Kazuyoshi Miura est une légende vivante du football au Japon. À 45 ans, l'ancien international évolue toujours parmi les professionnels au Yokohama FC, un club de deuxième division. Seule une participation à une Coupe du Monde de la FIFA™ avec sa sélection nationale manque encore au palmarès de ce champion. Mais King Kazu n'a jamais été aussi près de réaliser son rêve.  

Miura a en effet appris qu'il figurait sur la liste provisoire des joueurs retenus pour la Coupe du Monde de Fustal de la FIFA, Thaïlande 2012. Le sélectionneur Miguel Rodrigo estime en effet que le vétéran possède les qualités qui pourraient faire du Japon un sérieux candidat au titre à partir du mois de novembre.  

"L'expérience de Kazu nous serait très utile", souligne, Rodrigo après avoir rendu sa liste publique. "Les exemples de footballeurs de très haut niveau reconvertis dans le futsal sont plutôt rares. Je ne vois qu'un athlète d'exception pour tenter un tel pari."  

Né en 1967, Miura part très jeune pour le Brésil dans l'espoir de réaliser son rêve et de devenir professionnel. Dans les années 80, le football est encore un sport exclusivement amateur au Japon. Par la suite, Miura porte les couleurs de plusieurs clubs brésiliens, dont Santos. Au cours de son séjour sud-américain, il s'initie au fustal, cette variante en salle du sport le plus populaire de la planète. Une découverte qui a bouleversé le cours de sa carrière. "Presque tous les footballeurs brésiliens ont joué au futsal. Je crois que les jeunes joueurs au Japon auraient tout intérêt à suivre leur exemple", explique-t-il. 

Une absence mystérieuse
De retour au Japon en 1990, Miura rejoint  le Yomiuri FC, devenu par la suite Verdy Kawasaki et aujourd'hui Tokyo Verdy. Le club s'impose comme l'un des principaux animateurs de la saison inaugurale de la J-League en 1993. Miura livre des performances exceptionnelles et reçoit le titre de Joueur de l'année. Sous son impulsion, Verdy est sacré champion.

En 1994, Miura devient le premier footballeur japonais à évoluer en Serie A, sous les couleurs du Genoa. Son parcours atypique l'amène ensuite à s'engager au Croatia Zagreb ou encore au Sydney FC. Durant son séjour australien, il devient le premier Japonais à disputer la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, en 2005.

Malgré son impressionnante carte de visite, Miura n'a jamais disputé une Coupe du Monde de la FIFA™ avec le Japon. Très en vue lors des préliminaires de l'édition 1998, l'attaquant est mystérieusement absent de la liste des joueurs retenus pour la phase finale en France et, à 31 ans, voit s'envoler sa dernière chance de participer à l'épreuve suprême.  

La magie opère
Sa dernière apparition avec les Samouraïs Bleus remonte à juin 2000. Miura n'a pourtant pas à rougir de son bilan en sélection, qui s'établit à 55 buts en 89 matches. Douze ans plus tard, il pourrait de nouveau enfiler le maillot bleu, pour le compte de l'équipe nationale de futsal. "Participer à la Coupe du Monde de Futsal, c'est le rêve de tout joueur de futsal. Je suis fier que le sélectionneur ait pensé à moi", confie-t-il. "Je suis extrêmement motivé à l'idée de prendre part à ce tournoi. C'est une autre facette du football. Il n'y a pas de hiérarchie dans mon esprit. J'ai toujours rêvé de disputer une Coupe du Monde."  

Comme par magie, le stage de l'équipe nationale organisé à Nagoya a attiré de nombreux reporters et caméras de télévision. À le voir à l'entraînement, Miura ne fait pas ses 45 ans, d'autant qu'il n'a rien perdu de son efficacité dans le dernier geste. La saison de deuxième division japonaise bat son plein, ce qui a contraint Miura à quitter ses partenaires au milieu du stage. Mais avant son départ, King Kazu a cependant reçu un DVD consacré à la tactique, afin de lui permettre de se maintenir au niveau.

Peut-être que sur le DVD qui racontera la carrière du King Kazu, une partie sera consacrée à ses exploits en Coupe du Monde...