Constantine revient en arrière pour aller de l'avant

Stephen Constantine (pic courtesy of stephenconstantine.com)
© Others

Plus de 100 000 personnes avaient pris place dans les tribunes du Salt Lake Stadium de Calcutta la dernière fois que Stephen Constantine est apparu sur le banc de l'Inde en match officiel. Le Japon de Zico s'était alors imposé 4:0 à l'occasion des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006™. Depuis, Constantine a posé ses valises dans plusieurs clubs en Angleterre et à Chypre, mais également au Rwanda, qu'il a hissé au plus haut Classement mondial FIFA/Coca-Cola de son histoire (68ème).

Plus d'une décennie plus tard, le technicien anglais conduira à nouveau l'Inde pour une rencontre sans doute encore plus importante, face au Népal pour le premier tour des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2018™ dans la zone Asie. "De gros progrès ont été réalisés", assure Constantine au micro de FIFA.com. "La différence est énorme en termes d'organisation et d'installations. Je crois que l'Indian Super League a amélioré l'image du football et tout ce qui tourne autour. Je suis vraiment ravi d'être de retour."

Un bel avenir
La rencontre aura une saveur toute particulière pour Constantine. Le Népal lui a en effet permis de faire ses débuts internationaux, entre 1999 et 2001. Il avait d'ailleurs affronté l'Inde en 1999 pour une défaite 4:0 de ses Gorkhalis. Les débats devraient être plus équilibrés cette fois, les Indiens ayant chuté au plus bas dans le Classement mondial FIFA/Coca-Cola, seulement neuf rangs devant le Népal. "Beaucoup de choses ont changé en dix ans, mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir", estime Constantine. "Le succès ne tombe pas du ciel, il faut s'y préparer. Et je ne sais pas si nous avons suffisamment œuvré au cours de la dernière décennie afin d'y parvenir. L'Inde a un bel avenir devant elle, c'est ce que dit le président. C'est encourageant, mais qu'avons-nous fait dans ce sens ? Nous sommes 171èmes au dernier Classement mondial. Cela veut tout dire..."

Partout où il est passé, Constantine a cherché à travailler sur le long terme. Récemment couronné de succès au Rwanda, il a mis sur pied l'Association des entraîneurs britanniques de l'étranger afin de promouvoir le travail de ses compatriotes éloignés de leur île. Constantine fait partie de ces travailleurs de l'ombre. Mais les projecteurs pourraient se braquer sur lui si l'Inde parvenait à se défaire du Népal. Les Indiens rejoindraient alors le deuxième tour en compagnie du gratin continental : Iran, Australie, République de Corée et Japon.

"Il faut désormais regarder devant", insiste le sélectionneur indien. "Tout le reste est de l'histoire ancienne. Il faut simplement faire évoluer certaines choses. Je pense avoir le soutien de la Fédération pour y parvenir et je suis certain de pouvoir effectuer de gros progrès au cours des deux prochaines années."

Documents connexes

Articles recommandés

CONCACAF draw for Russia 2018

Coupe du Monde de la FIFA™

La CONCACAF donne le coup d'envoi de Russie 2018

16 janv. 2015

Russie : Présentation de l'emblème officiel

Coupe du Monde de la FIFA 2018™

Russie : Présentation de l'emblème officiel

27 déc. 2014