FIFA Interactive World Cup 2014

FIFA Interactive World Cup 2014

Rosenmeier des meilleurs

© FIFA.com

Grand, mince et en forme, August Rosenmeier (18 ans) pourrait facilement passer pour un jeune espoir du championnat du Danemark de première division. Le natif de Copenhague aime d'ailleurs jouer au football, sport qu'il pratique au niveau amateur, mais c'est dans la version virtuelle du ballon rond qu'il est le plus performant.

Avec trois apparitions à la Grande Finale de la FIFA Interactive World Cup – la plus récente s'étend conclue par un titre de champion du monde devant une foule immense à Rio de Janeiro – "Agge" Rosenmeier est déjà entré dans le panthéon du football virtuel. Le nouveau champion du monde au jeu FIFA d'EA SPORTS s'est confié en exclusivité à FIFA.compour parler du chemin qui l'a conduit à la concrétisation de son rêve, à savoir gagner la FIWC au Brésil.

"J'ai commencé à jouer au jeu FIFA en 2002. J'avais six ans", explique August. "Au début, je jouais toujours avec Arsenal et mon grand frère choisissait systématiquement l'Inter." Quand le grand frère en question, Tim, qui a quelques années de plus qu'August, a commencé à régulièrement s'incliner sur des scores assez lourds, il a compris que son cadet avait des dispositions pour le football virtuel. "Tim m'a inscrit à des tournois au niveau local et il a toujours été à mes côtés pour me soutenir. Beaucoup de gens me critiquaient parce que soi-disant, je jouais trop. Lui, il me défendait."

Premiers pas en FIWC
Quelques semaines après son quinzième anniversaire, August a regardé sur YouTube la finale – retransmise en direct – de la FIFA Interactive World Cup 2011 à Los Angeles. La planète entière a alors assisté au sacre mondial d'un jeune gamer de 16 ans, Francisco Cruz. En finale, il a battu le Colombien Javier Muñoz, devenant ainsi le plus jeune vainqueur du titre mondial. "Au moment où j'ai vu Cruz soulever le trophée, je me suis dit qu'un jour, je disputerais la Grande Finale", se souvient Rosenmeier.

Un an plus tard, August se qualifie pour la Grande Finale 2012 à Dubaï. Il concède trois défaites et deux nuls en cinq matches, ce qui ne lui permet pas d'atteindre le deuxième tour. "J'ai beaucoup appris à Dubaï. Plein de petits trucs et de secrets, toutes les choses qui font la différence entre les très bons joueurs et les meilleurs. J'ai beaucoup observé les autres participants, la façon dont ils se préparent et dont ils gèrent le temps pendant les parties. Dès que je suis rentré de Dubaï, j'ai commencé à m'entraîner très dur."

La maturité à Madrid
L'année suivante, August se qualifie pour la Grande Finale de la FIWC 2013. Il se faufile jusqu'en quart de finale, où il tombe malheureusement sur le joueur le plus titré de l'histoire de la FIWC : Bruce Grannec. Le Français s'impose 1:0 et finit par décrocher un nouveau titre de champion du monde.

"À Madrid, j'ai compris ce qu'était un mental de vainqueur. En observant Bruce, j'ai remarqué qu'il conservait son sang-froid quelle que soit la situation. Le fait d'être mené au score ou d'avoir plusieurs buts d'avance ne change rien à son humeur. Aujourd'hui, je considère toujours Bruce comme le meilleur gamer du monde, mais évidemment, mon ambition est de faire encore mieux que lui", affirme Rosenmeier.

C'est précisément le "mental" qui lui a permis de décrocher son premier titre mondial au Brésil : "Honnêtement, quand je me suis qualifié pour les demi-finales, j'étais convaincu que j'avais gagné le tournoi. Ce n'est pas de l'arrogance, simplement de la confiance," confirme-t-il. "Les quatre demi-finalistes avaient probablement le même niveau. À partir de là, la différence se fait au mental, et cela ne s'acquiert qu'avec de l'expérience. Au cours de ces deux dernières années, j'ai énormément travaillé cet aspect et finalement, c'est ça qui m'a permis de gagner le titre mondial."

Malgré sa confiance au beau fixe, "Agge" a concédé l'ouverture du score, à la 17ème minute de la finale disputée contre David Bytheway, sur la montagne du Pain de Sucre, à Rio de Janeiro. "Quand David menait 1:0, l'idée que je pourrais peut-être perdre ce match ne m'a même pas traversé la tête. Les gens qui me connaissent savent que je suis quelqu'un d'ambitieux et que je n'abandonne jamais. J'ai gardé mon calme, car je savais qu'il restait encore beaucoup de temps. J'ai marqué trois buts et j'ai gagné assez confortablement."

Le nouveau champion du monde a reçu le trophée de la FIFA Interactive World Cup des mains d'une icône de l'histoire du football, le Brésilien Ronaldo. Il s'est également vu remettre un chèque de 20 000 dollars US ainsi qu'une invitation pour le FIFA Ballon d'Or. En janvier 2015, August aura donc l'opportunité de serrer la main et de discuter avec les plus grandes stars du ballon. "C'est merveilleux. Je n'ai pas encore réalisé. Pour l'instant, c'est du bonheur pur."

Explorer le sujet

Articles recommandés

FIFA Interactive World Cup 2014

August Rosenmeier à la FIWC

01 sept. 2014

FIFA Interactive World Cup 2014

Ronaldo, éternelle source d'inspiration

11 juil. 2014

FIFA Interactive World Cup 2015

FIWC 2014 : La Grande Finale

06 juil. 2014