Quiconque suit de loin le parcours de l’équipe nationale du Brésil pourrait croire à une véritable révolution. Car pour son premier match à la tête de la Seleção, le 10 août à New Jersey contre les États-Unis, à peine 24 jours après la défaite des troupes de Dunga face aux Pays-Bas en quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, le nouveau sélectionneur Mano Menezes n’a retenu que quatre vétérans d’Afrique du Sud 2010. Si l'on ne s'en tient qu'aux chiffres, on peut imaginer une totale réinitialisation du projet de jeu brésilien. Si les chiffres ne mentent pas, ils ne disent pas toujours toute la vérité…

"Nous n’excluons aucun des participants de la dernière Coupe du Monde, mais nous estimons que la plupart ont besoin d’un peu de repos", a expliqué Menezes pendant le long et paisible entretien collectif accordé après la présentation de sa première liste de 24 joueurs. Il était légitime de lui poser la question et la réponse offerte par le stratège porte à croire que Daniel Alves, Thiago Silva, Ramires et Robinho ne sont pas les seuls "vétérans" sur lesquels il compte pour la suite. Néanmoins, compte tenu des deux prochaines échéances, les Jeux Olympiques de Londres 2012 et la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, il s’avère inévitable commencer à lorgner du côté de la date de naissance. "Nous n’avons éliminé personne, mais dans le football, comme dans la vie quotidienne, la roue tourne. Il faut que de nouveaux joueurs soient prêts à prendre la relève."

Du sang très neuf
Ce qui est indiscutable c’est que Mano Menezes a cherché à donner un coup de jeune à la Seleção, alors qu’il avait assuré avant même de présenter sa liste que le processus serait "lent et progressif". Là où le groupe auriverde dépêché en Afrique du Sud affichait une moyenne d’âge de 28,7 ans, les 24 nouveaux élus ont en moyenne 23,1 ans, le doyen étant Robinho avec 26 printemps. Dix joueurs enregistrent leur première convocation : les gardiens Renan (Avaí) et Jéfferson (Botafogo), le latéral droit Rafael (Manchester United), les défenseurs Réver (Atlético Mineiro) et David Luiz (Benfica), les milieux de terrain Jucilei (Corinthians), Ganso (Santos) et Ederson (Lyon), et les attaquants Neymar et André (tous deux de Santos). Au total, sept membres de cet effectif ont l’âge requis pour rejoindre l’équipe olympique qui partira dans deux ans en quête de l’or londonien.

La composition de la liste, tout comme les explications fournies par Mano Menezes, respectent la feuille de route dévoilée par l’entraîneur, qui avait fait du sacre olympique une priorité de son mandat. Il n’y a rien d’étonnant à cela, puisque ce titre fait défaut dans la vitrine de la CBF. "Mon travail va se diviser en trois étapes : Copa América 2011, Jeux Olympiques 2012 et Coupe du Monde 2014. La dernière épreuve est évidemment la plus importante, mais Londres 2012 retient aussi toute notre attention", a reconnu le stratège, qui a fait appel aux trois nouvelles pépites du football brésilien : André,  Ganso et Neymar. Avec une décontraction désarmante, les trois sociétaires de Santos ont enchaîné les buts tout au long de la saison dernière et offert à leur club une finale de Coupe du Brésil et un championnat Paulista.

En mai, avant la Coupe du Monde, l’attaquant André avait accordé à FIFA.com un entretien dans lequel il évoquait une possibilité qui s’est concrétisée lundi avec l’annonce de Menezes. "Je rêve de jouer en Seleção, bien évidemment, surtout lors de la prochaine Coupe du Monde. J’ai quatre ans pour m’y préparer et j’espère bien qu’avec Neymar et Ganso, on pourra écrire l’histoire en 2014, expliquait le gamin de 19 ans. On va peut-être inventer une nouvelle danse à la Coupe du Monde, allez savoir !"

Nouvelles idées
Mais la route est encore longue et toutes les conclusions tirées de cette première liste, avant le vrai début de l’ère Mano Menezes, pourraient rapidement s'infirmer. Cependant, force est de constater qu’aucun des milieux de terrain retenus par Menezes (Lucas, Jucilei, Hernanes, Ramires et Sandro) ne répond au profil de simple récupérateur confiné à des tâches défensives. C’est l’un des éléments clés du schéma tactique dévoilé par le nouveau coach : "Je suis adepte du 4-2-3-1, une disposition que l’on a beaucoup vue à la Coupe du Monde. Je m’en suis servi avec Grêmio en 2006 et nous avions réalisé un bon championnat du Brésil, a confié Mano Menezes le jour de sa présentation. Ce que je lui trouve d’intéressant c’est qu’elle permet d’aligner deux milieux de terrain avec une bonne relance, un critère précieux de nos jours. Le football est très cyclique et c’est peut-être ce chemin qui va permettre de bien aborder les prochaines échéances."

De la jeunesse, du renouveau et une envie de bien traiter le ballon dès la récupération : c’est maintenant à Mano Menezes et à ses ouailles de confirmer ces premiers indices, mais pour le torcedor brésilien, la première impression est plus que réussie !