Championnat du Monde de Futsal de la FIFA, Hong-Kong 1992

Championnat du Monde de Futsal de la FIFA, Hong-Kong 1992

15 novembre - 28 novembre

Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 1992

Le Brésil en patron

FIFA Futsal World Championship Hong Kong 1992
© Others

Le deuxième Championnat du Monde de Futsal de la FIFA s'est tenu du 15 au 28 novembre 1992 à Hong Kong. Osé, ce pari de confier l'organisation à l'une des fédérations les plus petites de la FIFA s'est avéré plus que positif. Comme lors de l'édition précédente, les sélections participantes étaient au nombre de seize : six européennes, trois sud-américaines, trois asiatiques, deux nord-américaines, une africaine et une océanienne. Cette compétition s'est caractérisée par le niveau homogène des équipes en course. La preuve en est que quatre continents étaient représentés au stade des demi-finales. Si le Brésil a confirmé sa mainmise sur la discipline, la sélection iranienne a provoqué une surprise de taille en s'adjugeant la quatrième place.

Le vainqueur :

Compacte, agressive, solidaire, spectaculaire. Avec de telles qualités, la sélection brésilienne ne pouvait que s'imposer à toutes ses rivales. Pratiquant un jeu cohérent mais agrémenté d'éclairs de génie individuels, les Sud-américains ont signé une première phase de toute beauté. Au sein du Groupe C, qu'ils partageaient avec l'Australie, la Belgique et le Costa Rica, ils ont aligné des statistiques ahurissantes : trois matches joués, trois victoires, 23 buts marqués pour un seul encaissé, sur penalty qui plus est. Au deuxième tour, ils étaient opposés aux États-Unis, à l'Argentine et aux Pays Bas. Imprenables, les tenants du titre ont aisément franchi l'obstacle en expédiant les Argentins (5-1) et les Néerlandais (6-1) et en concédant le nul face aux Américains (2-2). En demi-finale, malgré l'ampleur du score (4-1), les magiciens se sont fait une petite frayeur, la faute à un sursaut d'orgueil de l'Espagne. En finale, les États-Unis, privés de deux pions essentiels (Woodberry et Revine), n'ont rien pu faire pour endiguer la force de frappe auriverde. Le score, 4-1, parle de lui-même. Le trophée est donc logiquement allé à une formation qui a gagné 7 de ses 8 matches, marqué 44 fois et encaissé 7 buts. Les stars de l'équipe dirigée par « Taco » Araújo se nommaient Vander (capitaine), Ortiz et Manoel.

Villes-hôtes :
Coliseum, Kowloon Park.

Classement :

  1. Brésil

  2. États-Unis

  3. Espagne

  4. Iran

Buteurs :

  1. Rajabi Shirazi (IRN), 16 buts

  2. Eremenko (RUS), 15 buts

  3. Alvaro (ESP), 11 buts