La 50ème édition de la Copa Libertadores de América, équivalent sud-américain de la Ligue des Champions de l'UEFA, démarre cette semaine avec six rencontres comptant pour la phase aller du premier tour. Outre la gloire sportive, le vainqueur s'octroiera le droit de participer à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qui aura lieu aux Émirats Arabes Unis en décembre de cette année.

La première étape implique douze clubs, qui croiseront le fer en matches aller-retour. Les six vainqueurs rejoindront la phase de poules, où les 32 équipes présentes s'affronteront dans le cadre de huit mini-championnats. Les deux premiers de chaque groupe seront ensuite qualifiés pour les huitièmes de finales, où l'on retrouvera un système par élimination directe - en matches aller-retour - jusqu'à la rencontre décisive.

La Liga Deportiva Universitaria de Quito, tenant du titre et finaliste de la dernière Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, ne débutera que lors des poules, à l'instar de Boca Juniors et des Mexicains de Club América, demi-finalistes en 2008. Quant au finaliste de la dernière édition, le club brésilien de Fluminense, il ne sera pas au départ, incapable qu'il a été de se qualifier.

FIFA.com analyse pour vous les duels qui marqueront le coup d'envoi de l'épreuve la plus importante du continent à l'échelle des clubs.

Trois champions sur les starting-blocks
Après trois années d'absence, le grand Peñarol fait cette année son grand retour à la compétition, mais il n'aura pas la tâche facile face aux coriaces Colombiens d'Independiente Medellín. Le Manya n'est pas vraiment une équipe comme les autres : vainqueur de la première édition, disputée en 1960, c'est aussi la troisième équipe la plus titrée (5 titres) de la compétition, derrière les Argentins d'Independiente (7) et de Boca Juniors (6), et la formation qui compte le plus de participations (37). "Penser au titre n'a rien d'utopique", a déclaré l'entraîneur Julio Ribas, qui fera ses débuts officiels sur le banc de Peñarol. "Mais pour réussir, il faut y croire, vouloir ce titre et en rêver".

Penser au titre n'a rien d'utopique, mais pour réussir, il faut y croire et en rêver

Julio Ribas, entraîneur de Peñarol

Éliminé par Liga de Quito, le futur champion 2008, le triple vainqueur Estudiantes de La Plata cherchera à renouer avec un sacre qui lui échappe depuis 1970. Sous la conduite de Juan Sebastián Verón, les Pincharratas se mesureront à Sporting Cristal, l'équipe péruvienne la plus assidue de l'épreuve (27 présences). "C'est un adversaire qui s'est beaucoup renouvelé dernièrement, ce qui complique un peu la tâche dans la mesure où nous ne savons pas trop à quoi nous attendre. Mais nous restons confiants", a avancé l'entraîneur Leonardo Astrada.

Toujours jeudi, le puissant Palmeiras recevra le Real Potosí, nouvelle référence en Bolivie. Finalistes à quatre reprises mais couronnés une seule fois, en 1999, les Paulistas semblent maîtres de leur destin, notamment depuis l'engagement de l'ancien Lyonnais Edmilson. Pour les Boliviens, qui s'invitent pour la troisième fois d'affilée au festin de la CONMEBOL, il s'agira d'abord de décrocher un bon résultat au Brésil, avant de chercher à créer la surprise en altitude.

Les trois autres affrontements semblent frappés du sceau de l'équilibre. A Santiago, Universidad de Chile accueillera l'équipe de Pachuca pour la 12ème apparition consécutive d'une formation mexicaine dans l'épreuve sud-américaine. Les Andins tâcheront de profiter de la malchance des Tuzos, privés sur blessure de deux de leurs principales vedettes, les Argentins Christian Giménez et Gabriel Caballero.

A Quito, El Nacional en découdra avec les Paraguayens de Nacional. "Il est primordial que nous remportions le match aller", a déclaré Jorge Célico, entraîneur de la formation équatorienne, la plus fidèle du pays andin à la Copa Libertadores (22 présences). L'autre équipe équatorienne concernée par cette première phase n'est autre que Deportivo Cuenca, en visite sur le terrain de Deportivo Anzoátegui. Cette formation vénézuélienne est l'un des deux grands débutants, avec les Mexicains de San Luis, qui entreront dans la danse en phase de poules.

Calendrier
Mardi 27
El Nacional (ECU) - Nacional (PAR)

Mercredi 28
Independiente Medellín (COL) - Peñarol (URU)
Universidad de Chile (CHI) - Pachuca CF (MEX)

Jeudi 29
Sporting Cristal (PER) - Estudiantes LP (ARG)
Deportivo Anzoátegui (VEN) - Deportivo Cuenca (ECU)
Palmeiras (BRA) - Real Potosí (BOL)