Allemagne

Bihler, volontaire exemplaire

  • Hubert Bihler a participé à 50 évènements comme volontaire
  • L'Allemand a participé à cinq Coupes du Monde masculines et féminines
  • Des expériences et des rencontres inoubliables

Si l'on devait décerner un titre de "roi des volontaires" ou de "héros du travail bénévole dans le sport", Hubert Bihler serait sans doute l'un des candidats les plus en vue. Aujourd'hui âgé de 72 ans, Bihler a participé comme bénévole à près de 50 grands événements au cours de ces 14 dernières années : Jeux Olympiques, Coupe du Monde de la FIFA, Championnats du Monde d'athlétisme, de hockey sur glace ou de gymnastique, il était présent partout et ce dans les domaines les plus divers. Sa mission a consisté tour à tour à accompagner les photographes autour du stade, à accueillir la cohorte de journalistes ou à s'assurer que tout se passait bien en coulisses, souvent dans des fonctions de chef d'équipe, de "lead volunteer" ou de coordinateur.

C'est en 2005 que ce parcours singulier a débuté, lorsque son regard a été attiré par une annonce indiquant que l'on recherchait des volontaires pour la Coupe des Confédérations de la FIFA qui se tenait en Allemagne cette année-là. Le professeur de sport et de mathématiques à la retraite a posé sa candidature et a été recruté sur le site de la ville-hôte de Nuremberg.

"Je venais de prendre ma retraite et comme j'ai été actif dans le sport toute ma vie, j'ai décidé que je pouvais aussi travailler comme volontaire. Mais je n'aurais jamais pu imaginer la tournure que cela allait prendre", explique l'Allemand à FIFA.com.

Son parcours de volontaire en bref

  • 5 Coupes du Monde (masculines et féminines) de la FIFA
  • 5 Jeux Olympiques et Paralympiques
  • Deux finales de la Ligue des champions de l'UEFA
  • 2 Championnats du Monde et 2 Championnats d'Europe d'athlétisme
  • 1 Championnat du Monde de gymnastique
  • Coordinateur des bénévoles lors de l'Eurovision 2011 à Düsseldorf

Contraint de raccrocher ses crampons à un âge précoce en raison d'une blessure, il n'en est pas moins toujours resté très impliqué dans le sport. Que ce soit comme entraîneur, arbitre, président ou photographe de club, Bihler n'a jamais trouvé le temps long. Depuis 12 ans, il est également animateur bénévole de séminaires pour la Fédération allemande de football.

"La Coupe du Monde 2006 en Allemagne m'a transmis le virus. Je ne pouvais pas m'arrêter en si bon chemin. J'ai fait de si belles rencontres que des amitiés se sont créées et se poursuivent encore aujourd'hui. Au Guatemala, en Russie, aux États-Unis, au Brésil, je me suis fait des amis partout et ils enrichissent ma vie d'une façon incroyable. C'est une succession de moments forts", sourit-il.

Rencontres et retrouvailles

"Aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi, il y avait dans mon équipe un volontaire russe, un professeur d'anglais. Il m'a accompagné auprès de la flamme olympique et nous nous sommes donné une poignée de main devant celle-ci. Nous voulions montrer que nous pouvions très bien travailler ensemble, au-delà des clivages politiques. C'était tout simplement grandiose. Par ailleurs, j'ai été invité par le COL russe à une formation de présentateur média avant la Coupe des Confédérations 2017. C'était un grand honneur et cela signifiait beaucoup pour moi".

Il aime aussi se considérer comme un ambassadeur de l'Allemagne, à travers le sport.

Mais ce sont surtout les nombreuses rencontres qui ont rendu les 15 dernières années si spéciales et Bihler ne parle pas de celles avec des stars comme Usain Bolt, Philipp Lahm, Oliver Kahn, Maria Riesch, Thomas Müller ou Miroslav Klose, mais surtout celles avec d'autres volontaires. "Partout, je tombe sur de vieilles connaissances. Par exemple des officiels ou ce photographe argentin que j'ai rencontré pour la première fois pendant la Coupe des Confédérations 2005. Je l'ai revu au Cap en 2010, lors de la victoire 4-0 de l'Allemagne contre l'Argentine, et puis à nouveau quatre ans plus tard au Brésil. Ces retrouvailles entre amis, c'est merveilleux."

Il peut compter sur le soutien de son épouse, avec qui il est marié depuis 46 ans. Le couple a 2 enfants et 2 petits-enfants. "Il me reste suffisamment de temps pour la famille", confie Bihler. "Mon épouse m'a toujours soutenu. Avant l'Afrique du Sud, elle était un peu sceptique, mais nous y retournons dans deux semaines pour voir la femme qui m'a hébergé pendant la Coupe du Monde 2010. C'est grâce à moi qu'elle a réalisé ce que les bénévoles font réellement. C'est aussi ça, l'héritage d'une Coupe du Monde. 'Reviens avec ta femme, je vous invite, m'avait-elle dit à mon départ en 2010.'"

Il compte lever le pied à l'avenir sur les grands événements comme l'UEFA EURO ou la Coupe du Monde, "mais je continuerai à me rendre sur de plus petits événements, par exemple des matches internationaux". L'UEFA EURO 2020 à Munich pourrait faire exception, car la ville bavaroise n'accueillera que 4 rencontres.

Pour les autres, il a un dernier conseil : "Si vous aimez le sport et souhaitez contribuer au succès d'un événement au sein d'une équipe internationale, je ne peux que vous conseiller de vous engager comme volontaire. C'est une très belle aventure".

Articles recommandés

cc

14 juil. 2011

Coupe des Confédérations de la FIFA

Volunteers in action

16 juin 2009

Live

Hubert Bihler, volontaire

04 févr. 2019

Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™

Canada 2015 : un moment inoubliable pour les volon...

09 juin 2015

Coupe des Confédérations de la FIFA

Les volontaires mettent la main à la pâte à Brésil...

23 juin 2013

Coupe du Monde de la FIFA 2014™

Brésil 2014 : 15 000 héros

22 juil. 2014

Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2016

Le Programme des Volontaires laisse un héritage du...

16 déc. 2016