Ça y est. La course menant à la désignation du pays qui accueillera le Championnat du Monde de Futsal de la FIFA 2004 a pris fin. La cinquième édition de cette compétition de plus en plus populaire aura lieu en Chine Taipei. Les dates définitives seront connues d’ici peu, une fois que les derniers détails avec la Fédération nationale de Chine Taipei auront été réglés. Quoi qu’il en soit, la FIFA conservera son créneau habituel pour la tenue de la plus grande compétition internationale de la discipline.

Pas moins de sept pays s’étaient montrés intéressés pour succéder à Guatemala 2000. Parfaite du point de vue logistique, cette compétition avait offert un niveau technique témoignant que le futsal avait atteint sa maturité. Malheureusement pour eux, l’Australie, Bahreïn, l’Égypte, le Paraguay, la Thaïlande et enfin l’Iran ont dû céder la place à la Chine Taipei, parfaitement habilitée à accueillir une compétition de très haut niveau.

Pays-Bas 1989, Hong Kong 1992, Espagne 1996 et Guatemala 2000. Telles sont les fondations sur lesquelles reposent non seulement la maturité du futsal en tant que sport, mais aussi, comme le dit la FIFA à propos de toutes les compétitions, les efforts destinés à développer et à populariser cette discipline. Ces efforts répondent à une responsabilité de la FIFA, celle de doter la famille du futsal des compétitions et de la politique de formation qu’elle mérite.

En 2004, cette compétition va nous mener en Chine Taipei. Pour beaucoup, ce choix constitue une surprise. Par contre, pour ceux qui s’intéressent aux programmes de développement du futsal, cette désignation vient récompenser un pari effectué par la fédération nationale. « Le futsal permet d’offrir à notre population une version du football adaptée à notre personnalité et à notre réalité. » Tel pourrait être le slogan illustrant la philosophie qui a conduit ce « petit grand » pays à endosser cette responsabilité mondiale.

C’est grâce à l’étroite collaboration entre les institutions sportives et administratives que ce Championnat du Monde va se dérouler en Chine Taipei. Cette désignation vient récompenser tous les acteurs qui œuvrent au développement scolaire et sportif du pays. Ce qui était hier un objectif lointain commence aujourd’hui à prendre forme. Comme au Guatemala en 2000, la compétition de la FIFA arrive à un moment où il existe déjà un programme national orienté vers la popularisation du sport et la consolidation d’un calendrier de compétitions ambitieux.

Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir jusqu’à la prochaine édition. Mais une chose est sûre : ce pays, cette fédération et cette famille du futsal vont nous mener tambour battant vers une édition du Championnat du Monde de Futsal qui s’annonce passionnante. Merci à tous les pays qui ont contribué au considérable développement du futsal. Merci aux pays qui ont présenté des candidatures motivées pour organiser cette compétition. Et merci aussi à la fédération de Chine Taipei, qui va être notre compagnon de voyage dans les mois qui viennent. L’avenir immédiat du futsal se trouve en Asie. Rendez-vous en 2004 !