Après avoir été mené deux fois au score, le Japon, triple vainqueur de l'épreuve, a battu le Qatar 3:2 ce vendredi et validé son billet pour les demi-finales de la Coupe d'Asie des Nations de l'AFC 2011. Dans le deuxième quart de finale de la journée, l'Ouzbékistan est difficilement venu à bout de la Jordanie (2:1), atteignant ainsi les demi-finales de l'épreuve suprême continentale pour la première fois de son histoire.

Dans le dernier carré, le Japon rencontrera l'Iran ou la République de Corée dans quatre jours, tandis que l'Ouzbékistan sera opposé à l'Australie ou l'Irak.

Le match
Japon 3:2 Qatar, Stade Al Gharafa, Doha
Buts : Shinji Kagawa, (29', 71'), Masahiko Inoha (90') pour le Japon ; Sebastian Soria (13'), Fabio Cesar Montezine (63' ) pour le Qatar

Bruno Metsu, le sélectionneur du Qatar, avait dit de son adversaire du jour qu'il était le "Barcelone de l'Asie". Ce compliment de leur entraîneur n'a pas empêché les Qataris de prendre le jeu à leur compte dès le coup d'envoi. A la 13ème minute, Sebastian Soria donne le tournis à Maya Yoshida, avant de déclencher une belle frappe du gauche qui termine sa course au fond des filets. Piqués au vif, les Japonais égalisent un quart d'heure plus tard. Shinji Okazaki lobe le gardien à destination de Kagawa, qui marque de la tête dans le but vide.

A l'heure de jeu, le Qatar reprend l'avantage sur un coup franc somptueux de Fabio Cesar Montezine, le Japon ayant été réduit à dix après l'exclusion de Yoshida. La messe semble dite mais Kagawa, encore lui, égalise pour le Japon. A l'ultime minute de la partie, il se fait passeur décisif en offrant à Inoha le ballon de la victoire et de la qualification nippone pour les demi-finales.

La surprise
Ouzbékistan 2:1 Jordanie, Stade Khalifa, Doha
Buts : Ulugbek Bakaev (46', 49')  pour l'Ouzbékistan ; Bashar Bani Yaseen (58' ) pour la Jordanie

Après une première période relativement équilibrée, où la Jordanie n'hésite pas à prendre le jeu à son compte, l'Ouzbékistan se réveille. Au retour des vestiaires, Bakaev marque à deux reprises en l'espace de trois minutes. Sa première réalisation est un modèle d'opportunisme. Il se libère du marquage pour reprendre victorieusement un coup franc de Server Djeparov. Le gardien jordanien, Amer Shafia, est battu. Juste avant l'heure de jeu, Bashar Bani Yaseen réduit le score pour la Jordanie, qui ensuite accentue la pression. En vain.

Le joueur
Shinji Kagawa, Japon

Déjà auteur de huit buts en 17 matches depuis son arrivée au Borussia Dortmund au mois d'août, l'attaquant de 21 ans a fait honneur à sa jeune et prometteuse réputation. Contre le pays hôte, il a offert la victoire à son pays en réussissant un doublé et une passe décisive.

La stat
2.
C'est le nombre de doublés inscrits lors de ces deux premiers quarts de finale, par le Japonais Kagawa et l'Ouzbek Bakaev.

Les moments-clés
Spécialiste des coups de pied arrêtés : Montezine avait déjà converti un superbe coup franc à l'occasion de la victoire du Qatar 3:0 contre le Koweït. Aujourd'hui, le milieu de terrain qatari a récidivé. Entré en deuxième période, il n'a laissé aucune chance au gardien japonais Eiji Kawashima, signant ainsi l'égalisation pour son équipe.

Du sang sur Yaseen : Quelques minutes avant la pause, Bashar Bani Yaseen et le milieu de terrain ouzbek Sanzhar Tursunov entrent en collision. Diagnostic, plusieurs dents cassées pour Yaseen et une bouche ensanglantée. Après quelques soins, le capitaine jordanien a quand même repris le jeu, sous les applaudissements nourris d'un public impressionné.

Entendu…
"Nous sommes bien revenus et avons fait preuve d'un tempérament extraordinaire. En infériorité numérique, nous avons eu le courage d'attaquer et nous en avons été récompensés." - Alberto Zaccheroni, sélectionneur du Japon

"Nous avons bien joué. Nous leur avons posé des problèmes. Techniquement, nous avons été largement à la hauteur du Japon, qui fait partie des meilleures équipes du continent. Je pense que le Qatar mérite d'être félicité. Je suis très heureux de notre performance aujourd'hui, même si nous avons perdu. Malgré la défaite, nous pouvons être fiers." - Bruno Metsu, sélectionneur du Qatar