Coupe du Monde de la FIFA™

Celina voit déjà les choses en grand

Bersant Celina of Manchester City runs with the ball
© Getty Images

Bersant Celina n'oubliera jamais la date du vendredi 13 mai 2016. Peu de temps après avoir signé un contrat qui le lie jusqu'en 2020 à Manchester City, le Kosovar a appris que son pays venait d'intégrer la FIFA et qu'il pourrait donc, à ce titre, se lancer dans la course à la qualification pour l'épreuve mondiale. "Je me suis senti incroyablement fier", révèle-t-il à FIFA.com. "La perspective de prendre part aux compétitions de la FIFA représente beaucoup pour mon pays et pour moi. J'ai été très heureux en découvrant que nous pourrions désormais disputer ces tournois."

Actuellement prêté au FC Twente, Celina a débarqué en Norvège en 1998, alors qu'il n'était encore qu'un nourrisson dont les parents cherchaient alors à fuir la guerre. Dans les rues de Drammen, une ville qui abrite une large communauté kosovare, Celina s'est pris de passion pour le football. Formé à Stromsgodset, il a fréquenté les sélections de jeunes norvégiennes jusqu'aux U-21. Quand le moment est venu de choisir entre la Norvège et le Kosovo, Celina a opté pour le pays de ses ancêtres. Depuis, il a participé au premier match officiel de sa nouvelle équipe, ainsi qu'à sa première sortie en qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, le mois dernier contre la Finlande. "J'espère que nous parviendrons un jour à nous qualifier pour la Coupe du Monde", confie Celina. "Compte tenu de ce que notre pays a traversé, une participation à ce tournoi représente énormément à nos yeux."  

Excitation et exclusion
Joueurs, entraîneurs et supporters du Kosovo ont pris la mesure de l'importance de cette adhésion le 3 juin 2016, à l'occasion du match officiel contre les îles Féroé. Pour la première fois, le drapeau et l'hymne national ont fait leur apparition dans un stade. Les Kosovars ont marqué l'événement en remportant cette rencontre amicale 2:0. "Il régnait une grande excitation avant cette premier sortie contre les îles Féroé", se souvient Celina. "C'était un beau match, que nous avons gagné. Personnellement, j'en garde un souvenir un peu mitigé car j'ai été exclu ! Mais nous avons montré de quoi nous étions capables et nous avons bien joué. Nous sommes tous conscients de ce que notre pays et nos familles ont enduré. Nous voulons leur faire honneur."

Le Kosovo se prépare à vivre un baptême du feu difficile sur la route de Russie 2018. Il croisera en effet quatre équipes qualifiées pour la phase finale de l'UEFA EURO 2016 en France : la Croatie, l'Islande, l'Ukraine et la Turquie. Suite au nul 1:1 obtenu en Finlande, Celina et ses partenaires affronteront la Croatie le 6 octobre, avant de se rendre en Ukraine trois jours plus tard. Sous la houlette du sélectionneur Albert Bunjaki - "un bon ami, avec qui il est facile de travailler, et un excellent tacticien" -, le moral est au beau fixé côté kosovar, malgré l'ampleur de la tâche. "Nous sommes tombés dans un groupe très relevé. Mais la qualification est tout ce qui m'intéresse", conclut Celina. "On ne sait jamais ce qui peut se passer mais moi, je crois que nous pouvons aller au bout."

Explorer le sujet

Articles recommandés