Tournois Olympiques de Football masculin, Tokyo 2020

Tournois Olympiques de Football masculin, Tokyo 2020

23 juillet - 8 août

Tokyo 2020 - Hommes

Un passeport océanien pour Tokyo 2020 à aller chercher

Players from New Zealand arrive 
© Getty Images
  • Les qualifications de l'OFC pour Tokyo 2020 débutent le 21 septembre
  • Huit équipes vont tenter de décrocher le seul billet en jeu
  • Les Fidji sont hôtes de la compétition et championnes en titre

Le prochain billet à prendre pour le Tournoi Olympique de Football Masculin 2020 concerne l'Océanie, où huit nations s'apprêtent à participer aux qualifications de l'OFC, dont l'enjeu sera une seule place pour Tokyo.

Les Fidji tenteront de défendre leur couronne. Les Bula Boys avaient en effet remporté les qualifications olympiques océaniennes pour la première fois en 2015, ce qui leur avait permis de participer à Rio 2016.

Les qualifications en bref

Dates : 21 septembre - 5 octobre
Pays hôte : Fidji
Groupe A : Samoa américaines, Nouvelle-Zélande, Îles Salomon
Groupe B : Fidji, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Tonga, Vanuatu

Des Buckingham the head coach of New Zealand faces the media
© Getty Images

Le favori

Triple vainqueur des qualifications olympiques masculines de l'OFC, la Nouvelle-Zélande voudra renouer avec la tradition après avoir manqué Rio 2016. Il y a quatre ans, les All Whites avaient été éliminés après avoir aligné un joueur inéligible en demi-finale du tournoi préliminaire.

Dirigés par Des Buckingham (en photo ci-dessus), les Kiwis sont préparés pour faire oublier cette déception. Ils ont récemment signé de solides performances avec deux nuls 1-1 face à l'Australie, suivis de deux résultats identiques contre le Sydney FC et Western Sydney Wanderers, deux clubs de A-League. "Ces derniers mois, nous nous sommes forgé une identité forte en nous concentrant sur qui nous sommes et ce que nous savons faire. Il y a beaucoup de confiance chez nos joueurs. Ils croient en eux et tout est mis en œuvre pour qu'ils expriment leurs capacités dans un environnement positif" explique Buckingham, qui était à la tête de l'équipe qui s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pologne 2019, meilleure performance de l'histoire du pays dans cette catégorie d'âge.

Par ailleurs la Nouvelle-Zélande débarque aux Fidji avec cinq joueurs ayant une expérience internationale chez les seniors : Liberato Cacace, Clayton Lewis, Myer Bevan, Logan Rogerson et Noah Billingsley. "Nous savons qu'il n'est jamais facile de s'imposer sur les îles", tempère Cacace, qui a joué un rôle de premier plan sous les ordres de Buckingham à Pologne 2019. "Notre style sera assez similaire à celui que l'on a pu voir à la Coupe du Monde U-20."

Les outsiders

La domination de la Nouvelle-Zélande en Océanie pourrait bien être remise en question. En l'absence de Tahiti et de la Nouvelle-Calédonie, en tant que tenants du titre et hôtes, les Fidji s'efforceront de rester sur la dynamique qu'ils entretiennent depuis quelques années. Leur qualification pour Rio 2016 avait été acquise quelques semaines à peine après leurs débuts en Coupe du Monde U-20 de la FIFA. L'effectif fidjien compte deux rescapés de cette campagne U-20 historique. En guise de préparation, les hôtes du tournoi ont concédé deux courtes défaites contre Singapour début septembre.

Les Îles Salomon et la Papouasie-Nouvelle-Guinée sont bien placées pour aller loin dans la compétition, la seconde ayant terminé troisième il y a quatre ans. Le Vanuatu sera également à surveiller après avoir manqué de peu la qualification pour les Jeux Olympiques 2016 (défaite 4-3 aux tirs au but face aux Fidji).

Entraîné par l'ancienne star de la sélection nationale Etienne Mermer, le Vanuatu sera difficile à battre dans un environnement mélanésien qui lui est familier. "Le Vanuatu est sur la bonne voie", commente Mermer au sujet de la préparation de son équipe. "Nous sommes à l'aise avec notre manière de travailler et de jouer. Tout est une question de dévouement et d'engagement", estime-t-il.

Explorer le sujet

Articles recommandés

Sarpreet Singh of New Zealand is mobbed by team mates 

Pologne 2019

Bras de fer et gros muscles

25 mai 2019