Classement mondial FIFA/Coca-Cola

Classement FIFA

Un Brésilien au chevet de l’Indonésie

© AFP

Première équipe d'Asie à avoir participé à une Coupe du Monde de la FIFA™, à l’occasion de France 1938, l’Indonésie peine aujourd’hui à exister sur son propre continent. Les Indonésiens ont d’ores et déjà tiré un trait sur la Coupe d’Asie de l’AFC 2015, après avoir récemment perdu deux matches de qualification contre la RP Chine et l’Irak.

Malgré cette déception, les hommes de Jacksen Ferreira Tiago, le nouvel entraîneur brésilien, a envoyé dernièrement quelques signaux encourageants. Ils ont notamment créé l’une des plus grosses surprises du troisième tour des qualifications en faisant match nul 1:1 avec la RP Chine après avoir pourtant concédé l’ouverture du score. Même si elle n’a pas réussi à glaner le moindre autre point depuis, c’est la première fois depuis 1963 que l'Indonésie n’a pas perdu face aux Chinois, classés 65 rangs plus haut dans le Classement Mondial FIFA/Coca Cola.

Cette performance a également permis aux Indonésiens de gagner huit places dans la hiérarchie mondiale, dont ils occupaient la 162ème position en octobre 2013. Les *Merah Putih *(Rouge et Noir) ont atteint leur meilleur classement - 76ème - en septembre 1998. Leur chute a été vertigineuse depuis, avant de toucher le fond en septembre dernier, avec la 170ème place. "Ce résultat nous a fait beaucoup de bien moralement", confie à FIFA.com Jacksen Ferreira Tiago, qui a repris les choses en main en milieu d’année. "C’était notre premier vrai test depuis ma prise de fonction. On a pu se roder lors de deux matches amicaux contre les Pays-Bas et les Philippines. Je n’ai donc pas été surpris par le niveau de mon équipe, même lorsque l’on a concédé le premier but avant d’égaliser en deuxième mi-temps."

Le Brésilien a passé les 20 dernières années en Indonésie. Il connaît donc mieux le football local que n’importe lequel de ses prédécesseurs venus de l’étranger. Il reconnaît pourtant avoir été complètement déboussolé à son arrivée en 1994. "En tant que Brésilien, je ne m’attendais pas à découvrir ici un pays très porté sur le football", raconte Tiago, 45 ans. "J’ai pu me rendre compte très vite sur place que j’avais tort. Les Indonésiens sont absolument passionnés de football. Les supporters n’ont rien à envier en terme de ferveur et d’enthousiasme à ceux de beaucoup de pays dans le monde."

Un réservoir énorme
L’Indonésie fait d’ailleurs figure de pionnière pour le football asiatique. Après avoir participé à France 1938, les Indonésiens ont atteint les quarts de finale du Tournoi Olympique de Football Masculin, Melbourne 1956. Ils comptaient alors parmi les valeurs sûres du continent, comme en témoigne leur médaille de bronze aux Jeux Asiatiques de 1958. Qualifiés quatre fois de suite pour la Coupe d’Asie de l’AFC entre 1996 et 2007, ils ont néanmoins échoué à chaque fois dès la phase de groupes.

Derrière le renouveau indonésien se cache Boaz Solossa, qui a inscrit les deux buts des siens lors de cette campagne qualificative, contre l’Arabie Saoudite et la RP Chine. "Solossa est un joueur formidable", confirme Tiago, qui a également l’attaquant sous ses ordres en club, au Persipura Jayapura. "Ce n’est pas seulement un buteur. Il faut aussi figure d’exemple pour toute l’équipe nationale. Il a le sens du but, une très bonne vision du jeu et peut marquer des deux pieds."

"Cette équipe a réalisé beaucoup de progrès", conclut l’entraîneur brésilien. "L’Indonésie a un réservoir énorme de footballeurs, mais elle traverse actuellement une période difficile. Elle doit être mieux structurée et se fixer des objectifs de développement pour les années à venir en parallèle de ses projets à court terme."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Classement FIFA

L'Indonésie sur sa lancée

20 janv. 2011

Durabilité

"Safire", un bijou de projet

19 nov. 2013

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Karembeu participe à la Tournée du Trophée

18 nov. 2013