Classement mondial FIFA/Coca-Cola

Classement mondial FIFA/Coca-Cola

Classement FIFA

L'Indonésie sur sa lancée

Indonesian footballer Muhammad Ridwan (#22) celebrates with teammates
© AFP

La grande majorité des équipes nationales étant au repos pendant la période des fêtes, le Classement mondial FIFA/Coca-Cola n'a pas connu de profonds bouleversements. Toutefois, la progression constante de l'Indonésie au sein de la hiérarchie mondiale au cours des deux derniers mois suscite une certaine curiosité. Classée 135ème au niveau mondial et 20ème en Asie au mois de novembre, la nation insulaire a terminé l'année sur une progression de huit places, ce qui fait d'elle l'équipe asiatique la plus performante du moment. Forte de cette remontée, l'Indonésie aborde 2011 au 126ème rang mondial.

Cette performance doit beaucoup aux bons résultats enregistrés pendant la Suzuki Cup de l'AFF, la Fédération de football des pays de l'ASEAN. Finalistes de l'épreuve pour la quatrième fois, les Indonésiens ont cependant mordu la poussière face à la Malaisie, au meilleur des deux manches. L'ancienne Tiger Cup s'est déroulée du 1er au 29 décembre. Au cours de cette période, l'Indonésie a accueilli la phase de poules.

Portés par le soutien inconditionnel de leurs fans, les Rouge et Blanc ont débuté le tournoi en fanfare, infligeant un sévère 5:1 à la Malaisie avant de battre facilement le Laos 6:0. Sur leur lancée, les locaux ont dominé la Thaïlande 2:1. Ce dernier résultat a eu pour double conséquence de propulser les insulaires en demi-finale et de sceller l'élimination des triples vainqueurs de l'épreuve.  

Au tour suivant, l'Indonésie a dû relever un nouveau défi en affrontant les Philippines. Sous l'impulsion du maître-tacticien autrichien Alfred Riedl, arrivé aux commandes en mai dernier, la sélection indonésienne a confirmé ses bonnes dispositions du moment en s'imposant par deux fois. Buteur à domicile comme à l'extérieur, Cristian Gonzales peut être considéré comme le grand artisan de ce succès.

En finale, les Indonésiens ont retrouvé face à eux une équipe de Malaisie qu'ils avaient littéralement surclassée au premier tour. Visiblement très confiants, les hommes de Riedl ont sans doute été surpris par l'approche offensive des Malaisiens lors du match aller, disputé le 26 décembre dernier. Devant son public, la Malaisie a trouvé la faille à trois reprises en l'espace de 12 minutes pour s'imposer sur un score sans appel (3:0). Trois jours plus tard, l'Indonésie a pris sa revanche à domicile, sans toutefois parvenir à inverser totalement la tendance (2:1). A l'issue d'une double confrontation enlevée, c'est finalement la Malaisie qui remporte le titre, 4:2 sur l'ensemble des deux manches.

Un avenir prometteurMalgré leur échec en finale, les insulaires ont toutes les raisons d'être satisfaits. Ils enregistrent en effet leur meilleure performance dans cette compétition depuis des années. En 2007, ils n'avaient même pas passé le premier tour et s'étaient inclinés en demi-finale deux ans plus tard.

Encouragé par cette belle série, le sélectionneur regarde l'avenir avec confiance. "La défaite à Kuala Lumpur nous a mis dans une position difficile", observe l'ancien entraîneur de la Palestine, du Laos et du Viêt-Nam. "Nous nous sommes procuré pas mal d'occasions au match retour mais nous avons manqué de réussite. Le fait de ne pas avoir marqué avant la pause nous a pénalisés. Je tiens cependant à remercier mes joueurs pour leur engagement et leur sérieux sur le terrain. Malgré la défaite, ils peuvent être fiers de ce qu'ils ont montré et accompli tout au long de la compétition."  

Dans l'ombre de Gonzales, l'attaquant d'origine uruguayenne qui s'est également illustré contre la Malaisie au premier tour, le capitaine Firman Utina a brillé par son sens de l'organisation et la justesse de ses passes. Ces qualités bienvenues lui ont d'ailleurs valu de remporter le titre de Meilleur Joueur du tournoi. En attaque, le vétéran Bambang Pamungkas a posé énormément de problèmes aux défenseurs adverses. A l'issue de la finale, Riedl a tenu à féliciter les deux hommes : "Je veux dire un grand merci à Utina et Pamungkas, car ils ont été de parfaits relais sur le terrain." 

Compte tenu du potentiel que l'équipe a laissé entrevoir lors de cette Suzuki Cup, l'Autrichien a de bonnes raisons de croire en l'avenir. "Cette nouvelle année sera marquée par les qualifications pour le Tournoi Olympique de Football Masculin, la Coupe du Monde et peut-être même la Coupe d'Asie. J'espère que nous pourrons encore élever notre niveau de jeu et obtenir de bons résultats."

Explorer le sujet

Articles recommandés