Une nouvelle saison passionnante, une nouvelle star locale et le meilleur rang atteint en quinze ans au classement FIFA/Coca-Cola : 2009 débute sous des auspices on ne peut plus favorables pour les Iles Fidji. L'équipe nationale poursuit sa progression fulgurante malgré son éviction des éliminatoires pour Afrique du Sud 2010.

Malgré la déception suscitée par cette élimination, la sélection fidjienne a suffisamment brillé pour se hisser au 105ème rang mondial, tout près de son record historique (94ème) atteint en juillet 1994 sous la houlette du légendaire sélectionneur Billy Singh.

Les amateurs de football de l'archipel, qui a été ravagé par une inondation en début d'année, ont trouvé une nouvelle idole en la personne de l'attaquant Roy Krishna, fier représentant des Fidji lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2008, au sein du club néo-zélandais de Waitakere United.

Une étoile est née
Les Fidji ont certes terminé derrière la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie dans la dernière ligne droite qualificative, mais les résultats ont été plus serrés que le classement final ne le suggère.

Ce dernier tour préliminaire a débuté dans la tourmente, avec un match d'ouverture en Nouvelle-Zélande reporté en raison d'un litige concernant la présence du gardien Simione Tamanisau. Au final, les Kiwis l'ont emporté par deux buts à zéro grâce à une ouverture du score chanceuse d'Ivan Vicelich et un but en fin de match de l'artilleur maison, Shane Smeltz.

Mais c'est à domicile, face à la Nouvelle-Calédonie, qu'a eu lieu le match décisif, soldé par un nul 3:3 alors que les Fidji menaient à deux minutes du terme. Un succès 2:0 en dernière journée à Lautoka, a donné du baume au coeur aux Fidjiens et confirmé l'éclosion de Roy Krishna. Le jeune attaquant de 21 ans, auteur de pas moins de 31 réalisations la saison dernière avec Labasa, y a été de son doublé face aux Kiwis pour porter son capital buts à six unités lors des éliminatoires. L'avenir de l'attaque fidjienne, incarné par Krishna et Osea Vakatalesau, meilleur buteur de l'équipe avec 12 réalisations lors du parcours qualificatif, semble donc entre de bonnes mains.

Suprématie nationale
Sur le plan national, Ba tente de conquérir son neuvième titre de la décennie, après une série ahurissante interrompue il y a deux saisons par Labasa. Ba brigue donc un nouveau sacre et semble en bonne voie pour y parvenir après avoir surclassé Tavua 4:0 la semaine dernière.

Ba aura également l'occasion d'enrichir son palmarès face à Lautoka, en match retour du trophée des champions. L'ogre fidjien partira avec l'étiquette de favori après son succès à l'aller, acquis grâce aux buts de l'inévitable Vakatalesau. La commune de Ba a été dévastée par les inondations du mois de janvier, tout comme la ville de Nadi et le stade Prince Charles Park, fief de Lautoka, qui est encore en pleine phase de réparation, avec tous les bouleversements que cela implique dans le calendrier du championnat.

Tout reste à faire au cours des trois prochains mois pour les clubs qui briguent encore l'honneur de représenter les Fidji lors de la prochaine O-League de l'OFC. Cette saison, Ba espère de nouveau s'inviter en finale du prestigieux tournoi continental. En 2007 il s'était arrêté aux portes de l'exploit, battu par les Néo-zélandais de Waitakere United. Les Fidjiens avaient bien failli devenir le premier club mélanésien à conquérir la suprématie continentale, mais leur adversaire kiwi avait emporté la décision en vertu de la règle des buts à l'extérieur.

Défait 1:3 en février par Hekari South (Nouvelle-Guinée) devant 5 000 fans médusés, Ba est désormais contraint de battre Koloale FC (Iles Salomon), fin mars, pour conserver des chances de qualification. Le cas échéant, tout laisse entrevoir un duel à distance fratricide entre Roy Krishna (Waitakere) et Vakatalesau (Ba).