Sur le terrain, ils sont toujours seuls. Ils s'entraînent à part, ils se préparent en solitaires et s'habillent différemment. Dès que le coup d'envoi est donné, leur mission consiste à se dresser en dernier rempart contre l'essence même du jeu : marquer des buts.

On dit souvent que les gardiens de but son un peu fous. Cela reste à prouver, mais ce qui est certain, c'est qu'ils forment une classe à part dans la grande famille du football. Pourtant, même au sein de cette confrérie, il existe encore une élite de gardiens d'exception : les vétérans.

Nous parlons ici d'hommes qui ont survécu pendant des dizaines d'années à l'un des postes les plus en vue, les plus exigeants et les plus exposés qui soient. Ces sportifs hors du commun ont supporté les moqueries des fans les plus versatiles, tout en s'efforçant de maintenir leur niveau d'excellence, pour ne jamais faire la saison de trop. Parmi eux, certains se sont sans doute accrochés à leur poste un peu trop longtemps, mais la grande majorité ne semble pas affectée par le poids des ans. En fait, les gardiens les plus talentueux semblent même se bonifier avec l'âge.

Le plus grand d'entre eux, Lev Yashin devient une sorte de pionnier en disputant la Coupe du Monde de la FIFA 1966 à quelques mois de son 37ème anniversaire. Quatre ans plus tard, il sera de nouveau du voyage au Mexique avec la sélection soviétique. Pourtant, même la célèbre "Araignée Noire" doit s'incliner devant le grand Dino Zoff à l'heure d'évoquer le plus grand vétéran de tous les temps.

Zoff, champion du monde à 40 ans
L'intrépide portier italien, troisième derrière Maldini et Cannavaro au nombre de sélections en équipe nationale, détient toujours le record d'invincibilité sur la scène internationale avec 1 142 minutes de jeu, de septembre 1972 à juin 1974, sans encaisser le moindre but. Mais Zoff reste surtout célèbre pour avoir mené la Squadra Azzurra à la victoire en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1982, à l'âge de 40 ans, soit 21 ans après ses débuts à l'Udinese.

Les noms de ces increvables vétérans jalonnent l'histoire du football. Ainsi, Peter Shilton était déjà le joueur le plus capé de l'histoire de l'équipe d'Angleterre lorsqu'il devient le capitaine le plus âgé des Trois Lions à l'occasion d'Italie 1990. Quant à son compatriote Gordon Banks, il a porté les couleurs des Fort Lauderdale Strikers jusqu'à plus de 40 ans.

En Allemagne, Sepp Maier a disputé 422 matches consécutifs avec le Bayern Munich (473 au total). En France, Jean-Luc Ettori a finalement pris sa retraite à 39 ans, après avoir disputé 602 matches de Ligue 1 pour le compte de l'AS Monaco. Walter Zenga, qui détient toujours le record d'invincibilité en Coupe du Monde de la FIFA, avec 518 minutes de jeu sans concéder le moindre but, a joué pour New England Revolution à 39 ans. Enfin, Neville Southall, l'emblématique gardien d'Everton et du Pays de Galles, a repris du service à Rhyll l'année dernière... à 48 ans !

Les chemins de Kahn et Ballotta se séparent
Par chance, tous les signes indiquent que cette race à part n'est absolument pas en voie d'extinction. Autre bonne nouvelle, ces champions hors norme ne semblent pas non plus décidés à se laisser aller en attendant la retraite.

Pour s'en convaincre, il suffit de prendre exemple sur Oliver "King" Kahn. L'ancien international allemand a annoncé qu'il raccrocherait les crampons le 15 juin prochain, à l'âge de 39 ans. Titulaire indéboulonnable dans le but du Bayern Munich, toujours en course pour un triplé historique, Kahn a même trouvé le temps d'adresser quelques critiques particulièrement virulentes à tous ceux qui ont eu le malheur d'exciter sa colère, qu'il s'agisse de ses coéquipiers ou de Jürgen Klinsmann, le futur entraîneur du club bavarois. "Kahn a toujours eu cette force incroyable en lui. Il joue toujours pour gagner", explique Winfried Schaefer, qui a travaillé avec le "Titan" il y a près de 20 ans de cela, à Karlsruhe. "Aujourd'hui encore, son ambition le place en marge des autres footballeurs."

