FIFA eWorld Cup 2019™

FIFA eWorld Cup 2019™

FIFA eWorld Cup

"Sanchez", une place d'honneur à défaut d'un trône

Sezer Sabriev (R) and Ismail Can Yerinde (C) of Futbolist compete during the FIFA eClub World Cup 2019
© Getty Images
  • "Sanchez" revient sur sa percée dans l’eSport FIFA
  • Le Bulgare a brillé pendant la FIFA eClub World Cup
  • Sous son impulsion, Futbolist a atteint les demi-finales

"Je suis un peu émotif." Le moins que l’on puisse dire, c’est que Sezer Sanchez (Futbolist) a le sens de la litote. Tous les concurrents de la dernière FIFA eClub World Cup peuvent en témoigner : le parcours inattendu de la formation turque n’a laissé personne indifférent... à commencer par le premier intéressé.

Le Bulgare était au cœur des festivités. Animé par une passion hors du commun, "Sanchez" a mené son équipe jusqu’aux portes de la finale. "Je me suis engagé avec Futbolist au début de la saison. C’est sans doute la meilleure décision de ma carrière. Je suis vraiment très heureux de faire partie de cette équipe", explique l'intéressé. Le lien entre son coéquipier "isopower" et lui s'est imposé comme une évidence aux yeux des spectateurs.

"C’était un grand honneur d’être présent à ce niveau. Il n’y avait que 16 clubs qualifiés. Nous pouvons dire que nous faisons partie des meilleurs au monde," poursuit-il.

Éliminés par KiNG eSports, futur lauréat de l’épreuve, au stade des demi-finales, les membres de Futbolist ont réalisé un bond prodigieux au classement des FIFA 19 Global Series. Désormais, "Sanchez" et "isopower" occupent respectivement le 24ème et 27ème rang mondial. Dans ces conditions, la perspective d’une qualification pour la Grande Finale de la FIFA eWorld Cup n’a plus rien d’utopique.

Étudiant en économie, le gamer bulgare a connu une ascension météorique ; une place en phase finale de la compétition reine serait évidemment la cerise sur le gâteau. "L’année dernière, j’ai commencé à jouer de façon plus professionnelle. J’ai obtenu d’excellents résultats en Weekend League et je me suis dit que j’avais peut-être ma place parmi tous ces champions."

Sanchez a depuis réalisé son rêve de devenir un professionnel de l’eSport. Mais le voyage qui l’a mené vers les sommets de sa discipline a été aussi intense que chronophage. "Franchement, je ne vois pas ce qu’on peut espérer de mieux dans la vie. C’est une chance incroyable", se félicite-il. "Certains de mes amis adoreraient être à ma place et je les comprends. C’est fabuleux de gagner sa vie en jouant à FIFA."

Et d'ajouter : "Tout a changé pour moi. Je suis totalement concentré sur le jeu. Je mange, je dors et je joue à FIFA. C’est le seul moyen de progresser. Il faut jouer tous les jours. Ça prend des années et ça demande énormément de travail."

Cette année, "Sanchez" a commencé à récolter les fruits de ses efforts. Après avoir connu quelques belles réussites hors ligne, il est réellement entré dans la peau d’un "gamer" professionnel en janvier 2019, à l’occasion de sa qualification pour les Gfinity FIFA Series à Londres.

Cette première percée sur la scène internationale figure sans surprise parmi les meilleurs souvenirs de sa jeune carrière. "Je n’avais jamais eu l’occasion de participer à un tournoi avant. C’était génial. Quand on croit en soi, tout est possible," analyse-t-il.

Si son parcours a connu une fin prématurée, l’expérience l’a profondément changé, comme le public de la FIFA eClub World Cup peut en témoigner. "Mes sensations n’étaient pas du tout les mêmes la première fois ; aujourd’hui, je suis en confiance. Je sais que je peux battre n’importe qui."

Pour autant, ne comptez pas sur "Sanchez" pour prendre la grosse tête. "C’est bien beau de faire partie des meilleurs, mais il ne faut pas se mentir : on peut retomber très vite. Il faut absolument garder la tête sur les épaules," conclut-il.

Articles recommandés