Michel Vautrot

Laissez-moi vous parler de Sylvain Kastendeuch, le capitaine du FC Metz, club de Première Division en France. Pendant des années, ce défenseur central a dû affronter les remontrances et les cartons des hommes en noir. Pourtant, lorsqu'il a mis fin à sa carrière, après avoir disputé 577 matches de haut niveau, il l'a fait sans avoir jamais reçu le moindre carton rouge. Cela prouve bien que, quoiqu'on en dise, un professionnel peut très bien jouir d'une grande longévité au plus haut niveau sans avoir à se renier. Ce grand joueur, qui est également un homme de coeur, est toujours parvenu à se sortir de toutes les situations sans avoir à recourir à la fameuse faute professionnelle.

C'est déjà remarquable, mais il y a mieux. Avant de dire un dernier adieu au monde du football, un monde qui a tourné la tête à bien des joueurs avant lui, Sylvain prit la défense des arbitres, au travers d'un vibrant plaidoyer paru dans les pages du magasine France Football. Venant d'un ancien joueur, la chose avait de quoi surprendre. Voici quelques extraits de ce document, remarquable parce que son auteur, un homme de terrain, n'ignore rien du jeu, du fair-play et du respect des autres :

"De nos jours, les arbitres sont mieux organisés, mieux préparés, mieux conseillés et mieux protégés, ils devraient donc se sentir plus en sécurité. L'arbitrage en général s'est amélioré et les arbitres sont de plus en plus réguliers dans leurs performances.

Il y a aussi beaucoup moins d'incidents graves aujourd'hui qu'il y a 15 ans. A l'époque, certains joueurs cherchaient vraiment à faire mal. Il y avait des types qui s'en sortaient après de véritables attentats parce que les arbitres ne se rendaient pas vraiment compte de ce qui se passait.

De leur côté, les joueurs ont davantage de respect pour les arbitres. Ils comprennent que ceux qui sont amenés à officier dans les matches au plus haut niveau sont vraiment les meilleurs et qu'ils ont dû faire leurs preuves, tout comme n'importe quel joueur. Il n'est jamais facile de réussir et eux aussi ont dû montrer de quoi ils étaient capables. Désormais, les arbitres n'ont plus le loisir d'interpréter les règles à leur convenance. En fait, je pense même qu'ils devraient être encore plus sévères qu'ils ne le sont aujourd'hui. Ils devraient se montrer particulièrement inflexibles avec les joueurs qui cherchent manifestement à blesser leurs adversaires.

Un arbitre ne fait jamais exprès de se tromper. Si un arbitre prend la mauvaise décision, c'est parce qu'il a mal vu l'action ou parce qu'il ne l'a pas vue du tout. Quand un joueur s'en prend à l'arbitre par frustration, il risque surtout de perdre sa concentration. Ce genre d'attitude n'est bon pour personne. Les arbitres, eux aussi, doivent pouvoir se focaliser sur leur travail.

Si vous êtes entraîneur ou dirigeant d'un club, comment pouvez-vous exiger de vos joueurs qu'ils gardent leur calme en toute circonstance quand ils voient la façon dont se comportent les gens sur le banc de touche ou dans la tribune officielle ?

Et puis, il y a aussi ce que les gens disent. Je ne comprends pas comment les présidents de club, qui sont pourtant des personnages médiatiques, font pour échapper aux sanctions avec toutes les choses terribles qu'ils disent sur l'arbitrage. Le niveau est vraiment très faible. Comment peut-on dire des choses pareilles ? Les présidents et les entraîneurs devraient commencer par balayer devant leur porte pour pouvoir donner l'exemple.

Je ne comprends pas pourquoi certaines personnes cherchent toujours des boucs-émissaires. Dans un sens, c'est un aveu de faiblesse, une façon d'éviter de traiter les vrais problèmes. Les médias ont également un rôle éducatif important à tenir dans ce domaine. Je ne vois pas pourquoi un homme, la cinquantaine ou plus, qu'il soit chef d'entreprise ou autre chose, pourrait tout à coup venir assister à un match de football et tout mettre sur le dos de l'arbitre. Peu importe qu'il y ait des intérêts financiers en jeu. Qu'est-ce que ça peut faire ? Si on peut exiger des supporters ou des joueurs qu'ils se comportent correctement, pourquoi laisser un type faire n'importe quoi, sous prétexte qu'il possède un certain statut social ?

J'ai observé mon fils qui a onze ans et qui vient juste de commencer à jouer dans un club et j'ai vu des choses terribles. Je ne peux pas m'empêcher de me demander pourquoi tant de gens s'emploient à pourrir des enfants. Ça me révolte. Ces personnes prétendent leur enseigner quelque chose mais elles se comportent d'une manière scandaleuse. Quel genre d'exemple sont-elles sensées donner ?

Le Fair-Play, c'est avant tout une question d'éducation. Il est bien dommage que le concept éducatif n'ait plus sa place dans le football moderne."

Kastendeuch dit vrai. Ses paroles sont frappées au sceau du bon sens et de l'esprit sportif. Nous n'aurions pas pu trouver meilleur avocat pour les arbitres car si un arbitre avait rédigé ces lignes, il aurait été accusé de parti pris.

Le FC Metz a tenu à rendre un dernier hommage symbolique à son capitaine en le titularisant pour le dernier match de la saison. Pourtant, Kastendeuch avait pris sa retraite avant la fin du championnat afin de pouvoir se concentrer sur ses nouvelles fonctions d'adjoint aux sports de la mairie de Metz. Mais, après à peine sept minutes de jeu, il a dû être emmené d'urgence à l'hôpital pour y passer la nuit. Il avait été littéralement assommé en tentant de bloquer un tir. Le ballon a pris la mauvaise direction et lui a presque arraché la tête. Quelle étrange façon pour le grand arbitre là-haut dans le ciel de dire : "Merci et au revoir" à quelqu'un qui s'est toujours comporté comme un saint sur le terrain.

***

Lors des finales de coupes nationales ou continentales, les arbitres reçoivent eux aussi une récompense symbolique à la fin du match et c'est une tradition agréable. Une autre tradition, beaucoup moins plaisante, consiste pour le public à siffler et à huer bêtement l'arbitre et ses assistants lorsqu'ils viennent recevoir leur médaille, sans même se demander si leur prestation mérite pareil traitement.

Les arbitres n'exigent pas que tout le monde leur tombe dans les bras mais ils estiment qu'à titre d'officiels et d'êtres humains, ils ont droit à un minimum de respect. Ce sont eux qui doivent siffler et pas les supporters !

Serait-ce trop demander que d'avoir un peu moins de sifflets et un peu plus d'applaudissements pour tous les acteurs du match, et pas seulement les joueurs ? Cela pourrait contribuer à améliorer l'image du pauvre arbitre qui doit trop souvent faire face à un rude traitement, même lorsqu'il n'a rien fait pour le mériter.