WhereAreTheyNow

Azizi sauve la Melli chez les Aussies

Iran's former striking star Khodadad Azizi
© AFP

En match aller des barrages pour la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998, l'Iran avait concédé le nul 1:1 à Téhéran, contre l'Australie. Au retour à Melbourne, la Melli, qui possédait probablement alors la meilleure équipe de son histoire, perdait 2:0 à moins de 20 minutes du coup de sifflet final.

Tandis que les derniers espoirs iraniens semblaient reposer sur l'emblématique Ali Daei, c'est par son partenaire en attaque, le grand Khodadad Azizi, que le miracle est arrivé. À la 71ème minute, Azizi sert Karim Bagheri, qui réduit le score. Quatre minutes plus tard, il se charge lui-même d'inscrire le but de l'égalisation, plongeant plus de 85 000 spectateurs dans la consternation.

Souvenirs, souvenirs..."C'est le moment le plus mémorable de ma carrière", se souvient Azizi, qui marquera 11 fois en 47 apparitions sous le maillot de l'Iran entre 1992 et 2005, au micro de FIFA.com. "Ce but avait une importance capitale."

C'est peu de le dire. Dans les qualifications asiatiques pour France 1998, l'Iran possédait quatre points d'avance sur l'Arabie Saoudite et la RP Chine à trois journées de la fin. Mais ces trois dernières sorties se révéleront catastrophiques pour la Melli. Elle ne parvient à prendre qu'un seul point en 270 minutes et se fait dépasser par les Saoudiens, qui s'adjugent la seule place automatiquement qualificative de la zone.

L'Iran a ensuite l'occasion de se racheter face au Japon, dans un barrage asiatique dont le vainqueur montera lui aussi dans le wagon mondialiste. Le sélectionneur Mohammed Kohan est remplacé par Valdir Vierra, mais le déclic n'a pas lieu. Les Nippons s'imposent 3:2. La troisième et ultime chance de la Melli a pour cadre les barrages Asie/Océanie en deux manches, contre une équipe d'Australie dirigée par Terry Venables et forte de l'expérience de ses nombreux joueurs basés en Europe.

A l'aller à Téhéran, Harry Kewell ouvre la marque pour les visiteurs mais Azizi, alors âgé de 26 ans, remet les pendules à l'heure. Le score n'évoluera plus. Au deuxième acte, alors que l'Australie mène 2:1 au Melbourne Cricket Ground, Azizi parvient à prendre en défaut le gardien Mark Bosnich, offrant ainsi à l'Iran une égalisation synonyme de qualification pour France 1998.

"Ali Daei me donne un ballon parfait. Je me retrouve seul face au gardien", raconte l'intéressé, visiblement encore ému au souvenir de ce moment qui le fera entrer dans les annales du football de son pays. "Quand nous étions menés de deux buts, nous avons continué d'y croire. Nos efforts ont payé."

Azizi s'était déjà mis en évidence sur la scène internationale. A la Coupe d'Asie de l'AFC 1996, l'Iran se classe troisième et Azizi est nommé meilleur joueur du tournoi, ce qui lui permet d'être élu la même année Joueur de l'Année de l'AFC.

En club, après avoir porté les couleurs de deux grandes équipes iraniennes, à savoir le FC Téhéran et Persépolis, il signe à Cologne en 1997. Il rejoint ainsi ses compatriotes Daei et Bagheri, qui avaient ouvert la voie de l'émigration iranienne à destination de la Bundesliga allemande. Il effectuera également une saison aux San Jose Earthquakes. Il reste à ce jour le seul Iranien à avoir évolué aux États-Unis en Major League Soccer.

Pour en arriver là...Après avoir raccroché les crampons il y a quatre ans, il se lance dans une carrière d'entraîneur. Il prend d'abord les rênes de l'équipe de sa ville natale, Abomoslem, puis devient conseiller technique de plusieurs clubs iraniens. Le dernier en date est Sanat Naft, où il officie actuellement.

Azizi ne cache pas sa déception concernant l'absence de la Melli à Afrique du Sud 2010, ce qui ne l'empêche pas d'envisager sereinement l'avenir du football iranien. "Le football est extrêmement populaire en Iran et nous avons toujours eu des joueurs talentueux. Cela dit, nous devons suivre un programme de développement à long terme et être cohérents et réguliers au niveau organisationnel. La réussite passe par là."

Khodadad Azizi
Poste : attaquant

Clubs : Aboomoslem (1988-1992), Pas Tehran (1992-1994), Bahman (1994-1996), Persepolis (1996-1997), FC Cologne (1997-2000), San Jose Earthquakes (2000), Al Nasr (2001), PAS Tehran (2001-2005), Admira Wacker (2005), Aghab (2005-2006), Rah Ahan (2006)

Équipe nationale : 47 sélections entre 1992 et 2005 (11 buts)

Palmarès : Troisième place et meilleur joueur de la Coupe d'Asie de l'AFC (1996), Joueur de l'année de l'AFC (1996), une participation à la Coupe du Monde de la FIFA (1998), Vainqueur du Tournoi de football des Jeux asiatiques (1998)

Explorer le sujet

Articles recommandés

29 Nov 1997: Mohammad Ali Peiravany of Iran celebrates victory in the 2nd leg of the World Cup qualifier between Australia and Iran.

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Miracle iranien et désastre australien

04 juil. 2017

Members of Saudi Arabia's 1994 World Cup team congratulate their goal keeper Mohammed Al Deayea.

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Les prémices du succès saoudien

06 mars 2017