#WeLiveFootball

FFIT, le foot à plein régime

© Others
  • Objectif : plus d’exercice, une nutrition plus saine et une perte de poids durable
  • 22 clubs de première, deuxième et troisième division allemande participent
  • FFIT est née d’une collaboration entre IFT-Nord et l’association allemande pour la lutte contre le cancer

Chacun d’entre nous sait aujourd’hui qu’une alimentation équilibrée et un exercice physique régulier constituent le point de départ d’un mode de vie sain. Pourtant, nous ne respectons pas toujours ces consignes de base. C’est justement là que le projet Fussballfans im Training (FFIT) intervient. Portés par leur passion pour le football, les participants s’engagent à perdre du poids en renouant avec l'activité physique. FFIT s’adresse principalement aux hommes en surpoids, mais prend aussi en charge les femmes de 35 à 65 ans ayant un IMC (indice de masse corporelle) supérieur à 28.

"Depuis maintenant quelques années, le programme FFIT fonctionne à plein régime dans le championnat d’Écosse. L’ensemble des 42 clubs professionnels participent à ce projet", explique au micro de FIFA.com le docteur Reiner Hanewinkel, de l’institut de thérapie et de recherche pour la santé IFT-Nord. La revue médicale ("The Lancet") a mené une étude sur les effets de ce programme. Nous l’avons lue et nous avons été impressionnés. Nous nous sommes dit qu’il faudrait que la Bundesliga, qui attire de nombreux supporters, organise quelque chose de similaire. Nous nous sommes ensuite adressés à l’association allemande de lutte contre le cancer et nous avons réussi à la convaincre de lancer Fussballfans im Training. C’était il y a trois ans."

Compte tenu de sa popularité, le football s’est imposé comme le medium idéal pour toucher les supporters masculins. Contrairement aux femmes, ces derniers sont généralement moins concernés par le thème de la prévention. Leurs clubs préférés se sont donc occupé de les sensibiliser. La réussite de FFIT en Écosse donne évidemment raison au docteur Hanewinkel. Là-bas, de nombreux supporters ont réussi à perdre entre cinq et dix pour cent de leur poids, réduisant ainsi considérablement les risques de maladie. En Allemagne, le projet a été très bien accueilli.

"Nous avons été très surpris de réunir 22 clubs de première, deuxième et troisième division, dont quelques grands noms comme Schalke 04 ou le Borussia Dortmund. C’est une belle liste. Sur le principe, tous nos interlocuteurs ont été convaincus par l’intérêt de notre initiative. Les problèmes ne viennent pas des clubs, qui sont toujours très enthousiastes. Il faut toutefois s’assurer qu'un certain nombre de conditions sont réunies. Il est nécessaire de disposer d’un terrain d’entraînement, d’une salle et d’un formateur sur place. C’est surtout au niveau de l’organisation que nous rencontrons des obstacles."

Si FFIT connaît un tel succès, ce n’est pas le fruit du hasard. Les clubs fournissent eux-mêmes l’entraîneur et les locaux pour ce programme gratuit sur 12 semaines, qui a lieu en général une fois tous les six mois. Bien entendu, le choix du lieu n’est pas anodin. "C’est un spectacle incroyable. Quand ils entrent dans le stade et regardent le vestiaire de leurs idoles, ils sont comme des enfants. Ils ont les larmes aux yeux en sortant leurs portables. C’est une motivation fantastique", poursuit Hanewinkel, lauréat du prix de la prévention 2004 en Allemagne. "Il y a toujours un représentant du club, que ce soit un joueur ou un kinésithérapeute. Les supporters connaissent tout le monde et n’en sont que plus motivés. Un jour, Martin Max a fait une petite intervention à Schalke. Les visiteurs étaient aux anges."

Le programme repose sur deux piliers : l’éducation et l’exercice. Durant la première partie, l’accent est mis sur la nutrition. "Nous leur disons clairement que la bière est riche en calories et nous posons les bases de ce qui constitue une alimentation saine. La deuxième partie est consacrée à l’exercice physique, qui monte en puissance au fil des douze semaines. Au début, l’essentiel de notre temps est consacré à l’éducation mais, petit à petit, les sessions physiques augmentent, à mesure que les participants retrouvent la forme. Ils reçoivent également un podomètre, qu’ils peuvent emporter chez eux. Nous leur demandons d’augmenter leurs déplacements hebdomadaires. À leur retour, ils comparent leurs résultats. Ça les encourage à en faire toujours plus chaque semaine."

Si Hanewinkel se dit satisfait du bilan, il voit toujours quelques détails à améliorer, notamment "au niveau de la constance des clubs. J’aimerais qu’on organise deux stages par saison : un pendant les matches aller, l’autre pour les matches retour. Cette régularité faciliterait l’implication des supporters. La saison recommence, il y a un nouveau stage, je m’inscris et je participe".

Les clubs participants :

  • Bundesliga : FC Nuremberg, Mayence, Bayer Leverkusen, Borussia Dortmund, Borussia Mönchengladbach, Eintracht Francfort, Fortuna Düsseldorf, Hertha Berlin, RB Leipzig, Schalke 04, Hoffenheim
  • Deuxième division : FC Cologne, Arminia Bielefeld, Ingolstadt, Hambourg SV, Kiel, Dynamo Dresde, Greuther Fürth, Darmstadt 98, Sandhausen, VfL Bochum
  • Troisième division : Eintracht Braunschweig

Explorer le sujet

Articles recommandés