Chaque médaille a son revers. Ce proverbe bien connu s'applique également dans le football. En effet, tandis que de jeunes espoirs attiraient l'œil des fans et des experts, plusieurs grands noms ont fait leurs adieux cette année.

Avec la retraite d'Oliver Kahn, le football allemand a perdu l'un de ses plus grands gardiens au mois de mai dernier. Ancien champion d'Europe avec l'Allemagne, l'ancien portier du Bayern Munich a amassé 20 titres nationaux, une Ligue des champions de l'UEFA (2001) et une Coupe UEFA (1996) tout au long d'une carrière qui l'aura également vu sacré meilleur gardien du monde de la FIFA à trois reprises (1999, 2001 et 2002), meilleur joueur et meilleur gardien de la Coupe du Monde de la FIFA 2002. Seul le titre de champion du monde se sera refusé à lui jusqu'au bout. Kahn devra donc se contenter de la deuxième (2002) et de la troisième place (2006).   

Finaliste malheureux de la Ligue des champions de l'UEFA 2001, Santiago Cañizares a lui aussi raccroché les gants cet été, à l'âge de 39 ans. L'ancien gardien du Real Madrid et du FC Valence a collectionné les titres en club, mais son parcours en équipe nationale conserve un goût d'inachevé. Son unique titre avec la Roja restera donc la médaille d'or olympique décrochée en 1992. Cañizares a également eu le malheur de s'incliner en finale de la Ligue des champions de l'UEFA deux années de suite avec le FC Valence. La défaite face au Bayern d'Oliver Kahn, intervenue à l'issue de la séance des tirs au but, lui laissera sans doute un souvenir particulièrement amer.   

Kahn, qui remettait sans cesse sa retraite a plus tard, a fait au moins un émule chez les attaquants, le Brésilien Romario. Gavé de titres, comme celui de Joueur mondial de la FIFA 1994 ou meilleur joueur de la Coupe du Monde de la FIFA 1994, l'ancien champion du monde a mis un terme à sa carrière à 42 ans, après avoir porté les couleurs de huit clubs (dont Barcelone, Flamengo et Vasco da Gama). Médaillé d'argent des Jeux Olympiques de 1992 avec la Seleção, Romario a intégré l'équipe du Brésil de beach soccer, avec laquelle il a remporté une médaille de bronze en 2005.

Pour l'instant, Serginho n'a pas encore décidé de passer au beach soccer. Ce milieu de terrain infatigable restera sans doute davantage connu pour son triomphe en Ligue des champions de l'UEFA 2003 avec l'AC Milan. Il compte également une Copa América à son actif, remportée en 1999 soit deux ans après Romario.   

Moins titré, mais tout aussi essentiel en sélection, le Portugais Rui Costa a lui aussi jeté l'éponge. Aux côtés de Vitor Baia et Luis Figo, l'ancien meneur de jeu de la Fiorentina compte parmi les figures de proue de la fameuse génération dorée portugaise. Pourtant, Rui Costa n'a jamais totalement réussi à imposer son talent au plus haut niveau. Il ne compte par exemple qu'un titre de champion du monde junior avec le Portugal, conquis en 1991. Ses succès furent plus nombreux en club puisque, outre une victoire en Ligue de champions de l'UEFA, il fut sacré champion d'Italie et du Portugal (2004 et 1994).   

Pauleta, son collègue en équipe nationale, a lui aussi mis un point final à sa carrière. Ce brillant attaquant de pointe a inscrit 47 buts en 88 sélections, ce qui fait de lui le meilleur buteur portugais de tous les temps, devant le grand Eusébio. L'Aigle des Açores possède une autre particularité : il est le premier international portugais à n'avoir jamais joué en première division dans son pays. En effet, Pauleta a débuté sa carrière en Espagne. Après un passage remarqué au Deportivo La Corogne, il s'est s'installé en France (Bordeaux puis PSG) où il a remporté trois Coupes et été sacré meilleur buteur à trois reprises.   

Connaissez-vous Captain America ? Evidemment, nous ne parlons pas ici du célèbre super-héros, mais du premier joueur américain à avoir intégré l'équipe-type d'une Coupe du Monde de la FIFA, Claudio Reyna. L'ancien joueur des Glasgow Rangers a reçu son surnom alors qu'il évoluait en Grande-Bretagne, où ses performances sous le maillot des Etats-Unis ne sont pas passées inaperçues. En 2002, Reyna a mené les siens jusqu'en quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA avant de s'incliner face à l'Allemagne, future finaliste de l'épreuve.

Un autre ancien capitaine émérite a choisi de raccrocher les crampons en cette fin d'année 2008. Il s'agit du Chilien Marcelo Salas. Le Matador a frappé à 37 reprises en sélection. Il a également été élu footballeur sud-américain de l'année et joueur de l'année du championnat d'Argentine en 1997. Salas a débuté sa carrière à l'Universidad de Chile avant de se faire un nom sur la scène mondiale sous les couleurs de River Plate, de la Lazio et de la Juventus. Lors de la deuxième partie de sa carrière, il a fait le chemin en sens inverse, retrouvant successivement River Plate et l'Universidad de Chile. Parmi ses nombreux exploits, citons les trois titres de champion d'Italie remportés consécutivement (2000, 2002, 2003).    

Pendant ce temps, en France, les passionnés de ballon rond ont été contraints de faire leurs adieux à Lilian Thuram, recordman des sélections en équipe de France. L'ancien champion du monde et champion d'Europe a revêtu 142 fois la tunique d'une sélection qui a dominé le football international pendant une bonne partie des années 90. En club, l'ancien défenseur de Monaco a brillé sous les couleurs de la Juventus et du FC Barcelone. Beaucoup de défenseurs construisent leur réputation sur leur puissance physique ou leur jeu de tête. Thuram, lui, s'est toujours appliqué à défendre le beau jeu et le football en lui-même. Considéré comme l'un des milieux de terrain les plus habiles de la Bundesliga, Johan Micoud a lui aussi profité de l'été pour mettre un terme à son parcours professionnel. Souvent comparé au grand Eric Cantona, Micoud a fait l'unanimité dans la plupart des clubs où il est passé (Cannes, Bordeaux, Parme, Werder Brême), sans toutefois réussir à s'imposer en équipe nationale. Il faut dire qu'en la personne de Zinedine Zidane, il avait un sérieux concurrent pour une place de titulaire chez les Bleus !   

N'oublions pas non plus Frédéric Déhu (France), Anti Niemi (Finlande), Tony Vidmar (Australie), Teddy Sheringham, Andy Cole (Angleterre), Hazem Emam, Nader El Sayed (Egypte) José Luis Sierra (Chili) et bien d'autres... car la liste est encore longue.   

Aidez-nous à la prolonger : connaissez-vous d'autres footballeurs qui ont choisi de raccrocher les crampons cette année ?