Les trois récipiendaires du premier Prix du Réseau Universitaire International ont effectué leur voyage en Suisse à la fin du mois de mars. Laura Macchiotti, Evangelina Tosello et María Teresita Axmann - de la Universidad Católica Argentina de Buenos Aires - ont ainsi pu visiter le siège du CIES à Neuchâtel, présenter leur travail aux étudiants du FIFA Mastère et se rendre au siège de la FIFA où elles ont reçu un diplôme des mains du Président de la FIFA et de celui du CIES.

Dans un registre plus détendu, elles ont assisté au match de football FIFA-FIFA Mastère - qui s’est achevé sur la victoire du dernier - et effectué quelques excursions touristiques, sans oublier les incontournables séances shopping.

Laura et Teresita nous font part ci-dessous de quelques réflexions et souvenirs sur ce voyage court mais intense.

Quelles furent votre réaction et celles de votre famille et de vos amis quand vous avez appris que vous receviez le Prix du Réseau ?
Laura : Le sport et les thèmes sociaux occupent une place très importante dans ma vie. J’ai mis tout mon cœur dans ce projet. J’ai beaucoup apprécié toute la phase de recherche et d’élaboration. Ce serait certainement faire preuve d’immodestie que de dire que j’étais sûre de gagner le Prix. Mais j’avais une foi énorme dans notre succès à cause de tout ce nous avions investi et des opportunités que représente la mise en pratique du thème de la résilience. Même si un seul enfant peut bénéficier du temps et des efforts que nous avons fournis, cela valait la peine ! En ce qui concerne ma famille - en particulier mes enfants - ils sont fiers en raison du prestige que représente ce Prix. Mon fils aîné m’a écrit : 'Nous te souhaitons beaucoup de chance. Nous sommes fiers de toi. Tu es un exemple pour moi quand je considère toute l’énergie dont tu fais preuve dans la vie'.
Teresita : Quelle émotion et quel bonheur ! Je dois avouer que le jour de la délibération du Jury, j’étais constamment connectée au site web du Réseau CIES, à l’affût d’une nouvelle que j’ai reçue le lendemain. J’ai immédiatement informé ma famille et tous mes amis. Mes enfants étaient heureux tant pour eux que pour moi car ce Prix a une signification importante. En effet, ils m’ont soutenue durant toute la durée du Programme UCA/FIFA/CIES et la réalisation du projet. Je dois aussi souligner le fort impact que la nouvelle a eu pour les étudiants et les professeurs de toutes les éditions du Programme : des coups de téléphones, des courriels. Il ne s’agissait pas seulement de messages de félicitations mais aussi des offres de collaboration pour la réalisation du projet. J’ai même reçu un appel d’une mère d’un des étudiants qui s’intéressait à la logothérapie et à la résilience et souhaitait offrir son aide. En un mot, le téléphone n’a pas arrêté de sonner. Incroyable mais vrai ! Le Prix a aussi une signification importante car le Réseau, c’est un déclencheur d’opportunités tant sur le plan académique que professionnel. Il permet aussi de dynamiser les liens entre étudiants du Réseau. Tous attendent des nouvelles de notre grand voyage !

Que représente le Prix du Réseau à vos yeux ?
Laura : Mise à part une grande reconnaissance, le Prix représente un engagement pour continuer notre travail, pour être à la hauteur du CIES, de la FIFA et de la UCA, ce qui n’est pas peu de choses !
Teresita : A titre personnel, il est synonyme d’un saut qualitatif dans ma vie professionnelle, d’un chemin vers d’autres recherches, d’autres opportunités de travail. Il représente également un engagement encore plus intense pour le développement et la réalisation de ce projet qui a un grand potentiel. Cela constitue notre plus grand défi.

Quelle est votre opinion du Réseau International FIFA/CIES ?
Laura : Pour moi, c’est une clé qui peut ouvrir d’innombrables portes. Il peut aussi offrir d’intéressantes opportunités.
Teresita : Le Réseau offre un excellent Programme. Il est innovateur car il se base sur deux piliers : la diversité et le travail en équipe. Voilà toute la différence ! Je crois qu’il est très important d’approfondir ces deux aspects, ainsi que de créer des activités qui favorisent la création de liens entre tous ceux qui font partie du Réseau, à savoir les universités, les professeurs, les étudiants, etc., pour créer ainsi un plus grand sentiment d’appartenance.

Comment les étudiants du Mastère FIFA ont-ils réagi à la présentation de votre travail ?
Laura : Ils ont fait preuve d’un grand intérêt et nous ont submergées de questions…
Teresita
: Leur intérêt s’est illustré dans le temps qu’ils ont pris pour formuler leurs questions, toutes enrichissantes et prometteuses pour la suite de notre travail. La connaissance de cette nouvelle tendance que constitue la résilience retient l’attention et étonne beaucoup de monde. Elle offre également une perspective nouvelle. A titre d’anecdote, je me suis approchée d’un des étudiants du Mastère à la fin de la partie de football contre la FIFA pour le féliciter. Il m’a répondu : 'C’est grâce à la résilience ! Nous avons eu recours à nos forces et à un esprit positif en tant que joueurs et en tant qu’équipe'. Cette réponse m’a enchantée et je me suis dit : 'Mission accomplie !'

