L'avant-dernière journée des qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2012 programmée ce week-end s'annonce haletante. En effet, plusieurs poids lourds du continent se retrouvent au pied du mur. L'avènement de formations moins cotées marquera-t-il le début d'une nouvelle ère du football africain ?   

Triple championne d'Afrique en titre, l'Egypte pourrait voir ses derniers espoirs de qualification s'envoler ce week-end. Toutefois, une victoire en Sierra Leone laisserait encore une chance aux Pharaons de terminer parmi les meilleurs deuxièmes et d'accéder ainsi à la phase finale par la petite porte. Le Nigeria et le Cameroun tenteront également de refaire leur retard. De son côté, le Ghana pourrait ajouter son nom à la liste des participants. Pour rejoindre la Côte d'Ivoire, le Botswana, le Gabon et la Guinée équatoriale, les Black Stars devront cependant se méfier jusqu'au bout du Soudan.  

Groupe A : Tout reste à faire
Les quatre formations qui composent le Groupe A se tiennent en trois points. Le Cap Vert (7 points) n'est donc pas à l'abri d'un retour du Liberia (4 points). Les insulaires se préparent à effectuer un déplacement périlleux au Mali, tandis que les Lone Stars se rendront au Zimbabwe. La qualification pourrait donc se jouer lors de la dernière journée, programmée début octobre. En cas de succès à Bamako, les Tubarões Azuis valideront cependant leur billet pour la phase finale, à condition que les Warriors ne battent pas les Libériens.     

Groupe B : Les Super Eagles en quête de points
Vainqueur 4:1 à Addis-Abeba, la Guinée devrait logiquement s'imposer à domicile face à l'Ethiopie. Dans le même temps, le Nigeria donnera la réplique à une jeune sélection de Madagascar, face à laquelle il partira largement favori. Depuis leur défaite à Conakry lors de la deuxième journée, les Super Eagles n'ont plus droit à l'erreur. Ils accueilleront le leader guinéen en octobre.  

Groupe C : La Zambie peut prendre le large  
Forte de ses neuf unités au compteur, la Zambie possède désormais un point d'avance sur la Libye, tenue en échec aux Comores lors de sa dernière sortie. Les Chipolopolo se préparent à effectuer le même déplacement. Dans le même temps, les Libyens recevront le Mozambique au Caire, en raison des événements politiques qui secouent toujours leur pays. Si les Verts s'inclinent dans la capitale égyptienne, les Zambiens pourront valider leur billet s'ils parviennent à battre les Comores. En cas d'échec, ils recevront leurs principaux rivaux en octobre, avec la qualification pour enjeu.

Groupe D : Le choc des leaders
Le Maroc se rend à Bangui pour y défier la République centrafricaine. Les deux formations comptant le même nombre de points (7), cette confrontation risque de peser lourd au moment du décompte final. Les Fauves avaient obtenu un bon match nul à Rabat à l'aller. Un résultat similaire ne ferait cependant pas leurs affaires : en effet, les Centrafricains joueront leur dernier match en Algérie, tandis que le Maroc accueillera la Tanzanie. Malgré leur lourde défaite 0:4 contre les Lions de l'Atlas en juin, les Fennecs peuvent se replacer dans la course à qualification en s'imposant à Dar-es-Salaam samedi.  

Groupe E : Le Cameroun joue ses dernières cartes
À cinq longueurs du Sénégal, le Cameroun en est désormais réduit à miser sur une victoire surprise de la RD Congo à Dakar. Compte tenu de l'efficacité des Lions de la Teranga à domicile, un succès des Léopards semble cependant bien improbable, d'autant que Robert Nouzaret vient de quitter ses fonctions à la tête de l'équipe. Les Lions Indomptables de Javier Clemente auront donc tout intérêt à soigner la différence de buts contre l'île Maurice, dans l'espoir de décrocher une place de meilleur deuxième.  

Groupe F : Faux pas interdit pour la Gambie
Avec six points d'avance, le Burkina Faso a l'occasion d'assurer définitivement sa qualification sans même jouer. Dans le seul groupe de trois, les Étalons ont réussi un sans-faute depuis le début des préliminaires. Les Scorpions sont donc dans l'obligation de l'emporter samedi en Namibie, s'ils veulent continuer à rêver.

Groupe G : Les Bafana Bafana en danger
Le Niger espère bien ajouter une troisième victime à son tableau de chasse, dans son antre de Niamey. L'affaire s'annonce toutefois compliquée, car l'Afrique du Sud n'a toujours pas concédé le moindre but depuis le début des qualifications. À quelques jours du choc entre les deux équipes, le sélectionneur Pitso Mosimane a mis de l'huile sur le feu en jugeant les deux succès nigériens "plutôt heureux". Les Bafana Bafana comptent deux longueurs d'avance sur le Mena et six sur l'Egypte, qui a choisi d'envoyer sa sélection olympique en Sierra Leone. Toute l'Afrique se demande aujourd'hui si les Pharaons manqueront à l'appel de la CAN, pour la première fois depuis près de 30 ans.  

Groupe H : La course à la deuxième place
La Côte d’Ivoire est d'ores et déjà qualifiée pour la suite de la compétition, grâce à ses quatre succès consécutifs. Le Rwanda, le Burundi et le Bénin totalisent tous quatre points et se disputeront donc une place sur la deuxième marche du podium.

Groupe I : Au coude-à-coude
Le Ghana et le Soudan, dix points chacun, peuvent tous les deux valider leur billet dès ce week-end, à condition de battre le Swaziland et le Congo. En effet, la deuxième place du Groupe I pourrait être directement qualificative pour la phase finale, en fonction des autres résultats. La première place se jouera certainement en octobre, à l'occasion du déplacement des Black Stars à  Omdurman.

Groupe J : L'Ouganda veut en finir
Un nul en Angola suffirait à l'Ouganda pour fêter sa première participation à la CAN depuis 1978. Même en cas de défaite à Luanda, les Cranes pourraient encore se qualifier, à condition de battre le Kenya à domicile lors de la dernière journée.  

Groupe K : La Tunisie à l'épreuve du feu
À la surprise générale, le Botswana s'est déjà adjugé la première place du groupe. La Tunisie se retrouve donc obligée d'en découdre avec le Malawi pour tenter d'arracher son billet pour la phase finale. Les deux équipes s'étaient séparées sur un score de parité (2:2) en septembre, à Rades. Tunisiens et Malawites comptent dix points chacun mais les Aigles de Carthage conservent une longueur d'avance sur les Flames, grâce à une meilleure différence de buts.