FIFA eWorld Cup 2019™

FIFA eWorld Cup 2019™

FIFA eWorld Cup

Cinq entraîneurs aux manettes

Joseph Calabro of Team AFC Ajax competes during the FIFA eClub World Cup 2019
© Getty Images
  • Découvrez les entraîneurs FIFA eSport
  • Cinq experts nous livrent leurs méthodes
  • Entre soutien moral et analyse des prochains adversaires

Si vous êtes un habitué de la scène FIFA, la présence de ces silhouettes anonymes en arrière-plan ne vous aura sûrement pas échappé. Ils sont les premiers à fêter un but, toujours là pour glisser un bon conseil à l’oreille de leurs poulains : les entraîneurs FIFA font désormais partie intégrante de l’expérience d’un tournoi.

Toutefois, chacun a sa petite idée sur ce que ce poste implique, du professionnel au spécialiste. Pour en savoir plus, FIFA.com a rencontré cinq entraîneurs aperçus lors de la FIFA eClub World Cup 2019.

Ary Paiva Filho

Entraîneur des Wolverhampton Wanderers

"Je pense qu’un entraîneur peut apporter une aide précieuse sur le plan mental. Les joueurs sont généralement jeunes et après un mauvais match, ils ont besoin d’un interlocuteur expérimenté pour leur donner des conseils et les aider à relativiser. Certains ne se sont jamais retrouvés devant l’œil d’une caméra ; ils n’ont pas l’habitude de jouer en public."

"Je fais environ 40-45 matches chaque semaine. Il m’arrive de passer davantage de temps sur ma console qu’un professionnel ! J'essaye de me faire une idée des autres styles de jeu, en dehors du Brésil et de l’Amérique du Sud. En Europe, par exemple, les centres sont très différents. Je fais donc mon possible pour accumuler de l’expérience afin de la partager avec mes joueurs. Ils ont du talent et de la technique. Je suis simplement là pour leur proposer d’autres façons d’organiser leur défense et leur attaque."

"Ce n'est pas très différent de ce qu’on trouve dans un club de football. Je les accompagne aussi deux ou trois par semaine à la salle de sport. Je leur demande de bien manger et de vivre sainement, comme de vrais footballeurs !"

Brian Savary

Professionnel FIFA au sein de Vitality, entraîneur de Dijon FCO

"L’aspect mental est très important. Je ne vais pas leur apprendre à jouer à FIFA. Ils savent ce qu’ils font. Parfois, je leur donne des conseils sur la formation, mais mon rôle est avant tout psychologique."

"C’est particulièrement vrai dans ce format, avec les matches par équipe. Les joueurs crient beaucoup quand ils marquent. C’est important de se sentir à l’aise. Ça fait partie des choses qu'un entraîneur peut apporter. Quand je joue, j’aime bien avoir un connaisseur en face de moi. J’imagine que pour eux, c’est agréable d’avoir un joueur pour tenir ce rôle d’entraîneur."

Bas Vromans

Entraîneur de l’Ajax, co-fondateur d’eCV eSports

"J’aime bien leur proposer une stratégie. J’ai donc besoin de comprendre comment ils doivent jouer. C’est la raison pour laquelle j’analyse chaque adversaire. Je regarde comment ils construisent leurs actions, comment ils attaquent, leurs gestes techniques, leurs frappes... ce genre de choses. Bien entendu, il faut exploiter ses points forts, mais c’est toujours intéressant de savoir comment jouent 'Tekkz' ou Nicolas."

"Chaque semaine, je leur donne un emploi du temps. De leur côté, ils doivent m'envoyer les statistiques de leurs matches. Je les analyse et j’établis un programme pour la semaine suivante. C’est comme ça que nous travaillons."

"Quand on marque un but important, il faut être capable de faire une pause pour reprendre ses esprits. Je leur demande de s'arrêter, de se reposer et de reprendre le jeu avec une concentration intacte."

Kent Brylle

Entraîneur de Trick eSports

"Il y a l’aspect psychologique. Il faut faire en sorte que les joueurs restent calmes et concentrés. C’est très important. Ensuite, il faut connaître le jeu. Il est nécessaire de l’avoir pratiqué soi-même et de connaître le football en général. Un entraîneur doit être capable de comprendre les mécaniques du football et de FIFA."

"Parfois, je dois aussi apprendre à tenir ma langue ! Ça peut déconcentrer les joueurs ! Tout est une question de sang-froid. Il faut connaître les joueurs et trouver les bons mots pour les conseiller. Il faut leur rappeler qu’ils ont leur place à ce niveau car ils se sont qualifiés et qu’ils méritent d'être là."

"Pour un joueur, il est essentiel d'être au cœur de l'action ; moi en revanche, je peux me permettre de prendre du recul. Ça me donne la perspective nécessaire pour les orienter dans la bonne direction, alors qu’ils gèrent les choses dans l’instant."

Aristote Ndunu

Professionnel FIFA à l’AZ Alkmaar, entraîneur de l’eCV eSports

"Ils connaissent le jeu, ils se sont qualifiés, alors ils n’ont pas besoin d’entendre des conseils du genre : ‘fais-lui la passe’. Il s’agit avant tout de créer un contexte positif. Je suis là pour analyser chaque situation et les aider à bien les négocier."

"Il arrive que les joueurs se concentrent sur un tout petit détail. Moi, je suis en retrait et je peux leur dire : ‘voilà ce que tu as raté, voilà ce que tu as réussi’. Je les aide à élargir leur point de vue."

Articles recommandés

Dani Hagebeuk (R) and Joseph Calabro of Team AFC Ajax compete during the FIFA eClub World Cup 2019

FIFA eWorld Cup

Les pros livrent leurs secrets

28 févr. 2019

Nicolas Villalba (L) and Donovan Hunt of KiNG eSports walk out for the Grand Final of the FIFA eClub World Cup 2019

FIFA eWorld Cup

L'eFootball en février

27 févr. 2019

FIFA eClub World Cup 2019 - Group Stage

FIFA eClub World Cup

La FIFA eClub World Cup en chiffres

14 févr. 2019