Suivez nous sur

Protéger le football contre le dopage

Generic image of doping tests
© FIFA.com

Le dopage n’a pas sa place dans le sport ; la FIFA n’a de cesse de protéger le football contre ce fléau et de donner l’exemple pour assurer son avenir et sa pérennité. Ses principaux alliés dans cette lutte à l’échelle mondiale sont les associations membres et les confédérations.

La FIFA procède systématiquement à des contrôles de dopage lors de ses compétitions internationales, depuis 1966, pour garantir l’intégrité des matches et l’équité des conditions de jeu des forces en présence sur le terrain. Elle a été la première instance dirigeante d’un sport international à reconnaître le problème et à prendre des mesures pour le combattre activement.

La FIFA travaille main dans la main avec l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) et les organisations nationales antidopage (ONA) - une coordination indispensable pour protéger la santé des sportifs et l’esprit de compétition - afin d’affûter la stratégie de contrôle internationale, d’uniformiser les règles, et d’éduquer toutes les parties prenantes.

Le Règlement antidopage de la FIFA régit très précisément les modalités de contrôle et les sanctions applicables lors des compétitions de football. Il est conforme au [Code mondial antidopage de l’AMA](: https://www.wada-ama.org/en/what-we-do/the-code), le document de référence pour l’harmonisation des politiques, des règlements et des règles antidopage des organisations sportives et des autorités publiques, dans le monde entier. L’un des axes fondamentaux de la stratégie antidopage de la FIFA est la prévention par l’éducation. Des sessions de lutte contre le dopage sont organisées lors des phases finales des compétitions juniors de la FIFA, avec à la clé, des tests de connaissances pour les joueurs. En 2015, la FIFA a lancé ses affiches de sensibilisation "11 règles pour prévenir le dopage dans le football" à l’adresse des jeunes sportifs, des médecins, des entraîneurs et des parents. Elle a également créé un outil d’éducation en ligne. De plus, la brochure d’information « Carton rouge au dopage » est systématiquement distribuée aux joueurs, lors des compétitions de la FIFA pour les mettre en garde contre ce fléau et les informer des règlements et des procédures de la FIFA en la matière.

Lire également

Dites Non au Dopage

Stratégie de contrôle

Conformément aux programmes de contrôle de dopage de la FIFA, les joueurs participant à ses compétitions peuvent être soumis à tout moment à un test. La FIFA collecte des échantillons de sang et d’urine et traque les substances telles que l’EPO et l’hormone de croissance humaine. Elle pratique des tests inopinés, à la fois en compétition et en dehors.

Pour ce faire, elle s’appuie sur un réseau mondial de médecins, responsables du contrôle de dopage (RCD). Après avoir suivi son programme de formation approfondi, ceux-ci sont soumis à des audits réguliers de l’unité antidopage de la FIFA, garants de l’uniformité et du niveau élevé des procédures. Toutes les analyses des échantillons sont réalisées par des laboratoires accrédités par l’AMA.

Lire également

En savoir plus sur le fonctionnement du contrôle antidopage

Les contrôles de dopage aux niveaux national et continental relèvent directement des confédérations, des associations membres et/ou des agences antidopage nationales. La FIFA veille à ce que les règlements antidopage des AM et des confédérations soient conformes à ses propres règles en pilotant la gestion des résultats à différents niveaux du football – y compris les éventuels recours interjetés devant le Tribunal Arbitral du Sport.

Elle adapte systématiquement ses procédures de contrôle aux recommandations et aux recherches les plus récentes afin d’être toujours à la pointe du combat contre le dopage. Le passeport biologique de l’athlète (PBA), qui comprend des paramètres hématologiques (dans le sang) et stéroïdiens (dans les urines) a été lancé en 2013, pour la Coupe des Confédérations de la FIFA. Toute anomalie constatée dans ce profil peut être le signe d’une consommation de substances dopantes tels les stéroïdes ou les hormones anabolisants et/ou de manipulation sanguine.

Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (AUT)

Un sportif peut être atteint d’une maladie, ou dans un état nécessitant la prise de médicaments spécifiques.

Si ces derniers figurent sur la Liste des interdictions de l’AMA, une Autorisation standard d’Usage à des fins Thérapeutiques (AUT) peut lui être accordée.

Le Code de l’AMA l’autorise à demander cette dérogation avec son médecin, le cas échéant, afin qu’un traitement basé sur des méthodes ou produits interdits puisse lui être administré.

Pour en savoir plus sur le Formulaire de demande d’AUT et la politique de la FIFA en la matière, Autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT).

Formulaire de demande d’AUT de la FIFA

Politique de la FIFA en matière d’AUT

Dites non au dopage et dénoncez les tricheurs

Protégez le football contre le dopage – quiconque est témoin d’une violation des règles antidopage ou ayant des motifs raisonnables de penser que le football laisse prise au dopage peut utiliser l’outil de signalement des cas de dopage de la FIFA. Tout signalement est sécurisé et confidentiel. Les lanceurs d’alerte peuvent faire leur signalement de manière anonyme, seul un nombre restreint de membres de l’unité antidopage de la FIFA en auront connaissance. Pour aller plus loin : Règlement antidopage de la FIFA et Outil éducatif de la FIFA contre le dopage.

La plateforme, opérée par un fournisseur externe, est accessible en ligne à l’adresse FIFA.com, 24h./24 et 7j./7, dans les quatre langues officielles de la FIFA : anglais, français, allemand et espagnol. La sécurisation et la confidentialité des informations sensibles, et l’anonymat des utilisateurs sont garantis par une technologie spéciale de cryptage et de sécurité. Vous pouvez visiter la plateforme sans fournir de données personnelles et sans que votre comportement ne soit analysé. Les données des utilisateurs sont traitées conformément aux critères du label européen de protection des données personnelles (EuroPriSe) et aucune adresse IP n’est collectée.

Statistiques

Selon les statistiques de l’AMA, le football est le sport qui donne lieu au plus grand nombre de contrôles de dopage, avec environ 30 000 échantillons prélevés et analysés par an an, en moyenne. Sur cette base, on obtient un taux d’échantillons positifs global peu élevé, bien en-deçà de 0,45 % année après année (2011 – 0,42 %, 2012 – 0,40 %, 2013 – 0,29 %, 2014 – 0,20 %, 2015 – 0,24 %, 2016 – 0,20 %).

En 2016, 33 227 contrôles de dopage ont été effectués dans le football, dans le monde. Selon la base de données de la FIFA en matière de contrôle du dopage, 78 échantillons (0,24 %) ont généré des résultats positifs, comme le montre ce tableau récapitulatif.

La FIFA gère directement les programmes de contrôle de dopage des compétitions qu’elle organise et fixe les règles valables, dans ce domaine, dans le monde entier. Les contrôles de dopage aux niveaux national et continental relèvent directement des confédérations, des associations membres et/ou des agences antidopage nationales, tandis que la FIFA pilote la gestion des résultats, y compris les éventuels recours interjetés devant le Tribunal Arbitral du Sport.

Vous pouvez consulter le Tableau synoptique des tests de dopage directement effectués par la FIFA en 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens utiles :

Documents connexes

Articles recommandés