FIFA Interactive World Cup 2013

FIFA Interactive World Cup 2013

FIFA Interactive World Cup 2013

Kay Murray, passion réelle du football virtuel

FIWC13 Grand Final: The final day
© FIFA.com

Après avoir présenté à deux reprises le Gala FIFA Ballon d'Or, Kay Murray a fait la connaissance de champions d'un tout autre genre à l'occasion de la Grande Finale de la FIFA Interactive World Cup 2013. Du 6 au 8 mai 2013, l'ancienne présentatrice de Real Madrid TV a animé avec talent cette compétition exceptionnelle. FIFA.com l'a rencontrée sur la scène du Teatro Goya de Madrid, quelques minutes après la fin de la neuvième édition du plus grand tournoi de football virtuel de la planète.

"J'ai pris beaucoup de plaisir à participer à ce tournoi international", confie Kay Murray. "La compétition est peut-être encore plus féroce ici que sur les pelouses mais il y a aussi beaucoup de respect entre les participants. C'est agréable. Dans l'ensemble, les débats ont été très intenses."

Le championnat du monde de football virtuel réserve autant de surprises, de passion, de coups d'éclat et de drames qu'une Coupe du Monde de la FIFA™. La journaliste est immédiatement tombée sous le charme. Lorsqu'elle n'était pas devant les caméras pour présenter le streaming en direct de la Grande Finale ou occupée à suivre les 71 matches au programme du tournoi, Kay Murray était en contact permanent avec les fans via Twitter et Facebook. Elle a ainsi pu partager son expérience madrilène avec le plus grand nombre, en proposant notamment de nombreux clichés des coulisses de l'événement.

"Je me suis attachée à eux", dit-elle lorsqu'on l'interroge sur les finalistes. "Il m'est même arrivé d'être submergée par l'émotion." La jeune femme fait sans doute allusion au match entre Andres Botero et Alfonso Ramos lors de la deuxième journée. Le *gamer *colombien a créé la surprise en éliminant le tenant du titre, qui rêvait d'un troisième sacre, devant le public espagnol. Au bord des larmes, Ramos a quitté en hâte le Café 40. Visiblement furieux, le champion déchu a éprouvé le besoin de prendre l'air. "J'étais vraiment désolée pour Ramos", se souvient Kay Murray. "Puis, j'ai vu que Botero avait besoin d'un moment avant de monter sur scène. Il tremblait à côté de moi et il m'a dit : 'je suis très nerveux mais vous devez comprendre que je viens de sortir le champion du monde'. Je me suis rendu compte que c'était un exploit très important à ses yeux."

Un parcours atypique
On peut se demander comment une jeune femme originaire de Middlesbrough en est venue à faire du stade Santiago Bernabeu son lieu de travail. "Je vais voir Middlesbrough depuis que j'ai six ans. Je suis une amoureuse du football", répond l'intéressée. "La Coupe du Monde 1990 en Italie a vraiment tout changé pour moi. J'étais encore une enfant. J'ai pleuré comme jamais après la défaite de l'Angleterre aux tirs au but, en demi-finale contre la RFA. J'étais inconsolable."

À 19 ans, Kay Murray s'est lancée dans une carrière de journaliste. Son premier employeur n'était autre que la chaîne de son club de cœur. Après avoir déménagé à Londres, elle a payé ses études grâce à des piges. Une fois son diplôme en poche, elle a rapidement trouvé du travail dans un journal. "C'est là que le Real Madrid m'a contacté. C'était une opportunité fantastique, qui a changé toute ma vie."

Avec pour seul bagage quelques mots d'espagnol appris à l'école, la jeune femme s'est installée à Madrid. Elle a commencé à s'imprégner de la langue en fréquentant les bars et les cafés les jours de match. C'est en effet dans ces lieux que les vieux supporters du Real discutent de leur club préféré à bâtons rompus. "Je m'asseyais et je parlais football avec eux. J'ai beaucoup progressé à leur contact. Comme l'a dit Ruud van Nistelrooy, partout où l'on va à Madrid, les enfants, les femmes, les grand-mères et les grands-pères… tout le monde ne parle que de football. C'est une ville pour moi !"

Souvenirs de Gala
On pourrait s'attendre à ce que la Grande Finale de la FIWC se déroule dans une ambiance plus décontractée que le Gala FIFA Ballon d'Or. Pourtant, la pression est toujours là, comme le confirme la présentatrice. "La présence de Ruud Gullit au Ballon d'Or m'a facilité les choses. J'avais vraiment le sentiment que nous étions sur le même bateau. Cette fois-ci, je devais me débrouiller seule. Ce n'est pas évident, surtout lorsque les lumières s'allument et que vous vous trouvez face à une salle pleine de monde. Comme les joueurs, je devais donner le meilleur de moi-même devant un public exigeant, en sachant qu'une erreur pouvait me coûter cher."

Compte tenu de son expérience dans le monde du football, Kay Murray aurait toutes les raisons de se sentir blasée. Il n'en est rien : "En tant que présentatrice, c'est une expérience extraordinaire. À chaque rencontre, je découvre des histoires passionnantes. Les gens parlent souvent du chèque mais tout le monde sait que les joueurs sont là avant tout pour avoir la chance d'assister au Gala FIFA Ballon d'Or. Je serai ravie de retrouver Bruce Grannec cette année."  

Bien entendu, la journaliste n'a pas oublié sa première expérience. "Je me suis retrouvée en face de Gullit et Marco van Basten pendant le dîner, après le gala. L'un d'eux a commencé à raconter : 'tiens, ça me rappelle quand nous étions à Milan dans les années 90…' Si quelqu'un avait parlé à ce moment-là, je lui aurais mis la main devant la bouche pour le faire taire. C'était incroyable. J'étais là, à écouter Gullit et Van Basten raconter leurs vieux souvenirs milanais".

En ce qui concerne la FIWC, la présentatrice de l'édition 2013 espère que de nouveaux records seront battus à l'avenir. "J'aimerais bien voir une fille participer à la Grande Finale. Ce serait génial et ça prouverait que, comme nous l'avons vu ces 20 dernières années, le football n'est pas réservé aux garçons."

Articles recommandés

Image of the opening day of the FIFA Interactive World Cup 2013 Grand Final in Madrid, Spain

FIFA Interactive World Cup 2013

Albiol : "Je suis un passionné de jeux vidéo"

06 mai 2013

Kay Murray, présentatrice de la FIWC 2013

FIFA Interactive World Cup 2013

Kay Murray, présentatrice de la FIWC 2013

21 mai 2013