Milan Baros n'a emprunté au cours de ces six derniers mois qu'une seule direction : celle qui mène vers les sommets. Depuis son transfert à Galatasaray à l'été 2008, l'international tchèque semble avoir retrouvé sa meilleure forme, comme quand il enchaînait les buts à Liverpool.

Le parcours de l'attaquant, aujourd'hui âgé de 27 ans, commence en République tchèque, au Banik Ostrava, où il a été formé. A 18 ans, il est déjà titulaire et marque 23 buts en 76 rencontres. Ses débuts impressionnants sous le maillot de l'équipe nationale - il fait trembler les filets à deux reprises lors de ses deux premiers matches - contribuent également à attirer sur lui l'attention des grands clubs européens.

L'aventure anglaise
A l'été 2001, il signe avec Liverpool son premier contrat à l'étranger. Avant de pouvoir rejoindre pour de bon le club entraîné par Gérard Houllier, il doit résoudre quelques problèmes juridiques. Ce contretemps fait qu'il n'arrivera en Angleterre qu'en décembre de la même année. Sa première saison chez les Reds ne lui donne cependant pas vraiment l'occasion de faire ses preuves. En raison de la limitation du nombre de joueurs extra-communautaires et de la rude concurrence au sein de l'équipe (Michael Owen, Robbie Fowler, Nicolas Anelka et Emile Heskey), le Tchèque n'est appelé sur le terrain que brièvement en Ligue des champions de l'UEFA.

L'attaquant tire néanmoins profit de la préparation de la saison 2002/03 et impressionne l'entraîneur tout autant que les supporters par ses grosses performances. Il conduit notamment la sélection nationale U-21 de République tchèque au titre européen. Dans son club, après le départ d'Anelka et de Fowler, la voie est libre. Pour ses débuts en championnat anglais, il marque deux buts contre les Bolton Wanderers et contribue très largement à la victoire 3:2 de son équipe. Au cours de la saison, il inscrira en tout neuf buts en championnat et trois dans les Coupes. 

Un EURO 2004 réussi malgré une blessure
Baros est ensuite victime d'une blessure qui le rend indisponible pendant la saison 2003/04. Au cours d'une rencontre avec Blackburn, le Tchèque se blesse grièvement à la cheville. Il doit s'arrêter pendant près de six mois. Mais l'attaquant originaire de Vigantice, petit village de 800 âmes situé dans l'est de la République tchèque, ne renonce pas pour autant. Il revient plus fort que jamais.

Lors de l'EURO 2004 au Portugal, Baros montre toute sa classe. Il atteint avec son équipe les demi-finales et est sacré meilleur buteur du tournoi avec cinq buts. Il décline alors des offres alléchantes du Real Madrid et du FC Barcelone, préférant affronter la concurrence chez les Reds. A la fin de la saison, Baros affiche à son compteur neuf réalisations et une victoire en Ligue des champions de l'UEFA.

Ici, je n'ai eu aucun problème pour m'adapter. J'ai pu marquer 18 buts jusqu'à présent et j'espère pouvoir en marquer encore

Milan Baros, à propos de son adaptation à Galatasaray

Aston Villa, Lyon, Portsmouth : l'odyssée
Il ne trouve malgré tout jamais vraiment sa place à Liverpool, qu'il finit par quitter en 2005 pour Aston Villa. Il y marque 13 buts en 46 matches, mais part néanmoins pendant la trêve hivernale de la saison 2006/07 pour venir découvrir la Ligue 1. A Lyon, il retrouve aux commandes son ancien entraîneur, Gérard Houllier. Celui qui avait découvert son talent quitte cependant le club en 2007 et son successeur Alain Perrin ne le fait plus beaucoup jouer.

Baros tente alors de se relancer à Portsmouth, mais une fois de plus, le succès n'est pas au rendez-vous. L'attaquant tchèque se décide alors à faire le grand saut : il rejoint à l'été 2008 le club stambouliote de Galatasaray, en première division turque. Une décision qui s'avère rapidement judicieuse.

Renaissance et succès
En 14 matches de championnat, Baros a déjà offert 14 buts à son équipe, contribuant ainsi pour une large part à la troisième place de Galatasaray au classement. Juste avant Noël, le chouchou du public réussit face au rival Besiktas un triplé historique. A cette pluie de buts s'ajoutent quatre autres réalisations en six rencontres de Coupe de l'UEFA. Les Turcs affronteront les Girondins de Bordeaux en seizièmes de finale de la compétition.

"Ici, je n'ai eu aucun problème pour m'adapter. J'ai pu marquer 18 buts jusqu'à présent et j'espère pouvoir en marquer encore. Notre groupe compte de très bons joueurs, il n'est donc pas difficile pour nous de remporter des victoires. Même si nous ne comptons pas parmi les favoris, nous avons le potentiel pour gagner la Coupe de l'UEFA", a confié récemment Baros avec assurance.

La pause hivernale s'achèvera le 25 janvier pour la Süper Lig. Baros et ses coéquipiers rencontreront alors Sivasspor, actuel leader, et si le deuxième printemps du Tchèque se poursuit malgré les températures hivernales, le match devrait être chaud pour ses adversaires.