Classement mondial FIFA/Coca-Cola

Classement mondial FIFA/Coca-Cola

Classement FIFA

Les Spice Boys entonnent le chant du changement

Grenada take on Puerto Rico
© Others

Un vent de modernité souffle sur le football de la Grenade. Les tactiques rugueuses et les ailiers supersoniques se mâtinent d'un jeu de possession qui donne aux Spice Boys un look rafraîchissant. "On a tout changé", confirme l'entraîneur et ancien défenseur Anthony Modeste d'une voix chantante.

Le pays caribéen de quelque 100 000 âmes compte parmi les premiers exportateurs de noix de muscade, ce qui lui a valu le surnom d'Ile aux épices. Il a fait la une en 1983 lors de son invasion par les troupes américaines, dans l'un des épisodes les plus bizarres et paranoïaques de la guerre froide. Le football grenadien n'a, quant à lui, jamais fait les gros titres de la presse mondiale, ou même régionale. De grands gabarits en attaque, de longs ballons dans la surface et des sprinters pour ailiers… La recette n'est guère originale.

"Nous sommes en meilleure condition physique", commente Modeste. "Nous sommes plus concentrés et plus réguliers. Nous essayons de garder le ballon et de le faire circuler." Le capitaine et défenseur central Marc Marshall ajoute au micro de *FIFA.com : *"Notre équipe est solide. Nous avons des joueurs jeunes mais une totale confiance les uns dans les autres."

Progression mondiale
Les récents résultats des Spice Boys témoignent de leur évolution sur le terrain. La Grenade a grimpé de 11 échelons pour s'installer au 160ème rang du Classement mondial FIFA/Coca-Cola le mois dernier. Sa victoire 2:1 en score cumulé sur Porto Rico au deuxième tour des qualifications de la CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA 2018™ l'a propulsée à l'étape suivante, aux côtés des gros bras de la région, dont le Canada et la Jamaïque.

"Nous nous efforçons de compliquer au maximum la tâche de nos adversaires", ajoute l'entraîneur qui, à 39 ans, est un tout jeune retraité du terrain. "Quand on perd la balle, on se bat à fond pour la récupérer le plus vite possible." La kyrielle de pépites locales est encadrée par Marshall, le pilier de l'équipe à l'arrière, le meneur de jeu Shane Rennie et l'infatigable milieu Cassim Langaigne. L'alchimie entre jeunesse, expérience, talent brut et technique a parfaitement fonctionné.

Cette mutation intervient alors que la Grenade est privée de ses ténors. Shalrie Joseph, qui achève sa brillante carrière en Major League Soccer, et Jason Roberts, ancien pensionnaire de Premier League anglaise sous les couleurs de Wigan et Blackburn, ont tous deux pris leur retraite internationale. "On fait avec les éléments disponibles. Cela ne sert à rien de regretter le départ de nos stars", tranche Rennie. "C'est une perte, mais nos jeunes sont ambitieux", renchérit Marshall, en se souvenant de son euphorie le jour où il a disputé son premier match international à 16 ans, aux côtés de Joseph et Roberts.

Correct, mais viril
Le ballon rond n'a pas totalement pris le virage de la modernité à la Grenade, qui n'a jamais participé à une Coupe du Monde, mais a disputé deux Gold Cups, la compétition reine de la CONCACAF. Il conserve un côté brut de décoffrage, proche des racines du football de rue. "Je me décrirais comme un tacleur rugueux", convient Marshall, qui a assuré le capitanat dans toutes les catégories, des U-15 aux seniors. "Cela fait partie du football ici. Les attaquants aiment bien venir faire le show, alors je leur envoie un message d'emblée. Après, ils ne me cherchent plus."

"On reste corrects, mais ça fait partie de notre jeu", acquiesce Modeste. Défenseur intraitable en son temps, il rit en évoquant la vieille tradition caribéenne du tacle musclé. Même Rennie, un joueur élégant et posé, en comprend la nécessité. "Moi, j'aime créer, mais on ne peut pas se laisser bousculer." Le tacle viril n'est qu'un détail anecdotique du style grenadien, qui se caractérise aujourd'hui par son harmonie. On ne peut qu'être frappé par la dimension familiale de la sélection. "Je tiens lieu de figure paternelle", confie le capitaine Marshall, qui joue pour GBSS dans le championnat local de dix équipes. "Je dis aux jeunes 'on se calme', 'on s'accroche' et 'c'est la vie'."

Le tirage au sort pour le troisième tour des qualifications de la CONCACAF est programmé à la fin du mois de juillet 2015. "Les équipes en lice ne sont pas arrivées là par hasard", remarque Modeste en tempérant l'espoir qui pointe dans sa voix. "Peu importe quels seront nos adversaires. Si nous continuons à aller de l'avant et si nous restons soudés, nous aurons une chance."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Atiba Harris in action for FC Dallas in MLS.

Coupe du Monde de la FIFA™

Harris, sain patron de Saint-Kitts

16 avr. 2015