Obituaries

Blatter attristé par le décès de Socrates

Socrates and Zico celebrate during the 1986 FIFA World Cup Mexico
© Getty Images

Un nom de philosophe, une allure de révolutionnaire, une tête bien faite et un diplôme en médecine : Socrates n’avait pas grand-chose en commun avec la plupart des footballeurs. C’est sans doute pour cela que la communauté du football a le sentiment d’avoir perdu un membre unique avec le décès de l’international brésilien Socrates, ce dimanche 4 décembre 2011.

Vétéran des Coupes du Monde de la FIFA 1982 et 1986, le Docteur était l’un des symboles de la génération surdouée brésilienne, l’une des plus représentatives du célèbre Jogo bonito. Même si la *Seleçao *n’a pas soulevé le trophée suprême lors de ces deux éditions, elle a marqué les amateurs du football entier par sa magie et sa joie de jouer.

Le Président de la FIFA Joseph S. Blatter l’a exprimé dans une lettre de condoléances adressée à Ricardo Terra Teixeira, son homologue de la Confédération Brésilienne de Football. "C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Socrates, l'une des légendes du football auriverde, l'un des plus brillants joueurs de l'histoire du football brésilien", a écrit le Président Blatter. "Joueur de légende, hyper technique et doté d'une exceptionnelle vision du jeu, avec Zico et Falcão, il formait la génération magique du Brésil, celle qui enchanta le monde entre 1978 et 1986, celle qui, adepte du beau jeu, marquait en jonglant."

La philosophie du beau jeu
International à 60 reprises, pour 22 buts, le milieu offensif était reconnaissable sur les pelouses non seulement par sa technique irréprochable, mais également par son allure altière, sa barbe et sa manière de jouer et dribbler en gardant la tête haute. Ayant débuté à Botafogo et ayant ensuite porté les couleurs des Corinthians et de la Fiorentina, Socrates Brasileiro Sampaio de Sousa Vieira de Oliveira, de son vrai nom, a marqué l’histoire de ces clubs par les trophées et par sa philosophie tournée vers le beau jeu.

Ses études et le doctorat en médecine décroché à la faculté de Sao Paulo lui ont valu le surnom de "Docteur". Il exerçait d’ailleurs toujours comme spécialiste en médecine sportive, tout en restant en parallèle consultant pour la télévision, la radio et la presse écrite. Hospitalisé d'urgence une première fois en septembre pour une hémorragie digestive, il a de nouveau dû être admis en urgence dans la nuit de vendredi à samedi. Il est décédé des suites d'une infection intestinale ce 4 décembre, à l’âge de 57 ans. "Permettez-moi, au nom de la grande famille du football international et en mon nom propre, de vous adresser nos condoléances les plus sincères", a ajouté le Président de la FIFA dans son courrier. "Je vous serais aussi très reconnaissant de bien vouloir transmettre à la famille et aux proches de Socrates, toute ma sympathie et mon soutien en ces moments de grande tristesse."

Explorer le sujet

Articles recommandés

Socrates

Live

Socrates

04 déc. 2011