Après la magnifique finale du Championnat du Monde de Futsal de la FIFA, Chinese Taipei 2004 et avant la cérémonie de remise des médailles, le public a pu assister à la distribution des récompenses individuelles, comme la tradition l'exige dans les tournois de la FIFA. Un homme en particulier avait toutes les raisons de se réjouir à l'approche de cet événement : le Brésilien Falcão. En effet, non seulement le buteur de la Seleção s'est vu décerner le Ballon d'Or adidas, récompensant le meilleur joueur du tournoi, mais ses 13 buts lui valent de remporter également le Soulier d'Or adidas. Son dauphin au classement des buteurs n'est autre que son coéquipier Indio (10 buts). Par ailleurs, le Brésil a été désigné comme l'équipe la plus fair-play de la compétition. L'Espagne, quant à elle, outre son nouveau titre de championne du monde, peut aussi célébrer deux nouvelles récompenses : le Ballon d'Argent, attribué à Javi Rodríguez, élu second meilleur joueur du tournoi, et le Soulier de Bronze, remporté par Marcelo, troisième meilleur buteur du tournoi. Le dernier prix revient à l'Italie et plus précisément à Bacaro, désigné troisième meilleur joueur du tournoi.

Le Ballon d'Or, le Ballon d'Argent et le Ballon de Bronze pour les meilleurs joueurs du tournoi

Falcão (BRE) remporte le Ballon d'Or
Si Falcão remporte aujourd'hui l'adhésion des juges dans l'élection du Ballon d'Or, c'est sans doute avant tout en raison de son incroyable efficacité devant le but (13 buts au total). Toutefois, son style de jeu très particulier n'est sans doute pas étranger à ce triomphe. A priori, rien ne semblait destiner Falcão à devenir un champion de futsal. A 27 ans, il a néanmoins réussi à s'imposer comme un titulaire indiscutable au sein de l'équipe brésilienne, grâce notamment à sa capacité à inscrire des buts magnifiques. Sa plus belle réalisation reste sans doute la fameuse " Carretilha " réussie contre la Thaïlande : en soulevant le ballon à l'aide du talon, il l'a fait passer au-dessus de sa tête avant d'expédier une reprise de volée imparable dans la lucarne du but thaïlandais. Falcão aurait même pu inscrire davantage de buts si les montants et la barre transversale ne s'étaient pas trouvés sur son chemin dans la demi-finale contre l'Espagne.  Lors de sa dernière sortie, contre l'Argentine, il laisse une nouvelle fois parler sa classe et réussit le coup du chapeau, portant son compteur personnel de 10 à 13 réalisations.

Javi Rodríguez (ESP) remporte le Ballon d'Argent
En étant sacré champion du monde pour la deuxième fois consécutive, Javi Rodríguez entre dans la légende du futsal. A 30 ans, le Barcelonais comptait déjà depuis longtemps parmi les piliers de l'équipe espagnole. En plus de sa vivacité, les partenaires de Rodríguez savent qu'ils peuvent compter sur son esprit combatif. Depuis la saison 1997/1998, il évolue au poste d'ailier à Playas de Castellón et il ne s'est encore jamais avoué vaincu face à l'adversité. Avec ses qualités, il a mené son équipe à la qualification lors du second tour contre la République tchèque, l'Italie et le Portugal. En finale, contre l'Italie, il a une nouvelle fois fait la démonstration de l'étendue de son talent.

Bacaro (ITA) remporte le Ballon de Bronze
Si l'élégant Vinicius Bacaro a dû terminer la compétition avec le maillot de gardien de but, c'est plutôt à ses exploits à l'autre bout du terrain qu'il doit sa troisième place au classement des meilleurs joueurs. Le buteur de l'AS Rome a en effet marqué à quatre reprises au cours du tournoi : la première fois lors de la victoire 4-2 de l'Italie devant la Paraguay, avant de réussir le coup du chapeau en demi-finale contre l'Argentine (7-4). Pendant toute la compétition, son entraîneur l'a utilisé au poste d'ailier et Bacaro n'a pas failli à sa mission : toujours prêt à servir un partenaire dans les meilleures conditions, il a été un excellent relais entre la défense et l'attaque. Il dispose également d'une très bonne frappe du gauche, mais il a toujours su mettre ses qualités au service du collectif italien. Ainsi, il n'a jamais rechigné à venir presser un adversaire après une perte de balle ou à faire sa part de travail défensif.

Le Soulier d'Or, le Soulier d'Argent et le Soulier de Bronze pour les meilleurs buteurs du tournoi

Falcão (BRA) reporte le Soulier d'Or
Les 13 buts inscrits par Falcão dans le tournoi parlent d'eux-mêmes. Pourtant, les choses n'étaient pas gagnées d'avance pour l'attaquant de la Seleção. Avant l'ultime rencontre, face à l'Espagne, il était encore à la lutte avec l'Espagnol Marcelo et son coéquipier Indio mais, en réussissant le coup du chapeau dans la petite finale contre l'Argentine, Falcão allait mettre tout le monde d'accord et s'adjuger le Soulier d'Or. Agé de 27 ans, le buteur brésilien a rapidement fait l'unanimité, grâce notamment à sa capacité à inscrire des buts magnifiques. Sa plus belle réalisation reste sans doute la fameuse " Carretilha " réussie contre la Thaïlande : en soulevant le ballon à l'aide du talon, il l'a fait passer au-dessus de sa tête avant d'expédier une reprise de volée imparable dans la lucarne du but thaïlandais.

Indio (BRA) remporte le Soulier d'Argent
Indio a longtemps disputé le titre de meilleur buteur du Championnat du Monde de Futsal de la FIFA à son partenaire Falcão, mais, au bout du compte, il doit se contenter de la deuxième marche du podium. Le numéro 9 brésilien débute sa campagne par un doublé contre l'Australie, suivi d'un autre contre la Thaïlande et marque encore au premier tour contre la République tchèque. Indio poursuit sa moisson de buts avec deux nouveaux doublés au second tour, le premier contre l'Ukraine et le second contre les Etats-Unis, réussi dans les ultimes minutes de la partie. Lors du match pour la troisième place, il inscrit un dernier but, après un excellent travail de Tobias.

Marcelo (ESP) remporte le Soulier de Bronze
Pour le numéro 14 espagnol, ce tournoi aura été l'occasion de réaliser un vieux rêve : Marcelo Dos Reis Suarez, dit Marcelo, a enfin été sacré champion du monde avec l'Espagne. Auteur d'un but somptueux en finale, l'attaquant espagnol d'origine brésilienne a largement contribué au triomphe de son équipe. Marcelo, qui a rejoint cette saison le club espagnol de Polaris World Cartagena, a plus d'une fois donné le tournis aux défenseurs avec ses courses déroutantes. Dès le début du tournoi, ce jeune trentenaire se mettait en évidence en ouvrant le score pour l'Espagne face à l'Ukraine. C'est également lui qui inscrit le but décisif contre le Portugal au second tour.

 

Le Brésil remporte le prix du fair-play de la FIFA
Même si le Brésil n'a pas réussi à reconquérir son titre de champion du monde, cela ne l'empêche pas de terminer pour la troisième fois en tête du classement du fair-play de la FIFA. Avec 889 points, les Brésiliens devancent les Américains (857) et les Tchèques (834). En outre, le Brésil termine la compétition en ayant reçu seulement quatre cartons jaunes et pas un seul carton rouge. Ce classement est bien entendu établi en fonction du nombre de cartons reçus par chaque équipe mais ce n'est pas le seul critère. L'attitude des joueurs à l'égard des arbitres ou de leurs adversaires est également prise en compte.