FIFA eWorld Cup 2019™

FIFA eWorld Cup 2019

Brandon Smith & Richard Buckley

© Getty Images
  • Brandon Smith et Richard Buckley : "Nous voulons devenir le visage de l’eSport FIFA"
  • Retour sur leur parcours pour devenir commentateurs eSport FIFA
  • Des conseils et un premier aperçu des Global Series 2019

Depuis leur première apparition en finale du FIFA Ultimate Team Championship à Berlin en 2017, Brandon Smith et Richard Buckley sont devenus des figures incontournables de la scène eSport. Les deux hommes ont commenté plusieurs tournois, dont la Grande Finale de la FIWC 2017 et la Grande Finale de la FIFA eWorld Cup 2018.

Avec FIFA.com, ils évoquent leur arrivée sur la scène eSport FIFA et les Global Series 2019.

Comment avez-vous découvert l’eSport FIFA ?
Brandon :
Richard et moi étions dans la même université et nous suivions les mêmes cours. Quelques semaines plus tard, on m’a proposé de commenter une compétition FIFA en ligne sur Twitch. En général, il n’y avait pas plus d’une dizaine de spectateurs, mais cette première expérience s’est révélée précieuse. La saison durait 12 mois et, à mi-parcours, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus commenter tout seul pendant trois heures d’affilée. J’ai donc demandé à Richard s’il voulait m’aider. Nous avons tout de suite trouvé nos marques. Grâce à notre succès dans la Coupe des Commentateurs, nous avons pu participer à la finale du FUT Championship à Berlin. Un an plus tard, nous avons été choisis pour commenter en direct les matches à l’O2.

Richard : Après la compétition à Berlin, on nous a demandé si nous voulions commenter une finale régionale de la FIWC à Munich. Nous avons commenté des matches pendant quatre ou cinq jours de suite. C’était une super expérience. Nous nous sommes alors rendu compte que nous pouvions et que nous avions envie d’aller plus loin.

Quel souvenir gardez-vous de la finale du FUT Championship à Berlin, votre première grande compétition ?
Richard :
Ça peut sembler un peu ridicule, mais j’étais très impressionné de pouvoir enfin mettre des visages sur des noms familiers comme "SpencerFC", Jimmy Conrad, etc. Mais nous n’étions pas là pour prendre des photos, mais pour travailler. Et je pense que nous nous en sommes bien sortis.

Brandon : J’avais déjà assisté à plusieurs tournois d’eSport FIFA et je m’étais demandé comment je pourrais faire pour participer activement. Suite à notre passage à Berlin, nous avons reçu beaucoup de réactions très positives. Nous avons fait parler de nous.

De quelle manière la FIFA eWorld Cup et l’eSport FIFA en général ont-ils changé votre vie ?
Brandon :
Au début, nous étions de parfaits inconnus. Aujourd’hui, nous sommes célèbres au sein de la communauté et nous parlons régulièrement à de grands médias comme la BBC, Sky Sports, etc. Nous essayons d’incarner l’eSport FIFA. Par ailleurs, je ravi de faire tous ces voyages. C’est un privilège d’assister aux finales régionales de la FeWC au Qatar ou à Los Angeles ou encore de se rendre dans de grandes villes européennes pour les Global Series et la Grande Finale. Notre passion est devenue un métier.

Richard : Je ne considère pas cette activité comme un travail au sens habituel. Je joue moi-même à la série FIFA d’EA SPORTS depuis 12-14 ans. Nous essayons simplement de vivre de notre passion et d’en faire une activité constante sur le long terme.

Vos proches vous ont-ils soutenus dès le début ?
Brandon :
Mes parents ont toujours été derrière moi. Le mois dernier, mon père m’a demandé : "Qu’est-ce que tu veux faire, après l’université ? Comment vas-tu gagner ta vie ?" Je lui ai répondu : "Je vais travailler dans l’eSport, papa". Après la compétition à Londres, beaucoup de gens se sont rendu compte de l’ampleur qu’avait prise la discipline.

