Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017

Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017

17 juin - 2 juillet

Coupe des Confédérations de la FIFA

L'Odyssée d'El Tri vers la Russie

Andres Guardado #18 of Mexico and teammates celebrate after defeating Jamaica
© Getty Images

La Zone Amérique du Nord, centrale et Caraïbes devait désigner son représentant en Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017 à l'issue d'une confrontation entre les lauréats des éditions 2013 et 2015 de la Gold Cup de la CONCACAF. Le 10 octobre 2015, les États-Unis et le Mexique se sont donc donné rendez-vous à Pasadena (Californie) pour un ultime duel, dont El Tri *est sorti vainqueur. *FIFA.com **revient pour vous sur le parcours qui a mené la sélection mexicaine en Russie.  

Des débuts hésitants
Une semaine après la finale de la Coupe des Confédérations 2013 au Brésil, le Mexique figure déjà sur la ligne de départ du Groupe A de la Gold Cup, avec l'ambition affichée d'arracher la moitié du précieux sésame pour Russie 2017. Comme prévu, l'équipe entraînée à l'époque par José Manuel de la Torre valide son billet pour les quarts de finale grâce à deux succès sur le Canada et la Martinique, mais la défaite concédée à une courageuse équipe panaméenne lui coûte la première place.  

Les Mexicains débutent la seconde phase du tournoi par une courte victoire (1:0) sur Trinité-et-Tobago, Raúl Jiménez se chargeant d'inscrire l'unique but de la partie à cinq minutes du terme. Opposé aux *Canaleros *pour la deuxième fois en demi-finale, *El Tri *mord la poussière sur le même score qu'au premier tour (2:1).

Suite à cet échec, le Mexique doit se contenter de la troisième place. Pour venir à bout du Panama en finale et soulever le trophée, les *Stars and Stripes *n'ont eu besoin que d'un petit but de Brek Shea en milieu de seconde période. À ce moment, les États-Unis ont déjà un pied en Russie.

L'année 2013 s'achève sur le départ de José Manuel de la Torre. Nommé sélectionneur national, Miguel El Piojo Herrera impose rapidement sa patte sur sa nouvelle équipe. Dans ce contexte, la qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ apparaît comme un pas dans la bonne direction.

*La revanche *
C'est donc sur cette lancée que le Mexique aborde la Gold Cup 2015, bien décidé à prendre sa revanche. Cette fois encore, les Aztèques *terminent à la deuxième place de leur groupe, derrière Trinité-et-Tobago. Malgré les nuls concédé au Guatemala et aux *Soca Warriors, la victoire sur Cuba suffit à leur ouvrir les portes des quarts de finale.  

La suite se révèle tout aussi laborieuse. Dans un premier temps, *El Tri *doit s'en remettre à un penalty d'Andrés Guardado au bout de la prolongation (120ème+4) pour venir à bout du Costa Rica. Dans le dernier carré, la revanche contre le Panama tourne à l'avantage des Mexicains, qui s'imposent 2:1 grâce à deux nouveaux penalties de Guardado, le second en prolongation.

Vainqueur surprise des États-Unis au tour précédent, la Jamaïque les attend en finale. Cette fois, les protégés de Herrera ne laissent rien au hasard. Le capitaine Guardado ouvre la marque à la 31ème minute, avant que Jesús Corona ne double la mise au retour des vestiaires (47ème). Peu après l'heure de jeu (61ème), Oribe Peralta met les siens définitivement à l'abri. Darren Mattocks a beau réduire l'écart à dix minutes du terme, l'affaire est entendue.  

Au lendemain de ce triomphe, Miguel Herrera quitte ses fonctions. Ricardo Ferretti, l'entraîneur des Tigres, est nommé sélectionneur par intérim. C'est donc lui qui se trouve aux commandes ce fameux 10 octobre 2015.  

En route pour la Russie
Dans l'enceinte mythique du Rose Bowl, les Américains entament la partie prudemment, mais s'exposent aux offensives mexicaines. Dix minutes seulement après le coup d'envoi, Javier “Chicharito” Hernández ouvre le score en se trouvant à la conclusion d'un superbe mouvement collectif qui le laisse seul face au but vide.  

Piqués au vif, les *Stars and Stripes *réagissent et égalisent cinq minutes plus tard, sur une reprise de la tête signée Geoff Cameron. Petit à petit, les débats s'équilibrent et lorsque l'arbitre siffle la mi-temps, les deux équipes sont toujours à égalité (1:1).  

Plus rien ne sera marqué après le repos, malgré quelques émotions de part et d'autre. Une fois de plus, le Mexique voit son destin se jouer en prolongation. À la 96ème minute, Oribe Peralta croit donner un avantage définitif aux siens, mais sa joie est de courte durée : 12 minutes plus tard, Bobby Wood rétablit la parité. Alors que les vingt-deux acteurs ne sont plus qu'à deux minutes de l'épreuve des tirs au but, le défenseur mexicain Paul Aguilar met toute sa rage dans une frappe surpuissante, qui termine au fond des filets. Le Mexique a gagné le droit de disputer la Coupe des Confédérations en Russie.  

La stat
*10 - *Comme le nombre de titres du Mexique en Gold Cup de la CONCACAF. Les États-Unis, son premier poursuivant, n'en comptent que la moitié.  

Entendu... *
"Je suis heureux car j'ai rempli la mission qui m'avait été confiée : qualifier le Mexique pour la Coupe des Confédérations en Russie. J'ai le sentiment du devoir accompli. Quelle que soit l'issue, c'est satisfaisant de voir son équipe réussir de belles choses sur le terrain. Je suis très content de ce que j'ai vu aujourd'hui. C'est un résultat mérité, car mes joueurs ont tenté, ils ont réussi des choses et ils ont pris l'initiative. Sur 120 minutes, nous méritions un peu plus la victoire et grâce à Dieu, nous avons été récompensés" - *
Ricardo Ferretti, sélectionneur par intérim du Mexique  * *

Explorer le sujet

Articles recommandés

Coach Bora Milutinovic of the USA Soccer Team gives instructions to his players.

Coupe des Confédérations de la FIFA

Milutinovic fait rimer El Tri, derby et favori

09 oct. 2015

Head coach Jurgen Klinsmann of the United States reacts

Coupe des Confédérations de la FIFA

Klinsmann : "Cette qualification est essentielle"

07 oct. 2015