Et que pensez-vous d’eux ?
Laura : Intelligents, sans aucun doute. Avec beaucoup de pêche, de niaque et très bien formés.
Teresita : Sincèrement, ils m’ont fait une excellente impression : jeunes et avides de savoir. Ils ont l’air heureux et fiers de ce qu’ils font. J’ai beaucoup apprécié l’hétérogénéité du groupe. C’est une source d’enrichissement. Par ailleurs, ils se sont montrés très cordiaux à notre égard, nous ont félicitées de l’obtention du Prix du Réseau. En un mot, nous avons eu du plaisir à partager les résultats de notre travail ainsi qu’à visiter la FIFA avec eux.

Est-ce qu’il est important de développer et de renforcer les liens avec le Mastère FIFA ?
Laura: A l’évidence, c’est très important. Comme je l’ai mentionné lors d’un de nos repas, ce serait très intéressant d’organiser des rencontres entre les étudiants du Mastère et ceux du Réseau en marge d’un événement sportif. Pourquoi pas les Jeux Olympiques ? Nous pourrions organiser un forum et débattre de sujets académiques, parler affaires dans une atmosphère sportive. Cela offrirait sans doute de multiples perspectives aux participants.
Teresita : Je partage l’avis de Laura. Je crois que les étudiants du Master ont beaucoup à offrir aux membres du Réseau. Je parle de leurs connaissances, de leurs expériences professionnelles, de celles qu’ils ont faites dans le cadre du Mastère. Le fait de vivre ensemble favorise une autre manière d’apprendre.

Quelle impression vous a laissé le Siège de la FIFA ?
Laura
: Imposant, comme tout ce qui a trait au football. Je n’ai compris l’émotion que pouvait susciter une telle visite qu’une fois sur place.
Teresita : C’est un endroit incroyable. On est intimidé quand on s’en approche. Il inspire le respect. Pouvoir visiter le Siège de la FIFA a été quelque chose d’unique. C’est le miroir du monde entier, il a quelque chose de magique dans chaque détail : les escaliers, les jardins, les bureaux. Par-dessus tout, la présence de collaborateurs de tant de nationalités m’a donné un message d’espérance, d’unité. Dans le bus qui nous menait à Zurich, j’ai pu observer comment les étudiants du Mastère se préparaient pour l’occasion : ajuster sa cravate ou corriger son maquillage. Des gestes qui prouvent une attitude de respect, d’admiration envers cette institution. En outre, le Président de la FIFA a pris la peine de se renseigner sur toutes les implications du mot 'résilience'. Cela m’a émue jusqu’aux larmes ! Quel fierté quand il a dit : 'Merci pour cette merveilleuse occasion de nous rencontrer'.

Et le match entre l’équipe du Mastère FIFA et celle de la FIFA ? Un grand moment ?
Laura : Très divertissant. Et quel gardien que celui du Mastère FIFA ! Je crois que cela a constitué une excellente occasion de consolider les liens entre les étudiants, que ce soient ceux qui couraient sur le terrain ou ceux qui soutenaient leur équipe au bord de la pelouse. Quant aux collaborateurs de la FIFA qui peuvent travailler pour le sport qui les passionne - et qui plus est y jouer - je ne peux leur dire que ces mots: je vous envie !
Teresita : Les étudiants du Mastère ont été excellents. Ils ont réussi le jackpot : jouer contre la FIFA, sur le terrain de la FIFA et gagner même si l’équipe de la FIFA a bataillé ferme jusqu’à la fin ! Les étudiants ont utilisé tous leurs atouts pour gagner : la tenue vestimentaire, les 'cheergirls' habillées comme les joueurs, les reportages photographiques, la stratégie sur le terrain ! Ils ont vraiment apprécié le jeu. Chaque but a été l’occasion de faire la fête. On pouvait entendre les joueurs crier dans les vestiaires, dans le plus pur style d’un match de sélection nationale.

Quels furent les moments forts de la visite en Suisse ? Une image pour la résumer ?
Laura : Une image ? Ce qui me vient évidemment à l’esprit c’est la photo avec le Président de la FIFA et celui du CIES lors de la remise du diplôme. Mais je ne peux pas parler d’un seul moment fort car cette semaine en Suisse a été extraordinaire. Nous avons été traitées comme des reines, sans exagérer.
Teresita : La photo où nous sommes tous là, dans l’auditorium de la FIFA, avec M. Blatter, M. Reeb, Mariano, Vincent et Pierre… Néanmoins, chaque moment a été unique. Mes sincères remerciements à tous ceux qui ont rendu ces instants possibles, à tous ceux avec lesquels nous avons pu faire ce grand voyage.

Et la Suisse ?
Laura : Un pays incroyable pour sa beauté, son ordre et l’éducation de ses habitants.
Teresita : Je ne peux que répéter les mots de Laura : un pays extraordinaire !