Richard : Ma famille m’a toujours encouragé, mais il est vrai qu'on entend parfois des remarques négatives. Heureusement, les gens ont commencé à regarder l’eSport autrement en apprenant que la finale était retransmise sur Sky, que 29 millions de personnes avaient suivi la compétition en ligne et que le vainqueur avait empoché 250 000 USD.

© Getty Images

Si vous deviez comparer votre première grande compétition à la finale de cette année, quelles seraient les différences ? Êtes-vous sujets au trac quand vous commentez ?
Brandon :
Quand nous mettons les écouteurs, c’est comme si nous commentions un petit tournoi. Nous sommes complètement concentrés sur le jeu. On ne pense pas au fait que des millions de gens nous écoutent. Mais nous revenons souvent sur nos débuts à Berlin et nous essayons toujours de nous améliorer. De ce point de vue, la deuxième manche de la Confrontation Finale de cette année reste un événement particulier pour nous.

Richard : À Berlin, nous étions encore assez nerveux. Personnellement, j’étais un peu timide et réservé. Quatorze mois plus tard, nous avons énormément gagné en confiance. Nous arrivons maintenant à délivrer un maximum d’informations pendant les matches. Voilà un conseil utile : Il faut essayer de préparer au maximum chaque rencontre.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait devenir commentateur de matches FIFA ?
Brandon :
Il faut pratiquer le plus possible, même sur des matches enregistrés. L’expérience, les contacts au sein de la communauté et la connaissance du milieu sont des atouts essentiels. Enfin, je pense qu'il faut essayer de saisir toutes les opportunités qui se présentent.

Richard : On nous demande souvent pourquoi nous ne commentons pas d’autres rencontres d’eSport. Il faut beaucoup s’investir dans chaque match et nous avons fait le choix de nous investir dans FIFA. Il est important de se concentrer sur un jeu qu’on aime. Ça se ressentira forcément dans la qualité des commentaires.

Qu’attendez-vous de la saison à venir ?
Brandon :
Plus de tournois, plus de championnats et plus de clubs présents sur la scène FIFA. Nous avons évidemment beaucoup de souhaits pour la saison prochaine mais, pour faire simple, nous espérons que FIFA continuera sur sa lancée.

Richard : Je suis tout à fait d’accord. L’année 2019 devrait être marquée par l’augmentation du nombre d’équipes et d’organisations sur la scène eSport FIFA. Schalke 04, Manchester City, Rome et d’autres ont déjà franchi le pas.

Qui sera la révélation de l’année 2019 ?
Richard :
Peut-être Adam Ryan. À 17 ans, il fait déjà partie du Top 50 Gfinity et il a pris part à la Gothia eCup. Je crois que cette année pourrait être la sienne. Les joueurs qui n’ont pas évolué à leur véritable niveau l’année dernière ont aussi une revanche à prendre. Je pense par exemple à Rockyy, Timox, Shellz ou encore Tass.

Brandon : J’ai hâte de découvrir de nouveaux visages, mais je suis également curieux de savoir comment les joueurs connus vont s’y prendre pour continuer à progresser. Je me demande aussi si certains ne vont pas raccrocher leur manette.

Quels sont vos projets pour la saison à venir ?
Brandon :
Nous allons proposer beaucoup de contenus eSport FIFA. Il y aura notre série "Vie de pro", nos podcasts et plusieurs vlogs sur les compétitions.

Richard : Je vais faire beaucoup de livestreams, mais je compte également publier un maximum de choses autour des Global Series 2019.

Articles recommandés

FIFA eWorld Cup 2019

Record d’audience pour la Grande Finale

13 août 2018

FIFA eWorld Cup 2019

Les surprises de la Grande Finale

06 août 2018

FIFA eWorld Cup 2018

VIDEO : Finale de la FIFA eWorld Cup 2018

04 août 2018