C'est arrivé un...

23 mars 1895 : Honneur aux dames

The British Ladies Football Club, who first played in 1895
© Getty Images

La première rencontre officielle de football féminin remonte au 23 mars 1895. Alors que la discipline n'en est encore qu'à ses balbutiements, l'affiche opposant le nord au sud au Crouch End Athletic Ground de Londres attire, selon la presse de l'époque, plus de 10 000 spectateurs. Dans son reportage, le Guardian s'intéresse à ces curieux venus voir des femmes s'essayer à un sport qui, en ce temps-là, était encore un loisir exclusivement masculin.

"Rares sont les personnes présentes à avoir vraiment suivi la rencontre, à l'exception des quelques privilégiés qui avaient pris place dans la grande tribune. Les autres ont dû rester debout", écrit le quotidien britannique. "Le petit espace mis à la disposition des journalistes aurait à peine suffi à accueillir un dixième des effectifs."

Emmené par sa capitaine Nettie Honeyball, fondatrice du British Ladies Football Club, le nord s'est largement imposé 7-1. La qualité du spectacle proposé a laissé la plupart des spectateur perplexes, ce qui est compréhensible quand on sait que les deux équipes étaient formées depuis à peine deux mois et que la discipline elle-même faisait encore largement figure de nouveauté. Mais l'attention des rédacteurs a été retenue par la performance de Mme Graham, la gardienne du nord. Le Standard qualifie sa prestation de "décisive", tandis que la Middlesbrough Daily Gazette estime que "si elle s'était trouvée dans l'autre camp, le résultat aurait pu être inversé".

En second lieu, les journalistes se sont intéressés aux tenues des actrices. Celles-ci étaient vêtues de chemisiers, de casquettes et de culottes de golf. Cet accoutrement était considéré comme révolutionnaire car, à l'époque, les femmes portaient souvent des robes longues, même lorsqu'elles étaient amenées à pratiquer un sport. "Je dois avouer que l'impression qui me reste du match de cet après-midi est un spectacle extrêmement plaisant", poursuit l'envoyée du Guardian, laquelle est simplement désignée comme "une correspondante". "Il n'y a rien de disgracieux à voir une jeune femme taper dans le ballon, une fois que celle-ci s'est débarrassée des jupons qui rendent cette action absolument ignoble."

Pas fait pour elles ?

Le journal basé à Manchester se veut optimiste quant à la place qui pourrait revenir aux femmes dans le monde du sport : "Il n'y a aucune raison pour que les femmes ne s'emparent pas de ce jeu pour en faire une forme de divertissement saine et innovante". Toutefois, les différents articles publiés permettent aussi de constater que les préjugés ne datent pas d'hier. "Elles sont incapables de pratiquer le football correctement et elles n'y parviendront jamais", s'agace le Bristol Mercury and Daily Post. "En ce qui nous concerne, nous sommes ravis que les femmes ne sachent pas jouer au football. Quand bien même elles y parviendraient, ce jeu n'est pas du tout fait pour elles."

Mais le beau jeu version dames a vaincu les discriminations pour atteindre les sommets. Le succès qu'a connu depuis la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ doit beaucoup à cette partie organisée au nord de Londres.

Explorer le sujet

Articles recommandés