Cham. du Monde des Clubs de la FIFA Coupe Toyota, Japon 2005

11 décembre - 18 décembre

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2005

Reina : "Une erreur qui coûte cher"

Pour son troisième rendez-vous au sommet du football de clubs international, Liverpool a de nouveau échoué. Le titre de champion du monde échappe encore au club anglais, dont les joueurs ne cachent pas leur déception, eux qui ont tout donné et manqué une kyrielle d'occasions face à São Paulo lors de la finale du Championnat du Monde des Clubs de la FIFA Coupe TOYOTA, Japon 2005. Rien n'y a fait, ils n'ont pas réussi à faire trembler les filets de Rogerio Ceni, Ballon d'or de la compétition. Une réalisation de Mineiro à la 27ème minute a donc suffi aux Brésiliens pour enlever le trophée tant convoité.

L'entraîneur de Liverpool, Rafael Benítez, estime que son équipe aurait du l'emporter et appuie sa démonstration sur des chiffres: "Nous avons tiré 21 fois au but, obtenu 17 corners, frappé deux fois la transversale et trois buts nous ont été refusés. Quoi rajouter? Lors des 10 dernières minutes, nous avons joué dans leur surface. Je suis très déçu par le résultat mais très content du comportement de mes joueurs".

Le triste défilé des Reds dans la zone mixte témoigne d'une immense déception. Tête basse, nombre des joueurs essayent d'échapper aux questions. Ils vivent comme une injustice cette défaite qu'ils ne peuvent expliquer.

"Pour moi, ce résultat est injuste. En deuxième période, on a contrôlé le jeu, on s'est créé de nombreuses occasions, on a fait un beau travail d'équipe et on a inscrit trois buts. On est extrêmement déçus mais il faut l'accepter et continuer notre chemin, l'heure n'est pas aux regrets", déclare l'Espagnol Xabi Alonso. C'est quand même incroyable qu'on n'ait pas réussi à égaliser avec le nombre d'occasions qu'on s'est procurées. C'est vraiment dommage de ne pas avoir pu brandir le trophée. Mais il faut aller de l'avant et continuer à travailler".

Invaincu pendant 11 matches, le portier Pepe Reina a, pour la première fois depuis longtemps, dû sortir un ballon de ses filets. Et s'il doit dire adieu à son record, le plus dur est de renoncer au trophée. "Je suis en colère parce que, bien qu'on ait été supérieurs, on doit faire une croix sur un titre qu'on n'aura peut-être plus jamais l'occasion de disputer."

"Peu m'importe le record d'invincibilité, il devait bien y avoir une fin à cette série. Ce qui m'énerve, c'est qu'elle se termine précisément en finale et qu'il nous en coûte le titre. On a commis une erreur et on la paye très cher. On a eu huit ou dix occasions nettes et je crois qu'au moins un des trois buts annulés aurait dû être validé", explique-t-il.

Le défenseur Jamie Carragher se montre peu disert en sortant du stade. "On n'aurait pas dû être menés au score. On était les meilleurs sur la pelouse. Mais rien ne sert de ressasser tout ça, il faut maintenant penser au prochain match", confie-t-il avant d'entrer dans le car de l'équipe. Riise: "tirer les leçons"

John Arne Riise, son coéquipier en défense, cherche à retenir les points positifs de ce voyage au Japon. "C'est une bonne expérience. On pourra tirer des leçons de ces deux matches supplémentaires pour l'avenir", avance-t-il, peu convaincu.

"On a très bien joué en seconde mi-temps. On s'est créé beaucoup d'occasions et on a eu beaucoup de problèmes avec tous ces hors-jeu signalés. On rentre très déçus, mais ça ne sert à rien d'avoir des regrets, il faut se concentrer sur nos futurs objectifs", ajoute-t-il. Le milieu de terrain merseysider sait qu'au-delà des lois du jeu, il arrive que la loi du football soit impitoyable. Celui qui faiblit finit par payer, parfois très cher, comme aujourd'hui. "Je crois que le troisième but aurait dû être validé, mais quoi qu'il en soit, on aurait dû concrétiser deux ou trois occasions auparavant. C'est ça le football…".

Luis García est l'un des Liverpudlians les plus remontés lorsqu'il quitte le stade International de Yokohama. A la 62ème minute, alors qu'il était parvenu à battre Ceni, son but de la tête a été annulé pour hors-jeu. "Le but en première mi-temps nous a fait l'effet d'une douche froide", regrette l'ailier espagnol, l'un des joueurs les plus actifs de Liverpool.

Sami Hyypia, quant à lui, résume en une seule phrase les sentiments de tout le vestiaire : "Nous sommes déçus parce que nous n'avons pas été capables de concrétiser nos occasions".

"Je ne crois pas que Liverpool ait commis d'erreur. On a dominé le match, on s'est procuré des occasions et on a même inscrit deux buts. On s'est battus jusqu'au bout et on a très bien joué. C'est dommage d'avoir fait un si long voyage pour revenir les mains vide", conclut Luis García.

Explorer le sujet