Kahn compte plus de matches de Bundesliga (548) et plus de matches d'invincibilité (194) que n'importe quel autre gardien et il continue d'enchaîner les records. Récemment, il est devenu le premier joueur de l'histoire à remporter six Coupes d'Allemagne. D'ici à quelques semaines, il pourrait fêter son huitième titre de champion d'Allemagne. Karl-Heinz Rummenigge a confié que son gardien vétéran incarnait à lui seul "l'esprit du Bayern". Dans l'entourage du club, personne ne doute un instant que le départ de cette légende vivante, élue quatre ans de suite meilleur gardien européen, risque de laisser un vide difficile à combler, sur le terrain comme en dehors.

Si Kahn avoue lui-même attendre avec impatience la fin de saison, un gardien de Serie A, de six ans son aîné, jure ses grands dieux qu'il sera bien présent au début de la saison 2008/09. " ", assure Marco Ballotta, 44 ans, le gardien de la Lazio.

Je compte
jouer encore un an. Je m'amuse trop pour arrêter
maintenant

Marco Ballotta, 44 ans, gardien de la Lazio

Pourtant, Ballotta se serait sans doute beaucoup moins amusé sans un concours de circonstances inattendu. En effet, Juan Pablo Carrizo, le gardien de River Plate transféré dans la capitale italienne cet été, a dû attendre son passeport européen pendant plus longtemps que prévu. Sans cet imprévu, le vétéran n'aurait peut-être jamais retrouvé une place de titulaire. Cette saison, l'ancien portier de Parme, dont la carrière a débuté il y a un quart de siècle, est devenu le plus vieux joueur de la Ligue des champions de l'UEFA et de Serie A, effaçant des tablettes les records détenus par ses compatriotes Alessandro Costacurta et Zoff.

Evidemment, ces exploits ne lui pas évité de se trouver parfois sous le feu de la critique. Après les cinq buts concédés le week-end dernier par la Lazio face à la Juventus, les médias se sont déchaînés contre l'ancien gardien de Trévise. Heureusement, avec l'âge, Ballotta a appris à prendre du recul. " ", constate-t-il. J'aurais dû m'arrêter il y a dix ans, mais j'ai eu envie de continuer. Tous les ans, je me dis que je vis ma dernière saison, mais tous les ans, je rempile pour une année supplémentaire."


Pour la plupart des gens, quand je fais un arrêt, c'est grâce à
mon expérience, mais quand je prends un but, c'est à cause de
mon âge

Marco Ballotta, plus vieux joueur de l'histoire de la Ligue des champions

Pfannenstiel, le globe-trotter
Cette histoire d'amour entre un gardien et le ballon a de quoi émouvoir, mais elle n'a rien d'exceptionnel. Prenons Tony Meola, l'ancien gardien des Etats-Unis, par exemple. Après avoir accumulé plus de 100 sélections en équipe nationale et disputé deux Coupes du Monde de la FIFA, le portier, jamais rassasié, porte encore à 39 ans les couleurs des New Jersey Ironmen dans le championnat de football en salle américain (MISL).

En Argentine, Carlos Navarro Montoya, 42 ans, se refuse encore à mettre un point final à sa carrière. Victime d'une grave blessure au genou avec Olimpo la saison passée, l'ancienne gloire de Boca Juniors a promis qu'il rejouerait en première division.

Lutz Pfannenstiel mérite lui aussi une mention, même si, à 35 ans, il fait figure de jeune homme. S'il n'est pas très connu, ce gardien allemand au parcours atypique possède la particularité d'avoir joué sur les six continents, dans des pays aussi exotiques que la Malaisie, la Nouvelle-Zélande, l'Albanie, le Canada et le Brésil.

Impossible de terminer cette chronique sur les gardiens vétérans sans évoquer l'un des portiers les plus charismatiques de la planète. Douze ans après avoir ébloui les spectateurs de Wembley avec son célèbre "scorpion kick", Rene Higuita continue de faire le spectacle en deuxième division colombienne, sous les couleurs du Deportivo Rionegro. A bientôt 42 ans, l'ancien gardien international n'a rien perdu de sa fougue légendaire.

Pour l'heure, impossible de dire quand Higuita, Meola et leurs confrères en auront finalement assez d'aller chercher le ballon au fond de leurs filets. En attendant, les passionnés de football seraient bien avisés de suivre de près leurs derniers exploits, car rien ne dit qu'ils reverront un jour des athlètes de cette trempe.