'était un simple rêve. Chargé de l'entretien de l'équipement de son frère Walter, il observait les entraînements depuis le banc de touche et s'imaginait en professionnel du ballon rond. Plus tard, il a travaillé avec acharnement, sautant même des repas pour taper dans le cuir. Grâce à son talent et à ses sacrifices, Miguel Ángel Borja a réalisé son rêve. Il est aujourd'hui la coqueluche du football colombien.

"Au collège, je ne portais que la tenue de sport, parce que c'était un survêtement et que je pouvais jouer. Je n'aimais pas l'autre uniforme. Les chaussures n'étaient pas adaptées au football", confie à FIFA.com l'attaquant de l'Atlético Nacional de Medellin, vainqueur de la Copa Libertadores.

Dans la municipalité de Tierralta, à 454 km de Medellín, doña Nicolasa s'efforçait de préparer tous les jours des vêtements propres à son fils rêveur et fou de foot. "J'ai souvent sauté des repas pour m'entraîner", se souvient le joueur de 23 ans. "J'adore le football depuis tout petit. Je me voyais marquer des buts dans les grands stades. J'ai toujours dit à mes parents que je les aiderai à arranger la maison et que je subviendrai à leurs besoins. C'est pour eux que j'ai continué à me battre jour après jour", assure l'imposant buteur de 1m83. Il a tenu parole.

Le jeune Miguel Ángel a reçu une bourse de l'école Ponygol, où son talent lui a permis de se faire remarquer. Il a effectué à 17 ans ses débuts professionnels, à l'América de Cali, avant de porter les maillots de plusieurs équipes en Colombie, en Italie et en Argentine. Ce rude parcours l'a mené à Santa Fe, en 2015, année pendant laquelle sa carrière a pris un tournant décisif. "J'y suis juste resté le temps de gagner la Copa Sudamericana. J'ai ensuite rejoint Cortuluá, où j'ai remporté le titre de meilleur buteur du tournoi d'ouverture 2016 avec 19 réalisations", détaille celui qui a battu au passage le record de Jackson Martínez.

Sa réussite lui a valu d'être repéré par Reinaldo Rueda, qui l'a fait venir à l'Atlético Nacional au milieu de l'année 2016. Il offrait une promesse de buts et là encore, il a tenu parole. Il a étrenné la tunique verdolaga en signant un doublé en demi-finale de la Copa Libertadores et a fini meilleur buteur de son club, avec cinq réalisations en quatre rencontres. "On naît avec un don et on travaille ensuite sans relâche pour l'améliorer", explique-t-il sereinement.

C'est le seul joueur colombien à avoir remporté les deux plus grands tournois de la CONMEBOL. Il tente actuellement de s'emparer à nouveau de la Copa Sudamericana, cette fois dans les rangs du Verde de la Montaña, alors qu'un autre défi pointe à l'horizon : la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qui se déroulera au Japon du 8 au 18 décembre. Un défi que l'attaquant compte bien relever, car il s'est promis de rester sur sa belle lancée. Et comme on le sait, Miguel Ángel Borja est un homme de parole.