FIFA Congress

Blatter : "Poursuivre nos mesures sur la gouvernance et la politique du sport"

FIFA President Blatter giving an interview
© FIFA.com

À quelques jours de l'ouverture du Congrès de la FIFA 2013, qui aura lieu les 30 et 31 mai prochaine à l'île Maurice, Joseph S. Blatter évoque les principaux sujets qui seront traités au cours des débats. Le Président de la FIFA renouvelle son soutien aux réformes, parle de l'évolution de la procédure d'attribution de la Coupe du Monde de la FIFA™ et du combat engagé contre le racisme.

M. le Président, à l'approche du Congrès de la FIFA 2013, considérez-vous que le processus de réforme est arrivé à son terme ?
Dans les faits, nous suivons à la lettre la feuille de route dressée lors du Congrès de la FIFA 2011. Au cours des deux dernières années, nous avons fait preuve de la plus grande transparence dans nos actions et nous avons appliqué la majorité des recommandations faites par la Commission Indépendante de Gouvernance. Je suis fier de pouvoir vous dire aujourd'hui que cette séquence prendra fin avec le Congrès de la FIFA 2013. Toutefois, cela ne signifie aucunement que la FIFA va cesser de travailler et de prendre des mesures sur la question de la gouvernance et de la politique du sport.

*Qu'en est-il des propositions qui sont encore à l'étude ? *La Task Force en charge de la Révision des Statuts a identifié dix secteurs de réforme. Cette question figure à l'agenda du Congrès de la FIFA. Nous avons mené un processus de consultation extrêmement large, afin de recueillir les opinions des associations membres. Au final, ce sont elles qui seront appelées à se prononcer sur ce sujet. Nous avons mis en place une procédure démocratique, nous allons la respecter jusqu'au bout. Entre 2011 et 2013, je n'ai pas ménagé mes efforts pour mener ce processus de réforme aussi loin que possible. Maintenant, il revient au Congrès de la FIFA de rendre son verdict sur les différentes mesures.  

Que pensez-vous des critiques formulées par l'association Transparency International ? *Les critiques constructives sont toujours les bienvenues. Je comprends que Transparency International*cherche à nous pousser encore plus loin. Cette organisation a des idées très arrêtées sur la façon dont nous devrions procéder. Je respecte son opinion. Néanmoins, je crois que nous avons pris le bon chemin. Nous avons déjà accompli beaucoup de choses et le système en place fonctionne bien. Il me paraît injuste de dire que notre travail n'est pas satisfaisant.

Il reste encore deux questions difficiles à traiter : le nombre de mandats et la limite d'âge. Quelle est votre position sur ces thèmes ?
Tout cela ne dépend pas de moi. Comme je vous l'ai dit, nous sommes engagés dans un processus démocratique. La décision revient aux associations membres, qui voteront. À titre personnel, je suis contre la limite d'âge. Je ne pense pas que ce soit un critère important. Tout le monde n'est pas dans le même état à 60, 70 ou 80 ans. On pourrait même y voir une forme de discrimination. Pour moi, la passion compte plus que tout le reste. En revanche, je ne suis pas opposé à une limitation du nombre de mandats. De nombreuses démocraties appliquent déjà cette règle. Dans ce cas, il faudrait qu'elle s'applique à tout le monde.

*La modification de la procédure d'attribution de la Coupe du Monde de la FIFA™ figure également à l'ordre du jour… *Oui mais les choses sont assez claires, désormais. À l'avenir, le choix du pays hôte reviendra au Congrès de la FIFA et non plus au Comité Exécutif de la FIFA. C'est l'une des évolutions les plus importantes du processus de réforme. Par ailleurs, j'ai déjà eu l'occasion de dire que nous avions sans doute fait une erreur en regroupant l'attribution des deux prochains tournois.

*Depuis 2011 et le début des réformes, plusieurs membres du Comité Exécutif de la FIFA ont été suspendus ou ont démissionné. Comment expliquez-vous cela ? *Cette situation découle du travail de la Commission d'Éthique indépendante. Cela prouve que notre quête d'intégrité est en bonne voie et que rien ne l'arrêtera.

*Quels autres sujets abordés à l'île Maurice vous semblent les plus importants ? *Nous devons absolument adopter une résolution contre le racisme et toute forme de discrimination. C'est vital. Elle devrait avoir un caractère contraignant pour chaque association. Les trois propositions faites par la Task Force à l'issue de sa réunion inaugurale le 6 mai dernier me semblent frappées au sceau du bon sens. Pour combattre la discrimination, nous avons toujours misé sur l'éducation. Aujourd'hui, nous devons également renforcer les sanctions. À mon sens, les amendes ne sont pas suffisamment dissuasives. Je pense que les déductions de points ou l'exclusion d'une compétition seraient plus efficaces. La question des matches truqués fera également l'objet d'une attention particulière de la part du Congrès de la FIFA. Ce fléau n'est pas une question de société. C'est l'affaire du football. Nous allons devoir livrer un rude combat. Pour cela, la solidarité au sein de la communauté du football et le soutien des autorités publiques doivent être plus forts que jamais.

La proposition d'assurer une meilleure représentation des femmes dans le Comité Exécutif me semble également un pas dans la bonne direction. Toutes les organisations démocratiques du monde se préoccupent désormais de parité. Je ne vois pas pourquoi la FIFA ferait exception à la règle.

Explorer le sujet

Articles recommandés