En observant le classement de la Bundesliga, deux choses sautent immédiatement aux yeux : les onze points d'avance du Borussia Dortmund sur son premier poursuivant, un fossé pratiquement infranchissable, et le classement inhabituel de Hanovre.

A l'orée de la saison, personne ne s'attendait à retrouver le club de la Basse-Saxe en troisième position à ce stade de la compétition. Il faut dire que, depuis huit ans, les Roten font souvent partie des candidats à la relégation. Cette année, le capitaine Steve Cherundolo et ses coéquipiers ont donc pris tout le monde par surprise. Ils devancent aujourd'hui quelques grands noms du football allemand, comme le Bayern Munich (4), Hambourg (6), Schalke 04 (10) et le Werder Brême (14). 

"La première moitié de la saison a été magnifique. Au début, nous partions un peu à l'aventure. Personne ne savait vraiment de quoi l'avenir serait fait", explique Cherundolo, international américain. "Mais nous avons travaillé sans relâche pendant la préparation. Evidemment, nous ne nous attendions pas à connaître un tel parcours. Nous avons tout simplement eu la chance de vite trouver nos marques. Tout nous paraissait facile et l'équipe a enchaîné les bonnes performances. Nous avons également très bien abordé la phase retour, même si nous avons récemment perdu contre Schalke."    

En route pour un record
Pour l'heure, le club fondé en 1896 affiche un bilan positif : onze victoires, un nul et sept défaites. De fait, Hanovre n'est pas vraiment habitué à jouer les premiers rôles. Malgré deux titres de champion, conquis en 1938 et 1954, le dernier grand succès des Roten remonte à près de 20 ans. Depuis son triomphe en finale de la Coupe d'Allemagne en 1992, Hanovre connaît une longue traversée du désert.

Les Saxons sont donc en passe d'obtenir leur meilleur classement depuis la saison 1964/65. Pour sa première apparition en Bundesliga, le club s'était hissé à la cinquième place. Si Cherundolo et ses partenaires maintiennent le cap, ils pourraient même forcer les portes de la prestigieuse Ligue des champions de l'UEFA. Les joueurs, qui ont pratiquement assuré leur maintien, gardent cependant les pieds sur terre.

"Nous ne sommes pas vraiment en mesure de nous fixer de nouveaux objectifs. Sincèrement, je ne pense pas que nous tomberons dans ce travers. Nous prenons les matches comme ils viennent. L'idée, c'est d'accumuler un maximum de points et de donner le meilleur de nous-mêmes. Nous aurions tort de procéder autrement", poursuit Cherundolo, au micro de FIFA.com. "L'équipe est très unie. Notre esprit de groupe est l'une de nos plus grandes forces. Tout le monde ici est ambitieux. Notre travail à l'entraînement nous place dans les meilleures conditions pour gagner. Notre entraîneur et ses adjoints savent exactement comment tirer le meilleur du groupe. Nous avons également ce petit brin de chance qui fait la différence et qui nous a si souvent manqué par le passé", constate le latéral droit.

Retour aux sources
Si les joueurs ont bien évidemment contribué à ce succès retentissant, l'entraîneur Mirko Slomka ressort lui aussi grandi de ce bon début de saison. Revenu en Basse-Saxe il y a bientôt un an, l'ancien entraîneur de Schalke 04 a débuté sa carrière de technicien en 1998, en prenant en main l'équipe première du centre de formation de Hanovre 96.

Slomka a pourtant connu des moments difficiles à son retour. Sous sa houlette, les Roten ont peiné pour obtenir le maintien. Ces résultats décevants n'ont pas empêché le directeur sportif Jörg Schmadtke et le président Martin Kind de lui maintenir leur confiance. Aujourd'hui, les dirigeants sont récompensés de leur patience. Cherundolo se remémore les premières semaines sous les ordres de Slomka. "Il est arrivé avec un plan à long terme. Les six défaites concédées peu de temps après sa prise de fonctions ne l'ont pas découragé. Déjà, à l'époque, nous réalisions du bon travail à l'entraînement, même si les résultats n'étaient pas forcément au rendez-vous."  

De ce point de vue, la saison 2010/11 marque un véritable tournant. Avec l'aide de Schmadtke et de Kind, Slomka a réussi à bâtir une équipe compétitive, autour de son nouveau capitaine Cherundolo. Désormais, tous les espoirs semblent permis aux supporters de Hanovre. Le mérite de cette spectaculaire progression revient en partie à Didier Ya Konan. Arrivé en août 2009 en provenance de Rosenborg, l'attaquant ivoirien a marqué à 19 reprises en 42 matches de Bundesliga et adressé neuf passes décisives. A l'issue des matches aller, il était directement impliqué dans 13 réalisations.  

Une concurrence saine
Toutefois, Konan aurait tort de se reposer sur ses lauriers, comme le rappelle Cherundolo : "Ici, personne n'est titulaire indiscutable. Même en tant que capitaine, je suis obligé de travailler dur à l'entraînement. Il règne une concurrence saine et positive", assure le défenseur de 31 ans.

Le succès actuel de Hanovre se mesure aussi au nombre de supporters qui viennent régulièrement garnir les travées de l'AWD-Arena. L'antre des Roten affiche un taux de remplissage de 88 %, soit 43 172 spectateurs en moyenne. Du jamais vu depuis le retour du club parmi l'élite, en 2002.  

Pour l'homme aux 65 sélections en équipe des Etats-Unis, les fans jouent un rôle essentiel auprès de l'équipe, de l'entraîneur et du club dans son ensemble. "Au-delà du classement, le véritable exploit de la saison est d'avoir construit une relation privilégiée avec nos supporters. Nos fans sont fiers de nous et de nos performances. Ils savent que c'est pour eux que nous donnons le meilleur de nous-mêmes à chaque fois que nous entrons sur le terrain. Nous allons tout faire pour que venir au stade reste un plaisir pour eux."