Un double défi attend la Colombie ce mardi 20 septembre à Cali : faire sans Angellot Caro et Jorge Abril, suspendus, et prendre le meilleur sur le Paraguay. L'Albirroja ne doit, elle, pas se laisser impressionner par le public du Coliseo el Pueblo de Cali pour enfin goûter à une place en quart de finale après trois défaites en huitième.

Les premières minutes résument les 50 suivantes : personne n'est pressé de connaitre le verdict final. Place à l'évitement et à la peur, celle de concéder un but. Résultat, faux rythme, tension et angles fermés. Les attaquants essaient sans conviction et sans appui de leur partenaires, alors que les gardiens restent sur leurs gardes sans pouvoir chauffer leurs gants. 

Après les citrons, on continue à jouer au chat et à la souris, mais surtout des coudes. Tout le monde se neutralise au milieu de terrain. Les hommes d'Arney Fonnegra avaient remporté la bataille aux points en première mi-temps, ceux de Carlos Chilavert remportent la deuxième. La prolongation fait monter la tension encore d'un cran, mais pas la volonté des acteurs de prendre des risques. Le dernier mot ne pouvait qu'avoir lieu aux penalties et il n'est pas du goût du public.

Les Paraguayens ont enfin changé le cours de l'histoire. Ils s'ouvrent les portes d'un quart de finale contre le Brésil ou l'Iran à Bucaramanga le 24 septembre. De son côté, la Colombie sort de "son" tournoi avec des larmes sans la moindre défaite au compteur, et sans doute avec des regrets d'avoir joué petit bras.