Tournoi Olympique de Football Masculin, Tokyo 2020

Tournoi Olympique de Football Masculin, Tokyo 2020

22 juillet - 7 août 2021

Tokyo 2020 - Hommes

L’Afrique, continent olympique

Match winner Emmanuel Amunike of the Nigeria football team kisses his gold medal after the team beat Argentina 3 - 2 in the final of the Men's football tournament at the 1996 Summer Olympics 
© Getty Images
  • La Coupe du Monde de la FIFA n’a jamais été remportée par une équipe africaine
  • Mais le Continent Mère a décroché deux médailles d’or olympiques
  • FIFA.com revient sur les triomphes du Nigeria (1996) et du Cameroun (2000)

L’Afrique attend toujours de célébrer son premier champion du monde, mais le Continent Mère s'est en revanche déjà illustré à de nombreuses reprises dans le Tournoi Olympique de Football. FIFA.com remonte le temps pour revivre deux éditions historiques, Atlanta 1996 et Sydney 2000.

La grande aventure du Nigeria

Le Nigeria arrive à Atlanta avec de sérieuses ambitions. Nwankwo Kanu, qui vient de remporter la Ligue des champions de l’UEFA avec l’Ajax Amsterdam, est le capitaine et le fer de lance d’une équipe que beaucoup placent parmi les sélections à suivre. Cette génération bourrée de talent a déjà fait ses preuves dans les catégories de jeunes. Elle a notamment atteint la finale du Championnat du Monde Juniors de la FIFA en 1989.

Kanu se distingue dès le premier match, en signant l’unique but de la victoire des Super Eagles sur la Hongrie, dans le Groupe D. Les Africains affrontent ensuite un Japon euphorique au lendemain de son succès 1-0 sur le Brésil. Ils doivent cependant attendre la fin de match pour prendre le dessus, grâce à un but contre son camp de Tadahiro Akiba et à une reprise victorieuse de l’excellent Jay-Jay Okocha.

Emmené par un prodige appelé Ronaldo, le Brésil s’impose 1-0 face au Nigeria lors de l’ultime journée de la phase de groupes. Malgré cet échec, les hommes de Jo Bonfrere se qualifient pour la première fois de leur histoire pour la seconde phase du tournoi, à la différence de buts.

Nigerian captain Nwankwo Kanu and Obaraku celebrate their win over Brazil to put them in the Final
© Getty Images

Opposés au Mexique en quart de finale, Okocha et Celestine Babayaro arrachent la décision, alors que les deux équipes terminent à dix. Six jours après leur premier duel en phase de groupes, Nigérians et Brésiliens croisent à nouveau le fer, avec cette fois pour enjeu une place en finale.

Les Africains sont menés 3-1 à la pause, tandis que Ronaldo porte son compteur personnel à quatre réalisations en quatre matches. Victor Ikpeba réduit l’écart à la 78ème minute, avant que Kanu ne commence son récital. Le grand attaquant remet les deux équipes à égalité à la 90ème minute et signe dans la foulée le but en or, quatre minutes après le début de la prolongation. Les Super Eagles l’emportent 4-3.

En finale, un autre géant sud-américain se dresse sur la route des Nigérians. L’Argentine mène un temps 2-1, grâce à un penalty de Hernan Crespo, mais Daniel Amokachi égalise à la 74ème minute, d’une jolie frappe piquée. À quelques secondes du terme, Emmanuel Amunike décoche une volée du gauche qui prend la défense argentine par surprise. Le reste appartient à l’histoire. Sunday Oliseh résume parfaitement le sentiment général : "Tout le monde en Afrique est en train de faire la fête. Personne ne va dormir cette nuit. Tout le monde est heureux. Cette victoire appartient à toute l’Afrique".

Les Lions Indomptables sur les traces des Super Eagles

Quatre ans plus tard à Sydney, le Nigeria est favori à sa propre succession, mais le Cameroun n’entend pas se contenter d’un rôle de faire-valoir. Le sélectionneur Jean-Paul Akono peut compter sur un groupe qui allie jeunesse et expérience. De son côté, Samuel Eto’o va profiter de ce rendez-vous australien pour se faire un nom.

À l’instar du Nigeria, les Lions Indomptables traversent quelques turbulences pendant la phase de groupes. La victoire (3-2) sur le Koweït laisse planer certains doutes, que les nuls contre la République tchèque et les États-Unis peinent à dissiper.

Les protégés d’Akono se débarrassent pourtant ensuite du Brésil grâce à un nouveau but en or, signé Modeste M’bami. Au tour suivant, face au Chili, Patrick Mboma (84ème) et Lauren Étamé Mayer (89ème) envoient le Cameroun en finale.

Devant les 104 098 spectateurs du Stadium Australia de Sydney, l’Espagne et le Cameroun offrent un spectacle mémorable. Menés 2-0 à la pause, les Lions vont prouver qu’ils sont indomptables. Un but contre son camp d’Ivan Amaya relance la partie, avant qu’Eto’o n’égalise. Deux Espagnols sont exclus en seconde période, et le match se joue aux tirs au but. Les Camerounais réussissent un sans-faute, tandis que le malheureux Amaya trouve le montant. L’Afrique obtient sa deuxième médaille d’or consécutive dans le Tournoi Olympique de Football masculin.

Le saviez-vous ?

Aucune autre nation africaine n’a remporté le Tournoi Olympique de Football masculin depuis le Nigeria (en 1996) et le Cameroun (en 2000). La Côte d’Ivoire, l’Égypte et l’Afrique du Sud représenteront le continent à Tokyo, en 2020. L’un de ces trois pays parviendra-t-il à reprendre le flambeau ?

Explorer le sujet

Articles recommandés

Argentina celebrates winning the U23 South American Pre-Olympic Tournament 

Tokyo 2020 - Hommes

Argentine impériale, Brésil impassable

10 févr. 2020

Matheus Cunha of Brazil celebrates after scoring 

Tokyo 2020 (H) - Amérique du Sud

Le Brésil défendra son titre olympique à Tokyo

10 févr. 2020