Le Panama a eu les armes pour se défaire de l'Ouzbékistan. Saura-t-il encore élever la barre contre le Portugal de Ricardinho et de Cardinal ? C'est mal parti. La seule interrogation concerne vite l’ampleur du score. La réponse s'appelle Ricardinho. Survolté, le chef d'orchestre a offert son plus beau récital aux spectateurs de Cali. La Selecção das Quinas n’a pas vraiment eu de pitié pour des Panaméens dépassés.

Même scénario en deuxième mi-temps avec des Portugais toujours un ton au-dessus à tous les niveaux, mais surtout un nouveau gardien, Daniel Atencio, pour remplacer le malheureux Londoño. Le moteur de Ricardinho est, lui, à l’arrêt après ses six buts, ou presque, sans doute pour avoir trop chauffé. Le Panama en profite pour souffler et retrouver un semblant de jeu. Il ne faut pas lui en demander plus. Le Portugal signe sa victoire la plus large en Coupe du Monde.

Le Panama aura deux jours pour se remettre de ses émotions avant de rencontrer l'hôte colombien vendredi 16 septembre. Une nouvelle balade de santé contre l'Ouzbékistan attend probablement le Portugal, si Ricardinho le veut encore.