Le 12 juillet, devant une foule enthousiaste, la jeune équipe des Fidji, pays organisateur, a dominé en finale des Jeux du Pacifique Sud la Nouvelle Calédonie, pourtant impressionnante en début de tournoi. Les Fidjiens se sont ainsi emparés de la médaille d'or (2-0), s'affirmant du même coup comme une nation émergente dans la région océanienne. A l'issue des jeux, les onze représentants des Mers du Sud se targuaient avec fierté d'avoir disputé 24 matches animés.

Premier tournoi de football organisé lors des Jeux du Pacifique Sud depuis Tahiti en 1995 et onzième édition du genre depuis 1963, la compétition n'a manqué ni d'action ni de buts. Il faut dire que les participants avaient à cœur de démontrer leurs qualités.

Coup d'essai et coup de maître pour les jeunes Fidjiens
Après avoir caracolé en tête de sa poule, les Fidji, emmenées par le meilleur buteur ex aequo du tournoi Esala Masi, lui-même épaulé par 14 jeunes joueurs de l'équipe olympique, se sont hissées jusqu’à la finale. Disputée au Stade National de Suva, celle-ci les opposait à la Nouvelle Calédonie, devant plus de 10 000 supporters enthousiastes. Au bout du compte, l'affaire s’est résumée à une histoire de famille, puisque le buteur Masi et son cousin Manoa Masi ont marqué les deux buts qui ont offert aux Fidji leur deuxième médaille d'or en football lors des Jeux du Pacifique Sud.

Le premier but est l’œuvre de Manoa Masi. A la réception d'un centre parfait, il propulse avec férocité le ballon dans les filets et donne aux Insulaires un avantage d'un but à la mi-temps. Le second, intervenu peu après l'heure de jeu, est à mettre au crédit du meilleur artilleur du tournoi. Sur un extraordinaire coup franc bourré d'effet des 35 mètres, le gardien de but calédonien Michel Hne se détend en vain et voit le ballon mourir dans sa lucarne, à la grande joie du public local.

Après une victoire exténuante remportée à l'issue des tirs au but aux dépens des îles Vanuatu en demi-finale, la Nouvelle Calédonie n'a jamais été en mesure de marquer le match de son empreinte. La pelouse gorgée d'eau et la pression intense d'une équipe locale dominatrice sur le plan physique ont déséquilibré la formation néo-calédonienne, incapable de mettre ses rapides attaquants en bonne position.

Au coup de sifflet final, joueurs, officiels et supporters fidjiens ont laissé éclater leur joie et fêté la victoire sur un terrain détrempé.

"Dans l'équipe, les joueurs ont travaillé ensemble, les plus expérimentés apportant leur soutien aux plus jeunes. Et, au moment voulu, les jeunes ont répondu présent pour les joueurs d'expérience de l'équipe", a déclaré Tony Buesnel, sélectionneur des Fidji, au quotidien le Daily Post.

La Nouvelle Calédonie s'empare de l'argent
Après s'être affirmée comme une des équipes les plus spectaculaires du début de la compétition, la Nouvelle Calédonie, drivée par Serge Martinengo De Novack, s’est montrée incapable de déjouer la supériorité aérienne et la discipline des athlétiques Fidjiens.

Si la Nouvelle Calédonie aura été dépitée de ne pas avoir ajouté une nouvelle médaille d'or à sa collection déjà riche de quatre victoires, elle peut se vanter d'une excellente prestation qui a mis en évidence les progrès constants réalisés par cette nation sur la scène régionale.

Après s'être défait de Tahiti, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée et des Vanuatu sur le chemin de la finale, la Nouvelle Calédonie avait un moment semblé en passe de se parer des lauriers, mais son jeu de passes courtes et son souci d'offensive à tout crin se sont heurtés à la tactique habile des Fidji, au terrain gorgé d'eau et à l'enthousiasme de la foule.

Pour le reste, les Néo-calédoniens Ramon Djamali et Michel Hmae se sont affirmés comme deux des joueurs les plus en vue du tournoi.

Troisième et quatrième
Les Vanuatu se sont consolées avec une victoire 1-0 sur Tahiti lors du match pour la troisième place, effaçant au passage leur défaite lors de la Coupe des Nations de l'OFC face aux tenants du tournoi des Jeux du Pacifique Sud.

Le match un peu terne suivi par quelque 6 000 spectateurs à Suva ne s’est débloqué qu'au moment où l'attaquant Etienne Mermer a marqué son sixième but du tournoi dix minutes après la reprise. Cette défaite a marqué pour Tahiti la fin de l'époque glorieuse qui avait suivi sa médaille d'or en 1995. Pourtant, l'équipe comptait en son sein deux des cinq meilleurs buteurs du tournoi, Naea Bennett (8) et Felix Tagawa (7).

Les filles de Papouasie Nouvelle Guinée couronnées reines
En remportant le tournoi de football féminin des Jeux du Pacifique Sud disputé par six équipes émergentes, l'équipe féminine de Papouasie-Nouvelle-Guinée a poursuivi son irrésistible ascension en quête de reconnaissance régionale.

Un coup du chapeau marqué par Lydia Barnabas a scellé le sort de Guam, défaite 3-0. Les Tonga se sont classées troisièmes tandis que Tahiti a dû se contenter du quatrième strapontin.