Coupe du Monde de la FIFA™

Décision conjointe pour 2018 et 2022

FIFA President Joseph S. Blatter gestures during his address to the 58th FIFA Congress in Sydney
© AFP

Lors du 58 e congrès de la FIFA, qui s'est achevé sous l'imperturbable soleil de Sydney, plusieurs décisions importantes ont été prises quant à la protection des équipes nationales, des clubs et des championnats, ainsi que sur le "6+5" et la ratification de l'accord avec l'AMA. Joseph S. Blatter, Président de la FIFA, et Jérôme Valcke, son Secrétaire Général, étaient présents à la conférence de presse organisée à l'issue du congrès, où une nouvelle méthode d'attribution des Coupes du Monde de la FIFA 2018 et 2022 a été annoncée.

Sur l'avenir des Coupes du Monde de la FIFA
Joseph S. Blatter : Le Comité Exécutif de la FIFA choisira les pays hôtes des Coupes du Monde de la FIFA 2018 et 2022 en même temps, et la décision sera prise avant juin 2011. Pour l'instant, le Mexique, les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Espagne, le binôme Pays-Bas/Belgique, la Russie, le Qatar, la Chine, le Japon et l'Australie sont sur les rangs. Si l'on parvient à offrir deux compétitions sur huit ans à nos partenaires et à nos diffuseurs, et à laisser ainsi plus de temps à l'organisation, les répercussions économiques n'en seront que meilleures pour la FIFA. La règle existante qui veut qu'un continent ne peut accueillir la Coupe du Monde de la FIFA deux fois de suite ne sera pas modifiée. Elle a été adoptée pour s'assurer que l'épreuve se dispute en Afrique ; sans elle, cela n'aurait pas été possible. Etant donné que les deux prochaines Coupes du Monde auront lieu dans l'hémisphère sud, il serait peut-être logique que l'Australie se concentre sur l'édition de 2022. Les deux tournois se tiendront dans des pays différents.

Sur le "6+5"
Joseph S. Blatter :**Suite aux contributions du Guatemala, de l'Australie, de l'Arabie Saoudite, de la FIFPRO, de Franz Beckenbauer et de Michel Platini, le Congrès s'est prononcé en faveur de cette résolution par 155 voix pour et 5 contre. Le Congrès a donc donné mandat aux Présidents de la FIFA et de l'UEFA pour étudier les limites fixées par la législation et ouvrir des discussions avec l'Union européenne. La nouvelle réglementation prendrait effet fin 2010. Le football est optimiste et je le suis également, tout comme le Comité Exécutif. Nous avons fait en sorte que les statuts de la FIFA soient respectés dans de nombreux pays. L'Union européenne compte 27 Etats et 30 fédérations, soit 15 % de la famille FIFA. Doivent-ils faire la loi dans le football ? Si j'étais méchant, je dirais : "N'est-ce pas là une intervention politique ?". Dans le Traité de Lisbonne, qui a été ratifié en octobre 2007 et entrera en vigueur en janvier 2009, la spécificité du sport, comme de ses infrastructures et de ses organisations, est reconnue. Pelé, Johan Cruyff, Franz Beckenbauer, Michel Platini et Alex Ferguson nous soutiennent. Nous n'irons pas à l'affrontement avec Bruxelles, nous lui demandons simplement d'être solidaire. Je suis persuadé que nous réussirons, je suis très confiant.

Sur les promotions et les relégations
Joseph S. Blatter :**Nous avons clairement indiqué que la décision prise par le Congrès n'aurait aucune incidence sur les championnats existants, même si elle les incite fortement à s'adapter. C'est un principe important que le Comité Exécutif et le Congrès entendent préserver. S'il n'est pas clairement défini, nous pourrions nous retrouver dans la situation qu'a connue l'Espagne, où le CAS a cassé une décision de la fédération espagnole et où une équipe de 4 e division s'est retrouvée en 2 e division.

Sur la levée de l'exclusion de l'Irak*
*Joseph S. Blatter : Le gouvernement irakien ayant exclu le football de ses propositions et rétabli les droits statutaires de la fédération, l'exclusion a pu être levée.

Sur la réglementation relative aux nationalités
Joseph S. Blatter : Le Congrès a légiféré en faveur de l'arrêt des transferts de joueurs, y compris les plus jeunes, qui changent de nationalité après n'avoir résidé que deux ans dans le pays en question. On ne parle pas des cas de double nationalité, mais des gens qui souhaitent prendre une autre nationalité. Selon la nouvelle réglementation, une personne devra avoir vécu cinq ans dans le pays à compter de ses 18 ans, alors qu'en l'état actuel des choses, elle pouvait être plus jeune. Cette mesure vise à protéger les jeunes joueurs.

Sur l'accord avec l'AMA
Joseph S. Blatter : Nous avons ratifié l'accord avec l'AMA. Je suis heureux que le principe de la gestion au cas par cas ait été accepté.

Explorer le sujet

Articles recommandés