En septembre 2013 l'Irlande du Nord perdait contre le Luxembourg, une équipe composée d'étudiants, de banquiers et d'un concierge de gymnase. Celle-ci avait signé la première victoire à domicile lors de qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, mettant fin à 41 ans et 43 matches sans succès. Pire, Michael O'Neill n'avait remporté qu'un seul match en près de deux ans en tant que sélectionneur, période durant laquelle l'Irlande du Nord est tombée à son niveau le plus bas du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, à la 129ème place.

Alors que le licenciement semblait inévitable, la fédération nord-irlandaise a renouvelé son contrat. Le scepticisme n'a fait que se confirmer avec les six défaites consécutives qui ont suivi. C'est dans ces conditions, avec une seule victoire en 22 sorties, que les Nord-Irlandais ont fait leur entrée dans les qualifications pour l'UEFA EURO 2016 aux côtés de la Grèce, de la Hongrie, de la Roumanie et de la Finlande.

Au vu des résultats lors des qualifications de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, finissant derrière l'Azerbaïdjan et un point devant le Luxembourg, il était facile d'imaginer qu'elle serait plutôt à la lutte avec les Îles Féroé pour éviter la dernière place du Groupe F. Les hommes d'O'Neill sont pourtant en course pour atteindre leur premier tournoi majeur depuis 1986.

Progression et dévaluation
L'Irlande du Nord a démarré cette phase de qualification en Hongrie. Malgré son retard au score à dix minutes de la fin, elle est parvenue à décrocher sa première victoire à l'extérieur depuis quatre ans grâce à Kyle Lafferty. L'attaquant de Çaykur Rizespor a également trouvé le chemin des filets à l'occasion des deux succès consécutifs 2:0 de son équipe, d'abord à domicile contre les Îles Féroé, puis en Grèce. L'Irlande du Nord, alors touchée par de nombreuses blessures, a connu un coup d'arrêt en novembre contre la Roumanie en perdant 2:0.

Cependant, ses débuts réussis en qualifications de l'EURO ainsi que la dévaluation de précédents résultats lui ont permis de faire un bond au Classement mondial FIFA/Coca-Cola. Occupant le 95ème rang en août et après une remontée de huit places lors de la dernière édition, la Green and White Army est aujourd'hui 43ème devant des nations comme la Suède, la Turquie et la République d'Irlande.

Depuis la publication du classement le 12 mars, l'Irlande du Nord a d'autres raisons de se réjouir. Après une défaite 1:0 contre l'Écosse lors d'une rencontre amicale sans ses meilleurs éléments, les hommes forts d'O'Neill ont répondu le 29 mars dernier par une victoire 2:1 à domicile contre la Finlande dans le tournoi préliminaire de l'EURO 2016 et une deuxième position du groupe, à un point de la Roumanie. Les deux premiers sont automatiquement qualifiés et le troisième est assuré de disputer au moins un match de barrage.

La confiance récompensée
Le gardien expérimenté Roy Carroll, le défenseur Gareth McAuley et le capitaine Steven Davis ont tous joué un rôle-clé dans cette réussite inattendue, mais elle est due surtout à un joueur : Lafferty. Celui qui avait récolté plus de cartons rouges qu'il n'avait inscrit de buts lors des qualifications pour Brésil 2014 a signé un doublé contre les Finlandais, une belle reprise de volée suivie d'une tête astucieuse. Il n'est devancé que par l'Anglais Danny Welbeck au classement des meilleurs buteurs des qualifications de l'EURO. "Il a laissé le passé derrière lui et joue maintenant avec une grande confiance et le sourire", juge O'Neill

L'homme qui a été élu meilleur joueur de la rencontre lors des quatre succès de l'Irlande du Nord a retourné le compliment. "Ce que dit Michael m'inspire et me motive encore plus", répond Lafferty. "J'adore jouer pour lui. Il est le meilleur entraîneur avec lequel j'ai eu l'occasion de travailler. Il sait tirer le meilleur de moi-même. Il me prend à part avant chaque match. Pendant notre dernière campagne, j'ai déçu tout le monde mais Michael m'a parlé et a su trouver les mots justes. La confiance qu'il me témoigne compte beaucoup pour moi."

Cette confiance a d'ailleurs été le catalyseur des progrès réalisés par l'Irlande du Nord. Celle de la fédération envers O'Neill pourrait conduire à une autre satisfaction : un ticket pour l'EURO 2016. "La qualification est un objectif réaliste", estime le sélectionneur, pour qui la possibilité d'améliorer le meilleur classement de l'Irlande du Nord, à savoir une 27ème place, le devient également.