Le Roi des Singes, également connu sous son nom de Sun Wukong, est le héros d'un vieux conte chinois, et un symbole de courage, de force et de sagesse. Le gardien de but de la RP Chine, Wang Dalei, fait partie de ses admirateurs. Impérial lors de la récente Coupe d’Asie de l’AFC 2015 en Australie, où les Chinois ont créé la surprise en s’invitant en quarts de finale, le grand portier arbore même un tatouage du Roi des Singes sur son bras droit.

"Sun Wukong est en quelque sorte l’équivalent chinois du Superman américain", explique le dernier rempart de Shandong Luneng, vainqueur aux tirs au but de la Supercoupe de Chine, samedi 14 février, face à Guangzhou Evergrande. "Ses histoires ont profondément marqué ma jeunesse et j’ai toujours rêvé de devenir un jour un héros, comme lui."

Le joueur de 26 ans a étalé tout son courage, le mois dernier, lors de l’entrée en lice de la RP Chine en Coupe d’Asie face à l’Arabie Saoudite. Désigné homme du match, Dalei a permis à son équipe de dominer le triple champion d’Asie 1:0, grâce à plusieurs arrêts réflexes en début de match, avant qu’un penalty ne soit sifflé en faveur de Naif Hazazi. Le large contingent de supporters chinois présents ce jour-là dans les tribunes de Brisbane s’est alors tu.

Un conseil bienvenu
Malgré l’enjeu, Dalei a su garder la tête froide. Il s’est retourné pour échanger, comme si de rien n’était, quelques mots avec un ramasseur de balle posté derrière sa cage. Revenu se positionner sur sa ligne, il a plongé du côté gauche pour détourner du genou le tir d’Hazazi. "Je n’étais pas du tout nerveux", se souvient Dalei. "J’étais totalement concentré sur le match. J’étais sur le point de ramasser une bouteille d’eau, avant le penalty, lorsque j’ai aperçu le ramasseur de balle. Je lui avais déjà parlé et je savais que c’était un gardien de but. Je lui ai donc demandé conseil et il m’a dit de plonger sur la gauche. Je lui ai fait confiance !"

Dalei a de nouveau impressionné lors des victoires contre l’Ouzbékistan et la RDP Corée, qui ont permis aux Chinois d’atteindre les quarts de finale de la compétition pour la première fois depuis 2004. "J’ai pris beaucoup de plaisir lors de cette Coupe d’Asie", confie le gardien de but, satisfait de ses performances. "J’étais tellement absorbé par les matches que je ne pensais plus du tout à moi. On dit qu’une personne altruiste n’a absolument rien à craindre."

Originaire d’une ville de football, Dalian, Dalei a fait ses premières armes à l’école primaire de Dongbeilu, d’où sont sortis quelques grands joueurs, comme l’ancien défenseur de Manchester City Sun Jihai. Le dernier rempart s’est fait un nom sur la scène internationale lors du Championnat U-16 de l’AFC 2004. Meilleur joueur du tournoi, il a permis à la RP Chine de décrocher le titre continental et de se qualifier pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2005. Dalei a confirmé sur la scène mondiale en aidant son équipe à atteindre les quarts de finale, sans perdre un seul match jusque-là. "Je me souviens bien de ce tournoi. C’était la première fois que j’évoluais à un tel niveau. La Coupe du Monde m’a apporté beaucoup de confiance, j’ai commencé à croire en mes qualités", estime-t-il.

Une épée à double tranchant
Mis à l’essai par l’Inter Milan en 2006, le portier a également intégré l’équipe olympique chinoise cette année-là. Mais il aura fallu attendre l’an dernier pour qu’il confirme totalement les espoirs placés en lui. Il a ainsi permis à Shandong de remporter la Coupe et gagné pour de bon sa place dans la sélection renouvelée d’Alain Perrin. "Je ne suis pas du genre à me cacher", affirme Dalei. "Je dis ce que je pense et je fais ce que je veux. C’est peut-être une épée à double tranchant. La communication est bonne avec mes coéquipiers et mes entraîneurs, mais je suis parfois mal compris. Je suis en tout cas concentré à 100% sur le match à chaque fois que je rentre sur un terrain."

Plusieurs rendez-vous de taille l’attendent en 2015 : la Ligue des champions de l’AFC avec Shandong et les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2018™ avec la RP Chine. "Je vais travailler dur pour maintenir mon niveau de forme", promet Dalei, déterminé à répondre aux attentes. "Je veux continuer à gagner avec Shandong et surtout me qualifier pour Russie 2018 avec la sélection. Je suis conscient de n’être qu’un homme et pas le Roi des Singes. Mais je peux au moins m’inspirer de ses aventures. Sun Wukong est mon porte-bonheur."