Cham. du Monde des Clubs de la FIFA Coupe Toyota, Japon 2005

11 décembre - 18 décembre

Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2005

São Paulo décroche l'or pour l'Amérique du sud (1:0)

Ce dimanche 18 décembre, les Brésiliens de São Paulo sont devenus champions du monde des clubs en défaisant Liverpool sur le score de 1:0 au stade International de Yokohama. Un but inscrit à la 27ème minute par le milieu de terrain Mineiro a suffi à donner la victoire aux vainqueurs de la Copa Libertadores dans cette première édition du Championnat du Monde des Clubs de la FIFA Coupe TOYOTA, Japon 2005. Les champions d'Europe se sont procuré une ribambelle d'occasions en fin de match, mais ils n'ont jamais réussi à tromper la vigilance de Rogerio Ceni, qui a reçu le Soulier d'or adidas et le Prix Toyota.

C'est avec un onze profondément remanié que Liverpool a attaqué la finale après la victoire 3:0 face à Saprissa. Partisan des rotations, l'entraîneur Rafael Benítez a lancé cinq nouvelles têtes, dont Fernando Morientes et Luis García à la place de Peter Crouch et Djibril Cissé aux postes d'attaquant.

Les Reds se créent une occasion très nette dès la toute première offensive. Sur une touche jouée vite, Steven Gerrard parvient à se retourner et à envoyer un superbe centre pour Morientes, mais la puissante tête de l'Espagnol n'est pas cadrée.

Dans cette fraîche soirée de décembre tiédie par la ferveur et les chants des supporters, c'est São Paulo qui prend petit à petit le contrôle de la partie. A la 22ème minute, suite à une belle combinaison entre Aloisio et Amoroso, ce dernier tente sa chance sans inquiéter José Manuel Reina. Les Brésiliens pressent de plus en plus et se permettent quelques fantaisies.

Ainsi, testant la marche arrière de Reina, Cicinho envoie un génial lob depuis la ligne médiane, que le portier espagnol claque au-dessus de la barre. La confiance est du côté des protégés de Paulo Autuori, qui savent cependant se montrer vigilants sur une bonne occasion de Morientes, taclé in extremis par un Junior chirurgical.

Pour restreindre les espaces béants dans l'entrejeu, les lignes arrières européennes montent d'un cran, mais elles se font prendre sur un joli mouvement adverse. Clairvoyant, Aloisio place le ballon dans la course de Mineiro d'un joli ballon piqué par dessus la défense merseysider. Le milieu de terrain s'avance et trompe sereinement le gardien adverse du plat du pied, pour le plus grand plaisir des fans paulistas (1:0, '27). Premier but encaissé par les Reds et par Reina en 11 rencontres, mais c'est tout à fait mérité pour São Paulo, auteur d'une entame délicieuse.

La défense paulista écartelée

Nullement découragés, les Anglais sont à deux doigts d'égaliser quelques secondes plus tard. Sur un corner de la gauche exécuté par Gerrard, Luis García saute plus haut que son vis-à-vis et place une belle tête qui tutoie la transversale, mais du mauvais côté. Les déplacements incessants de l'Espagnol écartèlent la défense tricolor, à nouveau prise à défaut juste après la demi-heure de jeu. A la suite d'une belle action qui débute sur le flanc gauche et se termine sur l'aile droite, Xabi Alonso dépose le cuir sur la tête de Luis García, qui rate encore la cible.

C'est désormais Liverpool qui gère le tempo du match. Trois minutes plus tard, c'est au tour du capitaine liverpudlian de décevoir les fans. Harry Kewell fausse compagnie à Cicinho sur le couloir gauche avant de servir Gerrard à dix mètres des cages, mais sa frappe passe à côté. A la 39ème minute, la surface brésilienne brûle à nouveau, cette fois sur un coup franc enroulé par Gerrard depuis l'aile gauche. Décidément intenable, Luis García échappe au marquage et assène une superbe tête croisée. Le ballon se dirige tout droit vers le second poteau, mais Rogerio Ceni fait l'effort de se détendre.

Superbe arrêt, Luis García n'en croit pas ses yeux ! Sur le corner qui s'ensuit, Sami Hyypia envoie le ballon droit sur le gardien adverse. Le grand Finlandais n'est pas beaucoup plus percutant dans les arrêts de jeu, lorsqu'il voit sa tête atterrir doucettement dans la niche du portier-buteur paulista.

Sept minutes après la pause, c'est Gerrard qui est en proie à l'incrédulité. Parce que son coup franc des 25 mètres se dirige tout droit vers la lucarne et qu'il pense pouvoir égaliser. Mais le capitaine brésilien fait encore étalage de ses qualités sur sa ligne, repoussant le ballon en corner. La pression exercée par Liverpool est énorme, mais la défense de São Paulo tient le choc.

Et quand elle est dépassée, comme sur ce centre-tir vicieux de Kewell, c'est la barre qui la supplée. A la 62ème, Luis García fait enfin trembler les filets, mais son but est annulé pour une position de hors-jeu. Une minute plus tard, Morientes tente sa chance sur un superbe retourné acrobatique qui passe à un mètre des cages. Luis García s'essaie encore quelques secondes après, trouvant l'omniprésent Ceni sur sa route.

São Paulo a laissé passer l'orage. Morientes et Luis García disposent encore de quelques bonnes occasions, puis c'est au tour du remplaçant Florent Sinama Pongolle de trouver le chemin des filets, mais encore dans une position de hors-jeu.

Il reste quelques secondes à jouer, mais Gerrard trouve le temps de placer un boulet de canon des 25 mètres tout près du poteau. Juste avant le coup de sifflet final, Luis García vendange une énième occasion qui serait finalement la dernière. Ce n'était pas le jour de Liverpool ; le champion du monde des clubs, c'est São Paulo.

Explorer le sujet