Une victoire et la porte des huitièmes de finale de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA s’ouvre pour l’Australie et l’Argentine, qui s’affrontent ce 8 novembre à Bangkok en clôture du Groupe D. Les Sud-Américains semblent avoir mieux compris l’enjeu de la rencontre puisqu’après à peine 43 secondes, ils font déjà la course en tête.

Les statistiques retiendront que l’ouverture du score est signée Cristian Borruto, mais les Argentins peuvent remercier le gardien australien Peter Spathis, qui dégage directement sur l’attaquant, et voit le ballon filer directement dans ses filets. Le temps de se remettre de ce coup dur par quelques parades inspirées, et le portier océanien retrouve le sourire en voyant son coéquipier Tobias Seeto, servi sur la gauche par Gregory Giovenali, égaliser d’un tir croisé à ras de terre.

Mais les Argentins évoluent un ton au-dessus. Ils le prouvent d’abord collectivement par un une-deux entre Leandro Cuzzolino et Borruto, conclu par le premier pour redonner l’avantage aux Albicelestes. Puis individuellement avec un enchaînement technique parfait de Matias Lucuix sur la gauche : feinte de frappe et roulette pour mettre Spathis à terre et frappe sans angle dans le petit filet opposé. L’Argentine mérite son avance à la pause.

Elle démarre la seconde période par un coup dur - la sortie de Lucuix sur civière - mais continue de dominer les débats. Alamiro Vaporaki croise un tir de la droite, Hernan Garcias réalise la copie conforme de la gauche, Martin Amas marque d’un tir chanceux, et le festival se termine comme il avait commencé : avec un but de Borruto. Les Futsalroos ne voient plus le cuir. Ils ne verront pas non plus le deuxième tour, au contraire des Argentins, qui accompagnent l’Italie, première du groupe.

Fernando Larrañaga, sélectionneur de l'Argentine 
"Nous sommes tristes pour la blessure de Matias Lucuix, et je vais avoir devoir travailler sur le moral de l'équipe dans les prochains jours. Sur ce match, nous étions désorganisés en première période mais le troisième but nous a rassurés. Nous avons beaucoup mieux joué après la pause et nous avons même pu nous permettre de tester des formules pour le match suivant. A partir de maintenant, il n'y a plus d'aversaire inférieur."